Les joyaux de la couronne

FR EN ES

Joyaux de la couronne


La Tour de Londres est le symbole de la puissance de la monarchie anglaise, c'est Guillaume le Conquérant qui la fit construire. Elle possède de nos jours une fonction majeure : Garder les joyaux de la couronne britannique. C'est un rôle qu'elle a depuis le XIIIe siècle, nous étions alors sous le roi Henry III. Ces bijoux exceptionnels sont exposés au grand public depuis 1669.

La salle des joyaux de la couronne

La salle des joyaux de la couronne

Avant d'entrer dans la salle des joyaux, il faut savoir que les photos sont interdites sans doute pour des raisons de sécurité : les joyaux ont fait l’objet de nombreuses tentatives de vol, et il est inutile de simplifier le travail des voleurs, encore que de nos jours ce n'est surement pas quelques photos des systèmes d'alarme qui permettent de s'introduire dans la salle.


Les salles des joyaux

Durant des siècles la tour de Londres servit à abriter les éléments les plus importantes pour le roi, pour son quotidien : Tenues d'apparat, bijoux, couronnes, et tout ce qui pouvait avoir de la valeur. La cérémonie du couronnement du monarque existe depuis plus de 1000 ans mais la couronne elle-même est bien plus récente, c'est une pièce moderne qui y est exposée comme la plupart des autres pièces.

Les bijoux furent conservés dans différents lieux à la tour. au fil de l'histoire. Ils furent montrés au public pour la première fois en 1665. La salle des joyaux de la couronne que l'on voit de nos jours date de 1967, elle est dans la partie Est de la caserne Waterloo. Bien sûr cette zone est terriblement sécurisée, elle contient non seulement les bijoux mais aussi des objets royaux comme des plats de service. Ces derniers étaient exposés au premier étage. Avec le temps les visiteurs furent de plus en plus nombreux, il fallut créer des salles plus grandes. La construction de cette salle date de 1992 et fut terminée en 1994. Elle est 3 fois plus grande que la précédente et peut accueillir bien plus de monde en même temps. Du coup il y a moins de temps d'attente pour admirer les bijoux. Et quitte à la refaire, on en a profité pour améliorer la sécurité, par exemple présentant les principales pièces derrière des vitres pare-balles de... 5cm d'épaisseur !

Chaque vitrine est équipée des meilleurs systèmes de conservation. Elles ont une ventilation qui envoit un air filtré ainsi que des lumières à base de fibres optiques.

Astuce : N'oubliez pas de prendre une photo avec le garde, à l'entrée de la salle des bijoux, ça vous fera un super souvenir !


Visite des joyaux de la couronne

Une fois à l'intérieur de la salle des bijoux la première zone est appelée "Hall des Monarques" ("Hall of Monarchs"). Vous y trouverez les blasons des monarques britanniques de Guillaume le Conquérant à la reine Elizabeth II ainsi que les principaux ornements des heaumes médiévaux au fil du temps. Il est toujours intéressant de voir l'évolution de ces décorations qui identifient les forces britanniques vis à vis de leurs ennemis.

Les visiteurs poursuivent leurs découvertes par le visionnage (facultatif) des 3 films (assez courts). L'un d'eux montre la cérémonie de couronnement de la Reine Elisabeth II en 1953, c'était la première fois dans l'histoire que cet évènement était retransmis à la télévision, on y voit la très jeune reine avancer, couronne sur la tête. Cette couronne, vous la verrez un peu plus loin.

La salle suivante est un long hall, on l'appelle le hall de la procession (Processional Way), c'est l'endroit où sont exposés les masses. A l'origine les masses étaient des armes médiévales en bois et en métal, mais avec le temps elles sont devenues des symboles de l'autorité du roi ou de la reine. Les masses les plus travaillées sont faites en métaux précieux et incrustés de bijoux qui reflète le haut rang de ses possesseurs.

Puis, la salle suivante montre les fameuses couronne d'Angleterre. C'est là que se trouvent les tapis roulants pour éviter les engorgements devant les vitrines. On y voit les principales couronnes des rois et reines d'Angleterre. Ne vous inquiétez pas si vous n'avez pas eu le temps de bien les voir, vous pouvez sans problème revenir en arrière et reprendre le tapis roulant à nouveau. Si il y a du monde, mettez vous tout simplement à la file et repassez autant de fois que vous le souhaitez. Et puis, il y a aussi un tapis roulant de l'autre côté bien sûr ! Ca a un côté frustrant car on ne peut pas s'arrêter longuement devant une couronne pour en admirer toutes les pierreries, mais ça à l'avantage de permettre à tout le monde de les voir, et sans busculade.

Vous y verrez l'Imperial State Crown portée par la reine, chaque année à l'ouverture de la session parlementaire. C'est la couronne principale de la Reine. Il y a aussi la "Queen Victoria Diamond Crown" (Couronne de la Reine Victoria), la Queen Mother Crown (Couronne de la reine mère) qui a la particularité d'avoir le diamant dit Koh-i-Nor, un diamant de 105.6 carats.

