Description de la tour de Londres

FR EN ES

Description de la tour de Londres


La tour de Londres est la forteresse principale de la capitale britannique, elle se trouve sur les bords de la Tamise. Construite à la fin du XIe siècle et modifiée à deux reprises durant les siècles suivants, elle nous est parvenue dans un très bon état de conservation tel qu'elle était à la fin de cette seconde vagues de modifications. La tour de Londres, c'est avant tout un grand donjon, la tour blanche, la caserne waterloo qui contient de nos jours les fameux bijoux de la couronne, et deux rangées de remparts hérissées de tours.

Tour de Londres

Tour de Londres


Forme générale

L'ensemble de la tour de Londres fait 4,9 hectares, il forme un hexagone irrégulier compris dans un rectangle de 240m par 210, plus une double-tour avancée qui contrôle l'entrée. Toute la citadelle est entourée d'un large fossé qui a été asséché, d'un premier rempart épais (sauf côté Sud, où il est plus fin) et d'un second rempart équipé de tours. A l'intérieur de cette double enceinte se trouve le bâtiment principal, le donjon (que l'on appelle ici la Tour Blanche en raison de la couleur des décorations), la caserne Waterloo qui contient la salle des bijoux de la couronne, le quartier général des fusilliers qui abrite un musée, la chapelle royale ainsi que d'autres bâtiments moins connus : L'hôpital, les ateliers, les appartements de la Reine, etc.


Les protections

La tour de Londres est une forteresse difficilement prenable. Elle est dotée de douves, de deux murailles concentriques et de nombreuses tours de protection.

Côté Nord le rempart extérieur ne possède que deux tours massives (20m de diamètre, à peu près), une à chaque angle. On les appelle les monts Legge (à l'Ouest) et Brass (à l'Est). Côté Ouest il n'y a pas de tours à l'exception de la tour Byward qui contrôle l'entrée, et bien sûr les "middle towers" (tour intermédiaire) qui, elles, sont en avant de l'entrée. Le côté Sud fait face à la Tamise, elle est protégée par la tour St Thomas et deux autres plus petites, la tour Cradle et la tour du puits. Enfin côté Ouest la seule tour de protection est tout au Sud, c'est la tour Develin.

Par contre, si le rempart extérieur ne dispose que de peu de tours, le remparts intérieurs en a beaucoup plus, surtout côté Nord. Elles sont toutes reliées par un chemin de ronde que l'on peut prendre de nos jours pour visiter l'ensemble des fortifications.

Sinon la tour de Londres possède d'autres protections :

  • les ponts-levis, entre les middle towers et la tour du berroi,
  • la trou blanche, un donjon massif,
  • la zone de protection au-delà des douves, toujours une zone militaire interdite au public

Les différents bâtiments

Comme il s'agit d'une forteresse, il y a un grand nombre de bâtiments à la tour de Londres, le principal étant probablement le donjon. Voici la liste des principaux lieux à connaitre, avec un lien pour chacun d'eux vers leur description.

Plan de la tour de Londres

Description du Guide de la tour de Londres, par I. Hewitt (1868)

Ce texte est celui d'un certain Hewitt, il a été écrit en 1868 dans un livre, le "Guide de la tour de Londres". Il décrit ce monument avec les yeux d'un visiteur de l'époque. Si l'écriture est un peu désuète la plupart des textes sont toujours d'actualité. On peu repérer quand même quelques différences entre la situation de l'époque et l'état actuel de la tour de Londres, en particulier sur la présence des "canons qui commandent toutes les avenues de la tour".

On notera aussi la présence de la caserne Waterloo "toute récente", puisqu'elle fut construite en 1840. De nos jours, elle nous parait bien plus ancienne.


Le texte

Cette forteresse est située sur la rive Nord de la Tamise, à l'Ouest de Londres. Aujourd'hui incluse dans l'agglomération, elle était encore au XIXe siècle à l'extrémité de la ville, la suite des terrains en allant vers l'Ouest étant occupé par les Wharfs, ces entrepôts désormais devenu très tendance. La forteresse couvre 12 arpens (4,9 hectares) de terrain et elle est entourée d'un fossé. Le grand mur porte, de distance en distance et le long des retranchements, des canons braqués qui commandent toutes les avenues de la Tour. L'intérieur de la forteresse contient plusieurs maisons particulières, une église, des magasins, etc. La Tour est séparée de la Tamise par une partie du fossé et une plateforme d'où on a une belle vue sur le fleuve. Il y a deux entrées : la principale est au sud-ouest des bâtiments. Elle a deux portes en-deçà du fossé qu'un petit pont de pierre traverse, et une troisième porte au-delà du fossé. A droite de la porte de l'ouest se trouvait la Tour des lions (Lion Tower), bâtie par Edouard IV, occupée autrefois par la ménagerie royale. La Tour Byward est de forme circulaire. On dit que la reine Elizabeth fut enfermée dans cette tour, qui dépend aujourd'hui des appartements du gouverneur de la forteresse. A peu de distance de celle-ci, on voit la Porte des Traîtres (Traitor's Gate), ainsi nommée parce que c'est par-là qu'on amenait autrefois les prisonniers d'état. La Tour sanglante (Bloody Tower) où l'on dit qu'Edouard V et son frère, le Duc d'York, furent étouffés par ordre de leur oncle, le Duc de Glocester. Depuis, on parle de la légende des deux princes.

