A quoi servaient les pyramides d'Egypte ?

FR EN ES

But des pyramides d'Egypte


A quoi pouvait bien servir les pyramides d'Egypte ?

Quand on s'intéresse un peu à ces étranges monuments, on doit immédiatement se poser la question du rôle qu'elles avaient. L'une des premières réponses qui vient naturellement, c'est qu'il s'agit de tombeaux. Et c'est tout simplement vrai, c'est aussi simple que ça.


Les trois pyramides de Gizeh

Les trois pyramides de Gizeh


A l'origine, une question religieuse

Durant l'ancien empire le peuple vivait avec une notion spirituelle bien plus importante que ce que nous connaissons de nos jours, même de ce que nous pouvons imaginer : La religion était prégnante dans la société de l'Egypte antique, et ses préceptes étaient suivis fidèlement.

L'un des principes était que le Soleil, qui apporte la vie, quittait le monde des vivants tous les soirs avant d'y réapparaître, le matin. Si l'on pense que les égyptiens anciens ne savaient pas si le Soleil allait réellement se lever le matin, si un jour, une entité supérieure n'allait pas faire en sorte qu'il ne revienne plus, on peut imaginer le sérieux qu'il mettait à satisfaire cette entité inconnue.

Au fil du temps des noms furent données à ces entités, on parle de Dieu, et au début de la IIIe dynastie le culte de Rê (ou Râ), fut développé, avec tout un imaginaire autour de la mort. On imaginait qu'il existait un océan primordial, source de tout, et des fleuves qui y menaient. On imaginait que lorsque quelque chose était créé, quand une naissance arrivait, une part de cet océan était prélevée. Bien sûr, à la disparition de cet être vivant, sa part de vie retournait dans l'océan. Mais pour ça, il fallait pouvoir y aller, et le seul à pouvoir diriger les "âmes" vers l'océan primordial était le pharaon, par définition d'essence divine.


La nécessité d'un complexe funéraire

Il était donc important que le pharaon, à sa mort, puisse retourner dans l'océan, ne serait-ce que pour guider sa population défunte à le faire. Et quoi de mieux que de préparer ce saut dans le monde des morts qu'en fabriquant un tombeau doté de toutes les aides à ce passage ?

La pyramide, c'est le tombeau ultime du pharaon, elle n'est qu'une partie d'un complexe funéraire bien plus grand que ce qu'on pense de nos jours et dont il reste malgré tout, souvent, des traces. Mais comme beaucoup de bâtiments annexes d'un complexe funéraire ont disparu, on a du mal à imaginer un tombeau dans son ensemble. Celui de Khéphren est parmi les mieux conservés.

La pyramide, c'est donc juste le tombeau. Le pharaon, lorsqu'il décède, était transporté en bateau jusqu'à un temple, dit "temple de la vallée". Il y était momifié, puis était transporté jusqu'à un "temple haut", un temple accolé à la pyramide. Ici, des rites étaient effectués avant le transport du corps dans la chambre funéraire. Le complexe était souvent doté de "chapelles", de "bâtiments annexes" et de lieux de vie pour les prêtres qui restaient au service du pharaon mort, à charge pour eux de plaire au Dieu en faisant les rites quotidiens nécessaires.


L'affectation des prêtres

De nombreux prêtres étaient affectés à ces tâches post-mortem. Plus un pharaon avait de prêtres à son service après sa mort, plus son pouvoir était important. L'un des plus vénérés était Khéops, qui eut 10 prêtres à sa mort, et 60 quelques décennies plus tard. Son culte disparut avec le temps, mais il réapparut durant le nouvel empire, 2000 plus tard, Khéops était alors considéré comme un Dieu.

Certains pharaons n'eurent que peu de prêtres, et pendant peu de temps. Plus le temps passait, moins l'on affectait de prêtres à certains, il y avait aussi une sorte d'effets de mode, en mettant des priorités sur certains cultes et pas d'autres. Ainsi le nombre total de prêtres affectés aux défunts pharaons pouvait énormément varier d'une période à une autre. Mais la constance de ce culte est avérée, ce qui confirme la nature divine des pharaons dans l'imaginaire des égyptiens de l'ancien empire.



Voir aussi :

Dimensions des pyramides

Evolution architecturale des pyramides





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.