Biographie du pharaon Khéphren

FR EN ES

Le pharaon Khéphren


Khéphren est un pharaon de la IVe dynastie, fils de Khéops et père de Mykérinos. Ses dates de règne approximatives sont de -2518 à -2492.

Khéphren

Khéphren


Filiation

Khéphren est le quatrième fils de Khéops par la Reine Henoutsen. Il avait 7 frères et demi-frères et 4 soeurs (ou demi-soeurs). La reine Henoutsen était la 3e reine de Khéops, et à priori rien ne laissait présager que Khéphren deviendrait pharaon, ayant un frère aîné (Kaouab Ier). Toutefois celui-ci décéda avant son père, et c'est naturellement son frère Djédefrê qui prit la suite de Khéops.

A la mort de Djédefrê on ignore ce qui s'est passé dans la famille royale mais le fait est que le fils de Djédefrê ne monta pas sur le trône, c'est son oncle Khéphren qui fut choisi. Que faut-il en conclure ? Il y a plusieurs hypothèses expliquant cette rupture dans la tradition de confier le pouvoir à son fils.

  • Il est possible que le fils de Djédefrê, Setka, soit mort avant de pouvoir régner,
  • Peut-être que Setkan était pas en âge de régner et fut écarté du pouvoir,
  • Il y a peut-être eut un conflit entre le fils et l'oncle qui a tourné à la victoire de Khéphren,
  • Djédefrê fut peut-être considéré comme illégitime, sa descendance ayant été naturellement écartée du pouvoir au profit d'une branche classique de la famille royale

Pour l'instant aucune trace archéologique ne vient étayer l'une de ces hypothèses, ni en proposer d'autres, bien sûr.


Règne

Le règne de Khéphren est flou car il a régné il y a fort longtemps et il est difficile de transformer le peu de matériel archéologique trouvé en faits historiques.

Il semble que Khéphren ait régné 23 ans, de -2518 à -2492, des années pendant lesquels les spécialistes s'accordent pour dire qu'elles furent bonnes pour le peuple. Mais ce raisonnement tient sur peu d'éléments archéologiques. On constate que les tombeaux privés construits durant cette période sont particulièrement bien faits, riches et de qualité. On extrapole donc en concluant que les personnes ayant leurs propres tombeaux étaient suffisamment riches pour pouvoir les construire d'aussi bonne tenue, et que le reste de la population était à l'avenant. D'autres raisons poussent aussi à croire à de bonnes années sous le règne de Khéphren : De nouvelles expéditions furent lancées, on retrouve le cartouche de Khéphren en divers endroits de la région alors que l'on sait qu'ils n'étaient pas sous occupation égyptienne précédemment.

Par ailleurs la classe dirigeante était noyautée par la famille royale. Cet état de fait n'était pas nouveau, sous Khéops déjà les plus hauts postes étaient occupés par des membres de la famille royale. Le nom de Akhethétep a été retrouvé, il correspond à la personne ayant occupé le plus haut poste dans l'administration de Khéphren, celui de vizir. (Un vizir, dans l'antiquité égyptienne, était le second du pharaon. C'est évidemment une appellation ultérieure, faite par analogie avec la civilisation arabe qui est venue bien plus tard)


Religion

En ce qui concerne la religion, là aussi peu de faits nous sont parvenus. Ce qui est sûr c'est que le mouvement d'adoration de Rê, initié il fort longtemps avant la IVe dynastie mais particulièrement développé sous Khéops avait pris tant d'importance dans la société de l'époque que Khéphren tenta de développer, avec une certaine réussite semble t-il, le culte d'Atoum. Atoum était l'un des Dieu les plus importants du panthéon égyptien, il était le Dieu créateur, celui à l'origine de tous les autres Dieux.

Toutefois il ne remis pas en cause le culte de Rê, dont il garda le nom puisque sa titulature royale conserve le titre de "fils de Rê". Khéphren poursuivit aussi la tradition de vouer un culte aux pharaons précédents, tous considérés comme des fils de Dieux. Il existait donc un temple où l'on vouait le culte à Khéphren, un temple qui accueillit au total 32 prêtres durant l'ancien empire (La majorité ont été en fonction durant la Ve dynastie) Le culte de Khéphren disparut avec la première période intermédiaire, et durant le moyen empire le temple de Khéphren fut démoli au profit de la pyramide de Amenemhat Ier, qui vécut au XXe siècle avant JC.


