Les corbeaux de la tour de Londres

FR EN ES

Les corbeaux de la tour de Londres


La tour de Londres est connue pour pas mal de choses différentes. Tout d'abord son rôle dans l'histoire de l'Angleterre, sa capacité à contrôler Londres bien sûr, mais aussi le fait qu'elle nous soit parvenu en très bon état, dans un style féodal propre aux châteaux de cette époque - même si une grande partie des tours ont été refaites au XIXe siècle. Mais si la tour est connue aussi pour les actes de torture et les exécutions qui y eurent lieu, les corbeaux sont une des curiosités de cette forteresse.

Les cages des corbeaux

Les cages des corbeaux

La région de Londres est un lieu d'habitat naturel des corbeaux. On en trouve dans le Nord de la France mais aussi encore plus au Nord. C'est un animal qui a besoin de peu de chaleur et qui peut vivre dans un grand nombre de territoires, du moment qu'il ai sa nourriture. La présence de corbeaux à la tour est peut-être dû aux nombreux cadavres qui y passaient, essentiellement des animaux bien sûr, mais aussi des ennemis du roi qui étaient laissés à l'abandon pour s'y faire dévorer. Malheureusement la croissance de la capitale britannique et la réduction des zones de campagne a fait fuir ces animaux. Il y eu donc de moins en moins de corbeaux à Londres.

La légende des corbeaux de la Tour de Londres remonte au règne du roi Charles II. Il semble que le vol des corbeaux commençait à interférer avec le travail de l'astronome royal, John Flamsteed, qui a effectué ses observations quotidiennes avec un télescope situé dans l'observatoire de la Tour Blanche. Le roi Charles, qui en avait marre des déjections d'oiseaux sur les terrains autour de la Tour, ordonna à l'origine que les corbeaux fussent tués, mais on lui déconseilla de mettre cet ordre à exécution car, "si les corbeaux quittaient la tour de Londres, la monarchie chuterait.".

Du coup par pragmatisme le roi Charles annula son ordre d'extermination des corbeaux. Il fit installer l'Observatoire royal à Greenwich, à quelques kilomètres de là, et ordonna que les ailes de quelques corbeaux seraient coupées pour être sûr de les garder à la Tour. Au cours des siècles, les corbeaux captifs ont été associés à cette légende qui dit que la monarchie s'effondrera le jour où le dernier corbeaux partira de la tour.

La population de corbeaux a failli disparaître une seule fois, dans l'histoire de la tour de Londres. C'était durant la seconde guerre mondiale, une période durant laquelle seul un corbeau vivait. Bien sûr les responsables parvinrent rapidement à compléter le groupe.


Les corbeaux, de nos jours

Corbeau à la tour

Corbeau à la tour

À l'heure actuelle, le groupe de corbeaux détenus en captivité à la Tour contient sept individus, il s'agit de corbeaux communs. Pour les identifier chaque corbeau est bagué avec une couleur différente. Ils ont tous un nom, donné par les gardiens, les Yeoman Warder.

De nos jours leurs ailes sont rognés de façon à ce qu'ils ne partent pas loin. Leur régime est fait de fruits frais, de fromage et de viandes fraîches comme le boeuf, le poulet ou l'agneau. Ils reçoivent également des vitamines et d'autres suppléments, tels que des œufs à la coque hachés et de l'huile de foie de morue. Les corbeaux sont bien soignés comme peuvent le constater les milliers de touristes qui passent tous les jours devant leurs cages. D'ailleurs ces visiteurs sont invités à ne pas les nourrir. Attention aussi, les mordent s'ils se sentent menacés. !

Les corbeaux détenus en captivité à la tour de Londres ont une durée de vie de plus de 40 ans, pour certains d'entre eux. En fonction des périodes leurs cages sont déplacées, parfois elles sont dans les douves côté Nord, tantôt dans la cour intérieure, à côté de la tour blanche.



Voir aussi :

Découvrir la tour de Londres

Histoire de la tour de Londres





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.