Parcours de visite de la tour de Londres

FR EN ES

Parcours de visite de la tour de Londres


La tour de Londres est une magnifique forteresse médiévale, parfaitement conservée. Avec un passé de près de 1000 ans elle a connu toutes les grandes périodes de l'histoire de l'Angleterre, et a servi bon nombre d'ambitions personnelles au fil du temps. De nos jours démilitarisée, elle est un des principaux sites touristiques de la capitale britannique, et sa qualité justifie parfaitement le temps que vous y passerez.

A la tour de Londres il n'y a pas de visites imposées, on peut certes prendre une visite guidée, mais si on le souhaite, on peut se promener comme bon nous semble dans tout le château, toute la journée. Il n'y a d'ordre imposé dans la découverte des lieux. La suite de ce document donne un exemple de visite, mais ce n'est pas obligatoire, bien sûr.

NOTE : Pour avoir les tarifs, horaires d'ouverture et autres service, reportez vous à la page Visiter la tour de Londres.

Tour de Londres

Tour de Londres


Arrivée à la tour de Londres

L'entrée principale de la tour de Londres est sur le côté Est, près de la Tamise. Le plus pratique est de venir par métro. La station la plus proche est Tower Hill, sur la ligne "District" (Verte) ou "Circle (Jaune). Lorsque vous sortez du métro prenez le souterrain, vous vous retrouvez directement face à la tour de Londres, devant Tower Hill. Ce que vous voyez en premier, c'est la première rangée de fortifications, plutôt basse et massive, et juste derrière la seconde rangée qui est, elle, équipée de tours défensives. Vous arrivez face à la tour Flint.

Visiter la tour de Londres, l'entrée

Face à vous, dans les douves, vous pouvez voir les récentes découvertes concernant l'implantation des bâtiments d'origine romaine, à l'époque où Londres s'appelait Londinium. Ces ruines marquent l'intérêt des romains pour ce site et prouve qu'à travers les âges, il était fait pour accueillir une place-forte.

Poursuivez votre chemin vers la place à votre droite, l'entrée se fait par la tour intermédiaire.

C'est juste après que vous trouvez les Yeoman Warder. Ce sont les gardiens de la tour, depuis le XIVe siècle. On les reconnait parfaitement avec leurs tenues noires brodées de rouge, aux armes de d'Elizabeth II. Les Yeoman Warders vous offrent gratuitement une visite guidée de la forteresse. Pendant 60 minutes, et avec le groupe qu'il a constitué en partant, il vous racontera l'histoire de la tour et pourquoi elle a un si grand intérêt patrimonial. A noter que vous pouvez les réserver à titre privé pour un tour plus personnalisé, ça se fait à la tour Lanthorn.

La porte intermédiaire possédait autrefois un pont-levis. Jusqu'en 1843 les douves étaient inondées, mais à cette date elles ont été asséchées et remplies partiellement de terre car deux ans auparavant, les eaux stagnantes avaient provoquées la mort de plusieurs soldats, par contamination de l'eau potable. Passé la tour intermédiaire vous franchissez la douve et passez sous la porte Byward. Les deux portes se ressemblent beaucoup. Juste après vous verrez le kiosque d'information. Il est ouvert toute la journée et le personnel vous aide du mieux qu'il peut pour vous facilité la visite.


Le rempart Sud, le long de la Tamise

A votre gauche vous voyez la tour de la cloche ("Bell tower"), c'est la seconde tour la plus ancienne du château, après la tour blanche. Elle fait angle entre la rue Mint, qui monte vers le Nord et la rue de la rive, qui longe la Tamise.

Visiter la tour de Londres, le rempart Sud

L'enceinte extérieure dans laquelle vous êtes maintenant a été construite par Edward Ier lors de son expansion de la tour entre 1275 et 1285. Toute la partie Sud des extensions a été prise sur la rive de la Tamise. Il y fit construire un rempart et les quais extérieurs pour améliorer cette face Sud de la forteresse, ce qui forma un espace entre l'ancien rempart et le nouveau, on l'appelle la rue de la rive. Marchez-y jusqu'à rencontrer la porte des traitres sur votre droite. Cette entrée, ouverte sur la Tamise, a été utilisée pour le transport à la tour des prisonniers d'Etat. De nombreuses personnalités sont passées par là, en fonction des vivissitudes de l'histoire. On peut citer la reine Anne Boleyn, ou Sir Thomas Moore.