Les différents noms et leurs significations, titulature

Si nous connaissons son nom usuel sous la forme "Khéphren", se roi était appelé par les égyptiens anciens "Khafrê", mais aussi Khafra ou Khafre ou Chafre ou Chephren. On le trouve aussi sous le nom Souphis II, ou Suphis II. Khéphren est son nom grec.

Khéphren

Khéphren


Les constructions de Khéphren

La pyramide et sa nécropole

Si l'on connait Khéphren de nos jours, c'est bien sûr pour la seconde pyramide de la nécropole de Gizeh, ce que l'on appelle de nos jours les fameuses "pyramides d'Egypte". Il s'agit en fait d'un complexe funéraire complet, avec une pyramide-tombeau encerclé d'un mur d'enceinte, un temple haut, une chaussée couverte et un temple bas, c'est à dire un ensemble assez classique pour les pharaons. Sa pyramide est juste 3m plus petite que celle de son père Khéops.

En savoir plus sur la pyramide de Khéphren.

Le Sphinx

Second ouvrage monumental, le Sphinx : C'est le nom usuel de la fantastique statue de lion à tête humaine qui se trouve sur le plateau de Gizeh, juste au Nord du temple bas de la nécropole de Khéphren. De nos jours on estime que le sphinx est une construction de Khéphren et son temple, juste devant ses pattes, a été installé ici volontairement par le pharaon. Partant de ce principe il semble que la Sphinx est une représentation de Khéphren lui-même.

Mais cette hypothèse est battu en brèche par certaines personnes qui estiment que ce monument est antérieur à Khéphren. Ils le justifient par l'usage du port de la barbe postiche, apparu sous Khéphren. Or le Sphinx n'en porte pas, ce qui pousse à croire que la statue est antérieure à ce roi. Elle serait une image de Khéops, pour eux. Mais si on ignore encore qui est le Sphinx, la plupart sont d'accord pour dire qu'il s'agit de Khéphren.

En savoir plus sur le Sphinx.

Autres constructions

Hélas il y a assez peu d'autres monuments que l'on peut attribuer à Khéphren. on a bien retrouvé son cartouche sur des blocs ailleurs qu'à Gizeh, mais on n'est pas sûr qu'il ne s'agisse pas de réemploi, donc la valeur archéologique de ces cartouches est nulle pour dater un monument.


La statue en diorite

Si l'on a une image de Khéphren de nos jours, c'est en partie grace à une magnifique statue qui fut retrouvée dans le temple haut de son complexe funéraire.

Elle fut découverte par l'égyptologue François Auguste Mariette, ancien professeur au collège de Boulogne-sur-Mer, en 1860. Elle se trouvait dans un puits creusé dans une salle du temple bas, près de la pyramide. Ce puits n'est pas contemporain de la construction du temple, il fut creusé ultérieurement. La statue était accompagnée d'un grand nombre de débris d'autres statues.

Cette magnifique statue fut taillée dans un bloc de diorite, une pierre très dure originaire d'une carrière du Sud de l'Egypte de l'époque. Elle représente le pharaon Khéphren, une main ouverte à plat sur sa cuisse et l'autre le poing fermé, assis sur un trône de bois décoré de plusieurs pattes de lion, un symbole protecteur de l'Egypte antique. Les côtés du trône sont, eux, décorés des deux plantes symbolisant la haute et basse Egypte (la fleur de lotus et le papyrus) et un symbole hiéroglyphique signifiant "Union".

Khéphren porte la coiffe traditionnelle, symbole de la royauté. Quand on la regarde de dos, on constate que cette coiffe est faite des ailes d'un faucon qui repose sur les épaules du pharaon. Or le faucon était la représentation terrestre du Dieu Horus, fils d'Osiris. Placer le faucon sur la tête de Khéphren en fait un successeur du Dieu Osiris.



Voir aussi :

Toutes les Biographies

Contexte historique de la construction des pyramides





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.