Les tentatives ratées de pyramides à faces lisses

FR EN ES

Les tentatives ratées de pyramides à faces lisses


Si les premières pyramides égyptiennes de l'histoire furent des pyramides à degrés (IIIe dynastie), celles-ci se transformèrent en pyramides à faces lisses (IVe dynastie) grace à l'ingéniosité des architectes de l'époque. Mais bien sûr, tenter de construire une pyramide à faces lisses n'était pas évident, il fallut la volonté d'un pharaon pour y parvenir. Ce pharaon, c'est Snéfrou, le dernier roi de la IIIe dynastie.


Les tentatives de pyramides dans l'histoire

La période des tentatives de pyramides à faces lisses suit directement la première de l'époque des pyramides, celles des pyramides à degrés. Elle s'est déroulée, temporellement, à peu près en même temps que l'époque des pyramides provinciales.

En savoir plus sur les différentes phases de la période des pyramides.


En fait, il n'aura fallu que deux tentatives au pharaon Snéfrou (-2575 à -2551) pour parvenir à faire sa pyramide à faces lisses : La pyramide de Meïdoum, aussi appelée la "fausse pyramide", et la pyramide rhomboïdale. Mais pendant qu'il faisait ces essais, peut-être un peu avant, il a fait construire une des huit pyramides de petites tailles qui se trouvent dans les différentes provinces du royaume. On les appelle les "pyramides provinciales" et elles correspondent à une époque particulière dans l'évolution architecture des pyramides d'Egypte, une époque de mise au point de techniques de construction des pyramides à degrés.

En savoir plus sur les pyramides provinciales.


Une fois la technique de construction acquise, les successeurs de Snéfrou se firent construire des pyramides de très grande taille, on les appelle les pyramides géantes. Elles représentent la période suivante dans l'histoire des pyramides.


Le cas particulier : La pyramide de Meïdoum

La pyramide à degrés de Snéfrou, à Meïdoum

La pyramide à degrés de Snéfrou, à Meïdoum

La pyramide de Meïdoum est une pyramide à degrés construite par le pharaon Snéfrou, premier pharaon de la IVe dynastie. On l'appelle aussi la fausse pyramide, à cause de sa forme actuelle. Une fois terminée elle mesurait 93,5m de haut pour une base de 147m. Mais son revêtement s'est complètement effondré, découvrant le noyau central haut de 70m. Elle faisait partie d'un complexe de grande taille, entourée d'un mur de 2m de haut sur 1,4m de large et contenant, outre la pyramide elle-même, une unique chapelle qui se trouvait contre le mur Nord. Ce peu de bâtiments à l'intérieur du complexe est une curiosité car jusque-là, les complexe funéraire des pharaons de la IIIe dynastie étaient très riches en chapelles, temples, salles d'offrandes, autels et autres éléments architecturaux. Certains ressemblaient même à de vrai petites villes. Mais la pyramide de Meïdoum était bien plus simple.

Ce complexe disposait aussi d'une pyramide satellite, d'un temple de la vallée, dit "temple bas", relié au complexe par une chaussée montante et à ciel ouvert de 210m de long.

La pyramide de Meïdoum a été construite en trois étapes :

  • Etape E1 : Construction d'une pyramide à degrés de 8 tranches concentriques appuyées les unes contre les autres, ce qui donna une pyramide à 7 degrés de 65m de haut.
  • Etape E2 : Augmentation de la taille par l'ajout d'un 8e degré
  • Etape E3 : Transformation de la pyramide à degrés en pyramide à faces lisses.

De nos jours il ne reste plus que le noyau central. Il y a deux hypothèses pour expliquer cette destruction partielle.