Le bâtiment au-dessus de la porte des traitres est la tour St Thomas, elle fut construite en 1275 sous Edward Ier pour agrandir le palais royal mais aussi pour créer une nouvelle entrée, fluviale celle-là, à la forteresse. Puis en poursuivant votre promenade le long de cette rue vous passerez successivement devant la tour Wakefield, la tour Lanthorn, la tour Cradle, la tour du sel, la tour du puits et la tour Develin.

La porte Henry III permettait de rejoindre directement de la Tamise le quai et ainsi de rejoindre la tour Wakefield. Bien sûr cette porte était gardée en permanence par des soldats qui avait pour rôle de contrôler les allers et venues dans la forteresse. La tour Wakefield fut construite entre 1220 et 1240 sous le règne d'Henry III (1216-1276). Bien qu'elle soit le principal lieu de résidence du roi, c'était aussi une pièce importante dans la défense de la place-forte. La chambre à l'étage, qui était la chambre privée du roi, à perdu son rôle sous Edward Ier qui l'a transformé en une sorte d'anti-chambre. Sa vrai chambre était, pour lui, à la porte St Thomas. On a présumé que l'anti-chambre ainsi récupérée avait pu servir de salles du trône. Toujours est-il que de nos jours une copie du trône que l'on voit dans l'abbaye de Westminster s'y trouve. A la mort d'Edward Ier les appartements privés du roi de la tour Wakefield furent abandonnée pour passer à la tour Lanthorn.

Cette dernière fut construite en même temps que la Wakefield, elle contenait initialement l'appartement de la Reine. Elle fut partiellement détruite par un incendie en 1774, et resta ainsi, en ruine. La tour que l'on voit de nos jours date du XIXe siècle et contient un certain nombre d'objets de l'époque d'Edward Ier.


Dans la cour intérieure

Si vous entrez dans la cour intérieure à partir de la tour Lanthorn, vous allez croiser l'ancienne enceinte romaine, celle de la cité de Londinium. Elle encerclait la ville antique, mais au fil du temps elle a été laissée en friche. Quand Guillaume le Conquérant décida de construire un donjon pour contrôler la ville, il choisit l'angle Sud-Est de cette enceinte, c'est pourquoi on la trouve encore partiellement, sur place.

Visiter la tour de Londres, la cour intérieure

A ce moment, vous avez à votre droite les ateliers et à votre gauche et face à vous, la fameuse tour blanche. Avancez jusqu'à l'entrée de la tour blanche. Cette grande structure fut construite vers la fin du XIe siècle, à cette époque c'était le plus haut bâtiment de Londres, avec ses 27m de haut. Ses murs font 4,6m d'épaisseur à la base et 3,3 au sommet. Elle est construite en pierre de rivière du Kent et les angles sont en pierre de Caen, en Normandie.

Cette tour fut construite pour le confort du roi et du constable (le responsable de la forteresse, qui commandait la garnison) Les deux se partageaient les étages du bâtiment, le constable en bas et le roi en haut. Par la suite, lorsque le rempart intérieur fut construit, le roi prit ses quartiers dans la tour Wakefield, ne conservant la tour blanche que pour assurer sa sécurité. A la fin du règne d'Elisabeth Ier la tour blanche est devenue une armurerie, un cellier et une garde-robe. Au XVIIIe siècle la plupart des pièces servaient de lieu de stockage à des fins militaires.

A l'intérieur de la tour blanche vous pourrez admirer des expositions permanentes sur les différents niveaux. Il y a une grande quantité d'armures, d'armes de guerre, de tournois, de chasse et d'auto-défense. Il y a aussi beaucoup d'objets saxons et vikings, de l'ancien temps à nos jours. Au second étage il y a la St Jean l'Evangéliste. Bien qu'elle soit assez simple, c'est un bon exemple d'architecture normande, avec faite en pierres finement équarries, quoique sans décor.


