Les barques solaires de Khéops


Une barque solaire est un des nombreux éléments funéraires accompagnant le pharaon dans la vie qu'il est censé avoir après sa mort, selon la spiritualité égyptienne.

Barque solaire de Khéops

Barque solaire de Khéops

La barque la plus connue est celle de Khéops, qui vécut durant la IVe dynastie, au XXVIIe siècle avant JC. C'est ce pharaon qui se fit construire un complexe funéraire dominé par la plus grande des pyramides d'Egypte.


Rôle de la barque

Dans l'imaginaire de l'Egypte antique, durant l'ancien empire, tout ce qui vit était issu d'un océan primordial. Lors de son décès ce que l'on appellerait "son âme" retourne à cet océan primordial. Or, durant l'ancien empire, on pensait que seul le pharaon avait la capacité de le rejoindre, il devait alors guider les autres défunts. Son statut de guide venait du fait qu'on considérait le pharaon comme d'essence divine.

Avec une telle vision de choses, il fallait aider au maximum l'âme du pharaon défunt à retrouver l'océan primordial. Pour ça, on l'enterrait avec une barque qui devait, dans son futur monde, utiliser pour remonter le Nil jusqu'à cet océan.


La barque

La barque solaire de Khéops mesure 43m50 de long sur 6m de large. Elle a un tirant d'eau d'1m50.

Elle a été trouvée en pièces détachées dans l'une des cinq fosses qui entourent la pyramide de Khéops. Ces fosses faisaient partie intégrante du complexe funaire de ce pharaon, avec la pyramide, l'enceinte, les temples haut et bas, la chaussée qui les relie et les pyramides annexes.

En savoir plus sur le complexe funéraire de Khéops.

Cette barque est composée de 1224 pièces différentes dont certaines sont marquées d'indication de montage. Elle a une volée de 10 rames et donc nécessitait cinq personnes pour la propulser, plus un barreur à l'arrière qui utilisait une paire de rames pour la diriger. Au centre se trouvait une cabine de 9m de long, complètement fermée mis à part deux portes s'ouvrant, une vers l'avant, l'autre vers l'arrière. A la pointe du navire il y avait un auvent qui permettait de s'abriter du Soleil.


La décoration

La décoration n'est pas en reste, avec des décors intéressants sur la poupe et la proue. Elle montre plusieurs superbes feuilles de papyrus


Matériaux

La barque solaire de Khéops a été fabriquée à partir de bois de cèdre et d'acacia, deux bois courants dans la région à l'époque. De nos jours ces arbres sont beaucoup plus rares, mais il faut penser qu'il y a 45 siècles qui nous séparent de cette époque, la nature a bien changé entre-temps.


Le montage

Lorsque la barque a été découverte, en 1947, s'est posée la question de sa reconstruction. D'une part, fallait-il la remonter, et si oui, comment le faire ?

La première question fut rapidement répondue, on décida de la remonter pour pouvoir la présenter au public. C'est l'égyptien Ahmed Youssef Moustafa, restaurateur du musée égyptien du Caire, qui eut la charge de reconstituer le puzzle. Cette tache prit 10 ans.


Le musée de la barque solaire

Cette barque est désormais visible, entière, dans le musée qui lui est consacré. C'est une grande salle située juste au-dessus de la fosse où elle a été construite, et c'est la seule construction moderne qui existe à proximité immédiate de la pyramide. Son design, épuré, et sa couleur, identique à la pyramide, en font un bâtiment qui s'intègre bien dans le paysage.

Musée de la barque solaire

Musée de la barque solaire


La barque de 1987

En 1987 une équipe de scientifiques japonais parvinrent à prouver qu'une autre des cinq fosses du complexe de Khéops contenait elle aussi une barque.

Le choix qui fut fait par les autorités compétentes fut de ne pas y toucher car cette fosse était hermétique, il ne fallait surtout pas l'ouvrir de peur de dégrader rapidement son intérieur. Il faut dire que cette fosse était restée étanche pendant 4500 ans, il n'était pas urgent de l'ouvrir. Mais quand l'équipe japonaise prouva que l'étanchéité avait été perdue les autorités égyptiennes n'ont pas eu d'autres choix que de donner leur accord à l'extraction de la barque. Il fallut pour ça retirer les quarante lourdes pierres qui en bloquaient le plafond, sans abîmer le contenu de la fosse.

L'extraction des 1200 pièces trouvées dans la fosse a commencé en 2013. Quand le travail d'assemblage sera terminé, cette seconde barque sera exposée dans le futur grand musée de Gizeh, un musée qui sera probablement similaire au musée Imhotep, à Saqqarah.


Les barques d'Abydos

La nécropole d'Abydos est au Sud de celle de Gizeh, elle héberge des tombes des dynasties précédentes de celles de Gizeh. La nécropole faisait face à la ville d'Abydos, sur la rive Est.

Entre 1991 et 2000 les archéologues ont découvert dans la nécropole une série de 14 barques. Elles étaient parfaitement alignées, comme si elles étaient encore dans un port. Bien sûr, il n'en restait que des morceaux, mais suffisamment pour les identifier de façon formelle. Elles étaient toutes de taille identique, vingt mètres de long sur 3m de large, pour un équipage estimé de 30 personnes. Elles sont en bois de cèdre, un bois classique pour ce genre de construction, il venait très probablement du Liban. Elles datent de 3000 ans avant JC, approximativement.

Le plus curieux est que ces barques sont de vraies embarcations, ce ne sont pas des objets de culte n'ayant jamais navigués. Elles sont en planches assemblées par de la corde et aussi curieux que ça paraisse, l'étanchéité de la barque est assurée par le fait que le bois gonfle alors que la corde se rétrécie, plaquant fermement les planches les unes aux autres. Un système simple, probablement peu fiable mais suffisament pour assurer la navigation de ces barques. Alors quel était le rôle de ces barques ? Pour l'instant, l'archéologie moderne n'a pas apporté de réponse, on ignore si il s'agit de barques solaires purement symboliques ou si c'étaient des navires utilisés pour transporter du matériel ou des hommes sur les différents chantiers d'Abydos. Le fait qu'elles aient été en état de fonctionner tend à prouver que c'est plutôt la seconde solution la bonne, mais leur parfait alignement sur le sol tend au contraire à prouver que ce ne sont pas des simples navires.



Voir aussi :

Pyramide de Khéops

Les biographies





Copyright 2013 - 2018 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.