Couverture du guide

Couverture du guide

Entrant dans l'enceinte intérieure par la porte de la Tour sanglante, on se trouve au pied de la Tour Blanche (White tower). C'est un édifice massif, de forme quadrangulaire, la plus vaste et la plus ancienne partie de cette forteresse. Elle est crénelée, avec une tourelle à chaque angle. Les murs ont plus de 4m d'épaisseur. L'édifice se compose de trois étages élevés, sous lesquels il y a des chambres, qui servaient de prisons. On voit au second étage un beau reste de l'architecture des Normands, la chapelle de Saint-Jean, dans laquelle les anciens rois faisaient leurs dévotions. Une autre salle de la Tour Blanche servait de Chambre de Conseil. Les pièces au-dessous du bâtiment étaient autant de prisons, dont les murs portent encore des inscriptions que les victimes qui y furent enfermés ont écrites. Outre la chapelle de Saint Jean, il y en a une autre dans la forteresse, élevée sous le règne d'Edouard Ier, et consacrée à Saint Pierre. C'est un monument simple qui n'est intéressant que pour avoir servi de lieu de sépulture à un grand nombre de personnages célèbres, et aux victimes de l'exécrable tyran Henry VIII. C'est là que repose l'infortunée Anne Boleyn, la reine Catherine Howard, l'évêque de Rochester, Jean Fisher, Thomas Cromwell, la comtesse de Salisbury, dernier rejeton des Plantagenets, Edouard Seymour, duc de Somerset, Thomas Howard, duc de Norfolk, Lady Jane Grey et son mari, Lord Guildford Dudley et le fameux comte d'Essex, favori de la reine Elizabeth.

Tout près de cette chapelle se trouve la la Tour Beauchamp (Beauchamp Tower), qui a longtemps servi de prison d'état. Elle se compose de deux étages, ses murs portent les témoignages de la misère de ceux qui y furent enfermés. Au nombre des personnes illustres emprisonnées dans cette tour, on cite la reine Anne Boleyn, Lady Jane Grey, Jean Dudley, comte de Warwick, Philippe Howard, comte d'Arundel, Charles Bailly, agent de Marie Stuart, Sedbar, prieur de Joreval, et Robert Dudley, comte de Leicester. La maison du gouverneur, édifice du temps de Henry VIII, est au sud de la Tour Beauchamp. Au Nord-Est la Tour Develin, d'où l'on communiquait, à ce qu'on dit, par des souterrains aux caveaux de la chapelle St Pierre. A l'Est de cette tour il y a les restes de trois autres tours : la tour Flint (Flint tower), la tour Bowyer, et la tour Brick (Brick Tower). On affirme que Lady Jane Grey fut emprisonnée dans cette dernière, et la tour Bowyer est dite avoir été le théâtre de la mort du Duc de Clarence, qui fut noyé dans un tonneau de Malvoisie. C'est dans un atelier de cette même tour, que commença le feu qui détruisit le Grand Arsenal en 1841.

Plus loin on trouve la tour dite tour aux flèches (Broad Arrow tower) : elle a servi aussi de prison d'état. La tour du sel (Salt Tower) n'offre rien d'intéressant, si ce n'est une inscription gravée par un maître de taverne, qui y fut enfermé en 1560 accusé de sorcellerie. Dans la Tour Wakefield il y a une belle salle octogonale où l'on dit que fut assassiné Henry VI. Cette tour porte le nom de Wakefield parce qu'elle fut le lieu de détention des prisonniers faits à la bataille de Wakefield.

Au nord de la Tour Blanche on trouve un grand bâtiment de la fin du XIXe siècle qui sert de caserne pour une garnison pouvant être assez nombreuse. Il occupe le terrain où était autrefois le Grand Arsenal, détruit par l'incendie en 1841. Cette Arsenal avait 105m de longueur sur 18 de large, et consistait en deux appartements principaux. Dans le premier on trouvait une collection de canons, dont les uns étaient remarquables par leur antiquité, les autres par leur construction. La salle d'en haut contenait ordinairement des fusils pour environ 600 hommes: ils occupaient le centre de l'appartement. Sur les murailles on voyait une infinité d'armes anciennes de toute espèce. La destruction fut complète : on sauva seulement quelques pièces de canon, qui sont actuellement à l'ouest de la Tour Blanche. Les dommages se sont élevés à 250,000 livres sterlings de l'époque. Ce bâtiment contient de nos jours la Salle des Joyaux de la Couronne.



Voir aussi :

Découvrir la tour de Londres

Histoire de la tour de Londres





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.