Les deux princes de la tour de Londres

FR EN ES

Les deux princes de la tour de Londres


Lorsqu'on est à la tour de Londres on apprend très rapidement quelle est la légende des deux princes. En fait, ce n'est pas vraiment une légende, mais l'histoire mêle trahisons, meurtres, secrets et dévoilements, alors de ce fait historique, on en fait vite une vrai légende. Toujours est-il que tout ceci commence en 1483.

Edouard V et son frère

Edouard V et son frère


La disparition des frères

Cet année-là le roi Edouard IV décède, laissant derrière lui deux fils trop jeune pour gouverner. L'aîné, qui a 13 ans, est Edouard V, il est accompagné d'un jeune frère de 9 ans à peine qui a le titre de duc d'York. Or Edouard IV avait un frère, Richard, duc de Gloucester. Profitant de la situation ce dernier fut officiellement nommé "protecteur du royaume" les 8 ou le 10 mai, ce qui équivaut à assurer la régence. Il prit aussi en charge l'éducation de ses neveux, ce qui consista à les enfermer immédiatement dans la tour sanglante, qui n'avait pas encore ce nom-là à l'époque.

Peu après, les princes avaient disparus.

On les avait vu pour la dernière fois fin juin 1483 et on croit traditionnellement que la raison la plus probable de leur disparition est qu'ils ont été assassinés à la fin de l'été 1483. Mais les spécialistes ne sont pas forcément d'accord sur ce sujet, il y a conflit sur le lieu et le sort d'Edward V et son frère. Les traditionalistes croient qu'ils ont été tués sur ordre de leur oncle Richard, alors que les révisionnistes font valoir que Richard a reçu le mauvais rôle par la propagande des Tudor mais que son successeur, Henry VII, avait la même raison pour enlever les deux garçons car ils se tenaient sur son chemin vers le trône autant que Richard.


La découverte d'os mystérieux

En 1674, des ouvriers employés à la démolition d'un escalier de la Tour Blanche, escalier menant à la chapelle de Saint-Jean, ont fait une découverte horrible : Les os de deux enfants ont été retrouvés dans un coffre d'orme, à une profondeur d'environ 3m. A l'époque ces os n'avaient guère d'importance et ont été jetés avec les décombres de l'escalier. Ce n'est qu'ultérieurement que l'on estima qu'il s'agissait là des restes des deux "Princes de la tour". A leurs sujets on a beaucoup écrit. Ci-dessous, le texte de John Knight, chirurgien en chef de Charles II, en 1677:

Le vendredi le ... jour de juillet, An 1674 ... afin de reconstruire les différents bureaux de la Tour et d'effacer la Tour Blanche de tous les bâtiments contigus, creusant les escaliers qui ont conduit au logis du Roi, à la chapelle de la dite Tour, d'environ dix pieds dans le sol, ont été trouvés les os de deux enfants dans (comme il semblait) un coffre en bois qui, selon l'enquête, était proportionnel aux âges de ces deux frères, soit environ treize Et onze ans. Le crâne de l'un était entier, l'autre brisé, comme en étaient bien d'autres os, aussi le coffre, par la violence des ouvriers, qui ... jettent les ordures au loin, ont causés ces brisures pour récupérer les ordures et, par là, ont conservé tous les os.

Les circonstances de l'histoire étant considérées et en ayant souvent discuté avec Sir Thomas Chichley, Maître de l'Ordonnance, par l'industrie de laquelle les nouveaux bâtiments étaient alors en train de se faire, et par qui la question a été signalée au roi.


Le second enterrement

Charles II, alors le monarque régnant, croyant qu'ils étaient les os des deux princes, a demandé à l'architecte Sir Christopher Wren de concevoir un cercueil en marbre blanc et les os ont été placés avec révérence dans la chapelle Henry VII à l'abbaye de Westminster, à proximité du tombeau de La soeur du Prince, Elisabeth d'York. Un monument conçu par Sir Christopher Wren marque maintenant le lieu de repos supposé de ces princes.


La réalité archéologique

L'enterrement des deux garçons n'a pas éteint définitivement la question sur qui étaient réellement ces garçons. Après tout, ce n'est pas parce que deux enfants ont disparu et qu'on retrouve deux siècles plus tard des ossements d'enfants qu'ils s'agit bien d'eux. Des études poussées ont donc été entreprises pour connaître définitivement l'histoire, si c'était possible.

C'est Georges V qui demanda à ce que les os soient exhumés pour expertise, en 1933. Leurs études a été effectué par Lawrence Tanner MD , L'OBE, l'archiviste de l'abbaye, le professeur William Wright, le président de la Société anatomique de la Grande-Bretagne et le Dr George Northcroft, alors président de l'Association dentaire. Le professeur Wright a conclu que, sur la preuve du développement de l'ossification des os de la vertèbre, il pensait qu'il s'agissait d'os de deux enfants, l'aîné ayant douze à treize ans et le plus jeune neuf à onze ans. Le rapport Tanner et Wright et les photographies d'accompagnement des os ont fait l'objet d'un examen approfondi à plusieurs reprises depuis lors. Les conclusions modernes varient, mais il n'y a pas de réponses formelles sur le fait qu'on est bien là en présence des deux princes. Le mystère continue donc.


La légende

Si l'on en croit la légende, la tour sanglante est hantée par les fantômes des deux princes. Les gardes à la fin du XVe siècle ont signalé que, passant la tour sanglante, ils aperçurent les ombres de deux petits personnages qui glissaient dans les escaliers encore en train de porter les vêtements blancs qu'ils avaient la nuit où ils ont disparu. On dit qu'ils se tenaient silencieusement, main dans la main, avant de disparaître dans les pierres de la tour.



Voir aussi :

Description de la tour de Londres

Les corbeaux de la tour de Londres





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.