Construction de la cité interdite de Pékin

FR EN ES

Construction de la cité interdite


Merveille de la capitale chinoise Pekin, la Cité Interdite est l'ancien palais des empereurs de Chine. Les Chinois le connaissent sous le nom d'ancien palais ou de musée du palais. Il date de 1406, pour le début de la construction, et le chantier ne dura que 14 années, ce qui , il faut bien le dire, est plutôt rapide pour de tels travaux. En 1420 la cité était terminée, bien qu'il n'y eu jamais d'inauguration officielle.

Nous n'avons que peu d'informations sur cette construction. On sait qu'il fallut tout d'abord araser le terrain et creuser les fondations, mais surtout creuser les douves de plus de 50m de large qui entourent le mur de protection. La terre extraite de ces travaux fut entassée au Nord du chantier sous la forme d'une nouvelle colline, "La colline au charbon", ainsi nommée à cause de sa couleur sombre.

La construction des épaisses murailles alla de paire avec celle des pavillons, qui avançèrent ensemble. Il y eu un grand travail pénible et régulier pour monter les remparts, et un autre de précision et de méticulosité pour les pavillons. Le résultat laisse deviner la qualité d'exécution des travaux à cette époque, époque qui ne disposait pas de matériels de construction puissants.

C'est vers la fin du chantier que fut construite la porte du Midi, la principale porte d'accès à la cité interdite.


Les principes architecturaux du plan

Le plan de la cité interdite répond aux principes et aux représentations reconnus par les Chinois durant la haute antiquité, en particulier :

  • Le principe du Yin et du Yang
  • Le principe du Feng Shui

Yin et Yang

Le Yin et le Yang sont les deux souffles primordiaux de la vie, ils sont issus du Qi. Contrairement à ce qu'on pense habituellement en Occident, le Yin et le Yang ne sont pas des opposés mais des contraires : Ils se complètent, éventuellement s'annulent, mais ne s'opposent pas. Ils représentent la symétrie, et donc l'ordre, toujours cette notion importante en Chine. L'un est utilisé pour mettre en avant l'autre.

Dans la Cité interdite les bâtiments les plus importants sont orientés vers le Sud, la face du Yang. Par exemple dans le groupe des 3 pavillons centraux le pavillon de la suprême harmonie, qui était la salle du trône, était au Sud avec que le pavillon de l'Harmonie préservée, au Nord, était une salle de banquets. Elle était associée au Yin. Entre les deux le pavillon du milieu symbolise l'équilibre. Par ailleurs dans la partie privée, au Nord, les six palais de l'Est étaient réservés aux princes héritiers, ils étaient associés au côté Yang, face au levant. Les personnes plus âgées, les veuves de l'empereur précédent par exemple, mais aussi les anciennes concubines, étaient dans les six palais de l'Ouest, du côté Yin. De la même façon, pour préserver l'harmonie de la cité, les palais de la Gloire littéraire se trouve au Sud-Est alors que le palais de la bravoure militaire est au Nord-Ouest. C'est donc un équilibre subtil qui a été respecté pour la construction de la Cité Interdite.


Feng Shui

Le Feng Shui, qui a été traduit par le mot "Géomancie", est l'étude des flux d'énergie passant dans un lieu donné afin d'en conclure les disposition à prendre pour la qualité de la vie sur ce lieu. Les Chinois, dès la haute antiquité, avaient établis que des flux d'énergie parcouraient tous les êtres vivants dans le but de les irriguer. Ils en ont tiré une médecine qui leur est propre, médecine basée sur l'étude des méridiens du corps.

La Cité interdite devait donc recevoir tout les soins possibles dans l'établissement de ces flux. Il fallait tout d'abord se protéger des vents du Nord, et la situation de Pékin, dans une plaine, entre deux rivières, ne semblait pas idéale, mais la présence de montagnes au Nord, les Yan Shan (Monts de l'hirondelle), permettaient de couper ces flux néfastes. De plus à l'intérieur même de la ville de Pékin une montagne a été construite pour arrêter à nouveau ces flux au niveau du mur Nord de la Cité interdite, c'est le rôle de la montagne au charbon. Le palais a été protégé par un autre dispositif, la rivière aux eaux d'or. Cette rivière parcourt la cité du Nord-Est au Sud-Ouest en passant par le Sud à travers la cour qui porte son nom. Si on l'observe de haut on constate qu'elle prend la forme d'un Dragon dont le corps gonfle au niveau du croisement de la ligne de séparation Est-Ouest. Cet état de fait n'est pas anodin, bien sûr.



Voir aussi :

Plan de la cité interdite

Description de la cité interdite





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.