  • La première hypothèse est que le centre de la pyramide est construit sur de la roche, alors que les constructions concentriques l'ont été sur différentes couches de sable, déstabilisant l'ensemble. du coup, lors de la construction de l'étape E3, sa transformation en pyramides à faces lisses, la pyramide s'est effondrée. Ce déroulé des faits est corroboré par la présence de nombreux décombres aux pieds de la pyramide, décombres qui n'ont été dégagés qu'au cours du XXe siècle.
  • La seconde hypothèse est que la pyramide aurait servi de carrière pour la construction du Caire. Elle aurait donc été démontée petit à petit dès le Nouvel Empire, mais ce processus s'accéléra durant le Moyen-âge.

si la première hypothèse est exacte, la pyramide de Meïdoum est une tentative ratée de construction de pyramides à faces lisses. Si c'est la seconde, alors elle est la première pyramide à faces lisses de l'histoire. Laquelle est correcte ? Nous l'ignorons toujours.


Second essai : La pyramide rhomboïdale

La pyramide rhomboïdale de Snéfrou

La pyramide rhomboïdale de Snéfrou

La pyramide de Snéfrou est la seconde tentative de pyramide à faces lisses de ce pharaon. Elle était située dans un complexe funéraire qui contenait les principales caractéristiques de ce genre de construction : Un espace délimité par un haut mur, à l'intérieur une pyramide, un temple dit "haut", une chaussée et un temple "bas". Mais ce qui fait l'originalité de cette pyramide tient en deux points :

  • d'une part, elle est rhomboïdale, c'est à dire que son inclinaison change au fil de l'élévation,
  • d'autre part, elle est la mieux conservée de toutes les pyramides d'Egypte.

Elle est rhomboïdale : Cette pyramide fut construite en trois étapes, comme la pyramide de Meïdoum. Tout d'abord il y eut une pyramide de 157m de côté avec une inclinaison de 58°, la faisant monter à 125m. Certains égyptologues pensent que son inclinaison était plutôt de 60°, pour une hauteur de 136m, mais on ignore quelle hypothèse est la bonne, à ce jour. Toujours est-il que durant sa construction les architectes décidèrent d'élargir la base, portant les côtés à 190m, mais avec une inclinaison plus faible. Ces ajouts représentent la 2e étape de la construction. La 3e intervient alors que la pyramide est à 49m de hauteur. Visiblement des graves problèmes sont apparus, des fissures menacent de faire effondrer l'édifice, des affaissements sont constatés. Il faut donc poursuivre la construction en limitant l'inclinaison à 42° pour achever la structure le plus rapidement possible. Le fait que la partie supérieure soit plus petite implique que les forces qui s'exercent sur la partie basse sont non seulement moindres, mais aussi portent sur la partie centrale de la pyramide, et pas sur sa périphérie, plus fragile.

Elle est bien conservée : La pyramide rhomboïdale est la mieux conservée de toutes les pyramides d'Egypte. C'est la seule à avoir conservée la quasi-totalité de son revêtement, qui est fait, comme toujours, de blocs de calcaire fin parfaitement lissé. Il faut savoir que toutes les pyramides à faces lisses étaient initialement recouvertes de ce revêtement très blanc qui devaient les faire briller dans le désert, mais comme ils ont disparu, on a du mal à imaginer ce que ce pouvait être. Sauf sur cette pyramide, qui en est le parfait exemple.

Par ailleurs la pyramide rhomboïdale a quelques autres particularités : Elle possède deux entrées (sur la face Ouest et Nord), elle utilise un système de fermeture à herse (pour la première fois de l'histoire), elle n'a pas de sarcophage et sa pyramide satellite faisait 53m de haut à l'origine.


Première pyramide à faces lisses réussies : La pyramide rouge

La pyramide rouge est la première pyramide à faces lisses réussie. D'inclinaison faible, sa forme et l'appareillage des blocs qui la composent sont tels que l'ensemble put être construit jusqu'à bout, et de façon plutôt stable puisque cette pyramide ne s'est jamais effondrée, malgré ses 4300 ans d'existence. Elle a certes perdu son revêtement, mais elle est tout aussi impressionnante qu'elle devait l'être à l'époque de sa construction.

La pyramide rouge, qui doit son nom à la couleur des blocs qui la compose, est dans la nécropole de Dahchour, à 25Kms au Sud du Caire, juste après celle de Saqqarah Mais elle fait partie des pyramides géantes, pas des tentatives ratées.



Voir aussi :

Toutes les différentes sortes de pyramides

Le plateau de Gizeh





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.