Les pyramides tardives

FR EN ES

Pyramides tardives


Les "pyramides tardives" égyptiennes correspondent aux dernières pyramides construites durant l'antiquité. Elles furent édifiées durant les XIIIe et XVIIe dynasties, c'est à dire à la fin de la deuxième période intermédiaire et au début du Nouvel Empire. Nous sommes entre -1785 et -1552.


Contexte politique et économique

La deuxième période intermédiaire correspond à une courte époque pendant laquelle la civilisation égyptienne fut démantelée, le pouvoir centralisateur du souverain s'est délité au profit de gouverneurs locaux. Dès la fin du Moyen-Empire les Hyksôs, des envahisseurs qui conquiereront le territoire plus tard, s'étaient implantés durablement dans le delta du Nil. De la même façon plusieurs secteurs de Nubie sont abandonnés, alors que les souverains précédents avaient réussis à conquérir une grande partie de la Nubie précédemment. Pendant la deuxième période intermédiaire (-1785 à -1552) deux dynasties régnèrent en parallèle. Lorsque le pouvoir fut à nouveau centralisé, il donnera le Nouvel Empire, une période de l'histoire tout aussi féconde que les deux empires précédents, mais la vision du peuple sur son pharaon changea encore, celui-ci était toujours considéré comme un dieu mais sans les attributions spirituelles de l'ancien empire.


La fin des pyramides

Les complexes funéraires pyramidaux connaissent leurs chants du cygne durant la seconde période intermédiaire. On compte de nombreuses pyramides durant cette période, certaines du début de la 2e période intermédiaire (XIIIe dynastie) et les autres de la fin (XVIIe dynastie).

Mais ce qui les caractérisent, c'est le fait qu'un grand nombre n'ont pas encore été étudiées, elles restent pour la plupart un mystère en attente qu'une campagne de fouille viennent éclaircir nos connaissances à leurs sujets. Nous savons que leurs tailles sont disparates, puis que les deux premières, celles de Ameni Keamaou et de Khendjer font dans les 53m de haut, celle qui n'est pas encore attribuée fait 93m, alors que les dernières ne font qu'autour de 10m de haut. Leurs emplacements géographiques sont également disparates : Dahchour, Saqqarah, Dra Abou el-Naga et Abydos sont autant de nécropoles utilisées à cette époque. A Abydos on trouve la toute dernière pyramide royale égyptienne, celle d'Ahmôsis Ier. Il fut le fondateur de la XVIIIe dynastie et le premier pharaon du Nouvel Empire.

A partir de son règne les pharaons préférèrent se faire enterrer dans des tombes rupestres discrètes, extérieurement. Le but était que rien ne laissait paraître qu'il y ait ici une tombe royale, mais par contre à l'intérieur certains complexes funéraires pouvaient être d'une grande richesse. Le Nouvel Empire utilisera entre autre une vallée étroite et peu accessible pour y construire les tombes royales : la fameuse vallée des rois.


Les raisons de l'abandon des pyramides

Il y a plusieurs raisons expliquant l'abandon de la forme pyramidale pour les complexes funéraires royaux, au début du Nouvel Empire.

Tout d'abord, il y a une question religieuse. La forme pyramidale symbolise l'ascension de l'âme du pharaon vers le Dieu Râ, Dieu du Soleil. Or au début du Nouvel Empire ce culte est abandonné au profit de celui d'Amon, signifiant "celui qui est caché". D'où l'évidente nécessité de transformer les tombeaux royaux d'une pyramide à un hypogée, qui est une sépulture rupestre.

Une autre raison est plus pragmatique, elle est d'ordre pratique. Le Nouvel Empire inaugure une nouvelle capitale, Thebes. Or Thebes ne dispose pas, dans sa région proche, de grands plateaux calcaires où faire construire des bâtiments gigantesques. Au contraire, les environs sont composés de reliefs tourmentés, de petites vallées étroites et de pics aux formes variés.

De plus, l'organisation religieuse de la société égyptienne du début du Nouvel Empire voit apparaître une distinction physique entre le lieu de culte d'un pharaon et son tombeau. On peut donc désormais séparer l'endroit où repose la momie de celui où l'on rend son culte. Les temples sont construits loin des sépultures, ce qui aurait été étonnant de faire avec un complexe funéraire de grande taille.


Quelques pyramides des XIIIe, XVIIe et XVIIIe dynasties

  • Pyramide d'Ameni Kemaou
  • Pyramide de Khendjer
  • Pyramide inachevée et non attribuée
  • Pyramide d'Antef V
  • Pyramide de Kamose
  • Pyramide d'Ahmôsis


Voir aussi :

Toutes les différentes sortes de pyramides

Les biographies





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.