Les corbeaux

Toujours dans la cour intérieur, au Sud de la tour blanche, on trouve les cages des corbeaux. Aussi célèbres que les Yeoman Warders, les corbeaux sont sans nul doute les habitants les plus connus de la tour. Voilà 900 ans que la tour abrite des corbeaux. La légende raconte que Charles II aurait prophétisé que si les corbeaux quittent la tour de Londres, la monarchie s'effondrerait. Du coup, il imposa que quelques corbeaux soient élevés sur place pour être sûr qu'ils ne partent pas. Et ils y sont toujours.

La population de corbeaux a failli disparaître une seule fois, dans l'histoire de la tour de Londres. C'était durant la seconde guerre mondiale, une période durant laquelle seul un corbeau vivait. Bien sûr les responsables parvinrent rapidement à compléter le groupe. Chaque corbeau est identifié par une anneau de couleur qui lui ceint la patte. Ils répondent à leurs noms, mais uniquement à leurs dresseurs. Ils sont aussi capables d'attaquer pour défendre leurs territoires.


Tower green, chapelle et tour Beauchamp

A partir des cages aux corbeaux prenez la direction du Nord le long de la tour blanche jusqu'au lieu d'exécution. C'est une zone de la cour intérieure où furent exécutés les personnalités ayant eut le privilège d'être exécuté en petit comité. Les autres l'étaient à Tower Hill, juste au Nord de la tour de Londres, à un endroit capable de réunir la foule.

Ce lieu, dans la tour de Londres, est appelé en anglais "Green tower". C'est là que fut assassinées deux reines d'Angleterre (Anne Boleyn and Catherine Howeard). Juste au Nord de ce lieu il y a une chapelle, la chapelle royale consacrée à St Pierre Ad Vincula. Elle est ouverte au public et fait partie de la visite des Yeoman Warder (sauf le dimanche). Ensuite, il faut aller à la tour Beauchamp qui se trouve dans les remparts mais dont l'entrée est à cet endroit. La tour Beauchamp a essentiellement servi de prison.


Les joyaux de la couronne

L'étape suivante est la caserne Waterloo. C'est le grand bâtiment devant vous, d'un style néo-gothique. Elle fut construite par le duc de Wellington (qui eut son heure de gloire en gagnat la bataille de Waterloo, qui marqua la chute de l'Empire Napoléonnien). Le but de ce bâtiment était de loger 1000 soldats dans une garnison moderne, avec un quartier des officiers. En soit il ne se visite pas, mais comme il contient les joyaux de la couronne, c'est l'un des haut-lieux de la tour de Londres.

Les joyaux de la couronne sont exposés à la tour de Londres depuis le XIVe siècle. Ils sont toujours utilisés par la famille royale. Les bijoux sont montrés dans différentes vitrines sur plusieurs salles successives. Pour les pièces les plus courues il faut passer par des tapis roulants qui fluidifient le trafic de visiteurs.

La plupart des pièces de cette collection datent de la restauration de la monarchie en 1660, quand Charles II est monté sur le trône suite à la défaite d'Oliver Cromwell. Ce dernier avait ordonné que la totalité des vieux bijoux soient détruits, que l'or et l'argent soit mélangés et qu'ils soient vendus à l'avantage du Commonwealth. La collection contient quelques pièces incroyables comme l'Imperial State Crown made que la reine Victoria fit faire en 1837 et qui est toujours utilisée dans les cérémonie de couronnement. Les joyaux de la couronne sont réputés pour être la plus grande et la plus chère collection de bijoux au monde. Il y a le "First Star of Africa", un diamant de 530 carats, tout simplement le plus lourd au monde. Il est serti dans en haut du sceptre à la croix, un des symboles de la monarchie anglaise.