Dans la pièce suivant sont exposés les insignes royaux tels la robe portée par la reine Elisabeth II. Après l'exécution du roi Charles Ier en 1649, Oliver Cromwell imposa que les bijoux soient fondus ou vendus afin de fabriquer des pièces, pour agrandir le trésor. Cette période correspond à un évènement majeur pour les joyaux de la couronne qui furent perdus. On appelle parfois Charles II le roi sans couronne, suite au fait que c'est le premier à être couronné après la disparition de la collection de bijoux royaux.

Toutefois de nouveaux insignes royaux furent fabriqués en 1661. La plupart des objets montrés dans la salle des joyaux datent de cette époque. On y voit une cuillère du couronnement, elle est la pièce la plus ancienne puisqu'elle a survécu à la destruction de Cromwell du XVIIe siècle. On y voit aussi le sceptre à la croix, il est connu pour avoir, sur sa partie supérieure, le Cullinan I, un diamant de 530,2 carats, ce qui fait de lui le plus gros diamant du Monde. Il y fut serti en 1910.

Les chiffres sont éloquents, et on comprend pourquoi il y a un engouement pour les joyaux de la couronne : ce sont avant tout 23 578 pierres précieuses ! L'Imperial State Crown (Couronne impériale d’apparat), à elle seule, contient 2868 diamants, 273 perles, 17 saphirs, 11 émeraudes et 5 rubis. A noter que l'on peut aussi admirer le plus gros diamant taillé du monde, le "First Star of Africa", issu du Cullinan, le plus gros diamant jamais découvert au monde. Il est monté sur le sceptre impérial. Ces symboles monarchiques sont encore utilisés par les souverains anglais lors des couronnements.


Principaux bijoux des joyaux de la couronne

Année

Objets

Couronne St Edward

Couronne St Edward

1661

Couronne St Edouard (St Edward's Crown)

Cette couronne est la plus importante et la plus sacrée de toutes les couronnes britanniques. Elle n'est utilisée qu'au moment du couronnement proprement dit. Elle fut refaite en 1661, elle remplace la couronne utilisée pendant l'époque médiévale qui fut fondue durant la guerre civile.

En savoir plus : Couronne de St Edward.

Couronne impériale

Couronne impériale

1937

Couronne impériale d'apparat (Imperial State Crown)

Fabriquée de toute pièce pour le couronnement de George VI, cette couronne fut portée par ce nouveau monarque lorsqu'il quitta l'abbaye de Westminster, après la cérémonie de couronnement. Elle est galement portée par sa Majesté la Reine lors de chaque ouverture de session parlementaire.

En savoir plus : Imperial State Crown.

Orbe du souverain

Orbe du souverain

1661

Orbe du souverain (Sovereign's Orb)

Ce globe creux est en or, c'est l'un des symboles royaux britanniques. On trouve des orbes sous de nombreuses monarchies, un tel objet est le symbole du monde chrétien. Celui-ci a été utilisé à chaque couronnement deuis celui de Charles II. Il contient des gemmes de grande valeur, dont 365 diamants roses.

Sceptre royal à la colombe

Sceptre royal à la colombe

1661

Sceptre royal à la colombe (Sovereign's sceptre with dove)

Ce sceptre est l'un des plus prestigieux existant au monde. La colombe qui y est au sommet symbolise le Saint Esprit, ce qui montre le côté spirituel de l'autorité britannique. Il est fait d'or incrusté de 285 gemmes.

Sceptre royal à la croix

Sceptre royal à la croix

1661

Sceptre royal à la croix (Sovereign's sceptre with cross)

Ce sceptre royal a été utiliée pour, entre autres, la reine Victoria en 1838. Vu qu'elle était jeune il fallut le modifier pour réduire la taille de la poignée, trop imposante à l'époque. L'énorme diamant nommé Cullinan I, le plus gros diamant taillé du monde, a été fixé à son sommet en 1911.

Couronne impériale des Indes

Couronne impériale des Indes

1661

Couronne impériale des Indes (Imperial Crown of India)

Il s'agit d'une couronne faite pour George V lors de sa visite à Delhi en tant qu'empereur des Indes. Comme les joyaux de la couronne ne peuvent pas sortir du Royaume-Uni il fallut fabriquer une nouvelle couronne spécialement pour l'occasion. Elle contient 6000 diamants.

En savoir plus : Couronne impériale des Indes.


Le vol des joyaux de la couronne par Thomas Blood

L'histoire retiendra le colonel Blood en tant que voyou audacieux, capable d'un exploit que seul un esprit malicieux peut réussir. Il a tenté de voler les joyaux de la Couronne. Né en 1618, Thomas Blood était irlandais, originaire du Comté de Meath et le fils d'un forgeron talentueux et prospère. Sa famille n'avait pas seulement une richesse mais aussi un prestige, Thomas venait d'une longue ligne d'hommes et de femmes respectés, son grand-père avait même servi en tant que député.

La vie s'est agitée pour le bon vieux Thomas lorsque le Wark civile anglais a éclaté en 1642 et il été expédié en Angleterre pour se battre pour le roi Charles I. Monsieur Blood était clairement un homme d'esprit pratique, et dès qu'il était évident que Cromwell gagnerait cet guerre, il a changé de partie pour rejoindre les Roundheads. Ce mouvement audacieux lui a assuré la récompense d'un grand état lorsque Charles I a été vaincu mais, comme le sort lui est tombé dessus, Blood dut fuir le pays lorsque Charles II est parvenu sur le trône. Les historiens ne semblent pas être d'accord sur son sort mais la ville de Londres indique qu'il séjourna en Italie.

Le colonel n'était certainement pas content de ce tournant de l'histoire et, avec d'autres Cromwelliens mécontents, tenta d'autres coups d'éclat comme celui de la prise du château de Dublin, pour capturer le gouverneur. Des années plus tard, étant déjà l'un des hommes les plus recherchés de toute l'Angleterre, il osa revenir sous une fausse identité et a même commencé à pratiquer la médecine. La vie d'aventure de Blood (un sujet populaire pour quiconque a pris l'un des cours de français que Londres a à offrir) était loin d'être terminée, et c'est alors qu'il commença à travailler sur un complot pour voler les joyaux de la Couronne.

Ceux-ci étaient gardés en toute sécurité à la Tour de Londres dans l'un des sous-sols inférieurs, constamment surveillés par leur gardien Talbot Edwards.

Thomas passa un peu de temps à s'amuser avec Edwards, construisant une amitié qui lui permettrait éventuellement de voler les bijoux. C'était le jour voulu où il avait établi une rencontre entre son neveu et la fille d'Edwards que le vol eu lieu. Parfaitement huilé, le vol commença par éliminer Edwards et parvint à mettre la mais sur les bijoux. Malheureusement pour lui le destin lui joua un tour juste à ce moment, un témoin ne devant pas être là le reconnu et lança l'alerte. Les plans du colonel Blood furent déjoués.

Aussi incroyable que ça puisse paraitre, la chance a joué en sa faveur. Son charme et son esprit ont réussi à gagner la volonté du roi, qui a non seulement épargné sa vie, mais lui a redonné sa liberté et des terres lui rapportant une belle somme, annuellement. Après cette affaire il est devenu un visage familier à la cour et un homme plutôt populaire. Cette histoire impressionnante et presque incroyable fait de Thomas Blood l'un des personnages les plus intéressants (et les plus chanceux) de l'histoire de l'Angleterre.

Les Joyaux de la Couronne n'ont jamais été volés depuis, aucun autre n'a eu l'esprit ni l'audace du colonel pour tenter un tel projet !


Histoire des joyaux de la couronne

Date
Joyaux de la couronne

1042 - 1066
Edourd le Confesseur dépose ses ornements royaux dans l'abbaye de Westminster pour les conserver en sécurité.
1216
La légende raconte que cet année-là le roi Jean perdit ses joyaux dans des sables mouvants
1303
Déplacement des joyaux de la couronne de l'abbaye de Westminster à la tour de Londres, qui servit alors de trésorerie royale.
1338 -1342
Edward III gagea les joyaux de la couronne pour payer ses troupes durant la guerre de 100 ans. Cette pratique fut interdite par la suite.
1649
Les joyaux de la couronne furent fondus par Olivier Cromwell appuyé par le parlement. Cette époque mettait en avant le rejet des rois. Certaines pierres précieuses furent vendues, mais heureusement la plupart des joyaux restèrent sertis sur les bijoux et purent être récupérés tels quels.
1660
Le remplacement des joyaux perdus sont estimés à 13 000 livres sterlings, ils furent commandés et fabriqués.
1660
Les premiers visiteurs de la tour de Londres purent contempler les joyaux.
1671
Le colonel Thomas Blood et ses hommes de main tentent de dérober les joyaux à la tour Martin, mais sans succès.
1945
Le joyaux sont déplacés dans un endroit secret suite au début de la 2e guerre mondiale, pour assurer leur sécurité. La collection est revenue à la tour après la guerre.
Années 1950
Les baraquements Waterloo abritent désormais les joyaux.
1967
La maison des joyaux passe en sous-sol afin de mieux accueillir le public qui monte à 15000 personnes par jour.
1994
Dernier déménagement en date pour les joyaux qui passent dans leurs nouvelles salles d'exposition modernes. L'inauguration fut faite par Elizabeth I


Voir aussi :

Découvrir la tour de Londres

Histoire de la tour de Londres





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.