Le quartier des fusilliers et le rempart Est

Quand vous avez terminé d'admirer les joyaux vous pouvez vous rendre au quartier général des fusilliers et plus exactement à son musée. Le régiment royal des fusilliers a été fondé en 1685 par James II (1685-1688) pour protéger les armements qui se trouvent dans la tour. C'est le premier régiment a avoir été doté de mousquets, l'ancêtre du fusil, d'où son nom. A l'intérieur du musée vous trouverez des informations sur l'histoire de ce régiment, les conflits auxquels il a participé, les guerre napoléonienne, la guerre d'indépendance des Etats-unis, la guerre de Crimée, la guerre des Boer, les deux guerres mondiales, la guerre en Irlande du Nord et plus récemment, la guerre du golfe.

Visiter la tour de Londres, le rempart Est

Après la visite du musée des fusilliers prenez la direction Nord-Est, il y a dans l'angle de la cour intérieure quelques magasins. C'est de là que commence la balade des remparts. Les maisons à proximité des fusilliers datent de 1700, elles étaient initialement les résidences des officiers ou des ordonnances, puis furent les locaux de l'hopital pour la garnison.

Suivez le chemin de ronde le long vers le Sud jusqu'à rejoindre le rempart au-dessus de la Tamise. Vous sortez à la tour du sel. Le rez-de-chaussée de la tour du sel fut utilisé en tant qu'entrepôt pendant les périodes de paix, mais en tant de guerre, où quand la tour entrait en alerte, cette tour était débarassée pour permettre aux archers de défendre la forteresse. Le premier étage contenait une grande cheminée et les archers prenaient également place ici. C'est ici que fut incarcéré John Baliol, roi d'Ecosse capturé (1292-1296) par Edward Ier durant la XIIIe siècle. Durant le reine d'Elisabeth Iere cette salle fut une cellule où l'on enfermait des catholiques. De nos jours encore on peut lire des inscriptions gravées dans les murs, elles ont été faites par les prisonniers.


Le rempart Nord

Visiter la tour de Londres, le rempart Nord

Il faut ensuite, pour suivre une visite classique et voir le maximum de choses, remonter vers le Nord. Vous êtes déjà passé par là, le parcours longe la tour blanche à votre gauche et les ateliers, puis l'hôpital à votre droite. Remontez sur le rempart, mais cette fois-ci, allez vers le Nord. Vous suivez actuellement l'ancien chemin de ronde qui traverse plusieurs tours : tour Brick, tour aux flèches, tour Flint, tour Devereux. Toutes se ressemblent, mais chacune à sa particularité, à commencer par son contenu. Certaines reproduisent la vie au temps médiévaux, d'autres présentent des expositions permanentes, d'autres encore proposent des jeux pour enfants basés sur la découverte de la chevalerie anglaise.

Le chemin de rond vous montre aussi une vue splendide sur le Nord de la ville, avec le fossé, et au-delà de l'avenue la ligne d'horizon des immeubles londoniens si modernes.


Les quais extérieurs

Si vous le souhaitez vous pouvez vous arrêter là. Dans ce cas reprenez la rue de la rive près de la tour sanglante et sortez à la tour St Thomas, près de la porte des traites. Vous sortez par le second passage pour franchir les remparts, la Henry III. Ensuite, vous pouvez vous balader le long des quais. Quand la tour de Londres servait essentiellement d'entrepôt la plus grande partie de cette zone servait de stockage pour les munitions et était occupée par des fonderies pour fabriquer des canons, des ateliers de fabrique d'armes et de lieu d'entrainement. C'était aussi un lieu de cérémonies lorsque les grands dignitaires arrivaient par bâteau, c'était ici qu'ils accostaient.

Visiter la tour de Londres, la sortie

Vous n'avez plus qu'à suivre les quais, vous vous retrouvez à proximité des tour Bywards, à l'entrée. N'oubliez pas d'aller faire un tour au Tower Bridge, il est juste là, à deux pas !


Voilà, vous avez fait un bon tour de cette forteresse. Comptez une bonne demi-journée. Par contre, vous n'autrez pas tout vu, ce parcours est juste à titre d'information. Donc vous pouvez, sans problème, passez du temps dans les différentes tours, explorer la rue Mint et les casemates, flaner près du mur de l'ancienne enceinte, etc.



Voir aussi :

Horaires, tarifs

Histoire de la tour de Londres





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.