Palais de Qianlong de la cité interdite

FR EN ES

Palais de Qianlong


Le palais de Qianlong occupe tout un grand rectagle de l'angle Nord-Est de la cité interdite. Construit par ou pour l'empereur Qianlong, il n'est pas contemporain du reste du palais. Il forme un ensemble cohérent de jardins et pavillons et constitue ainsi une ville indépendante dans le palais. Cette zone est très dense, il y a de nombreux pavillons qui se jouxtent. Des jardins ont été créé entre, ce qui fait qu'il est plaisant de s'y balader.

Palais de Qianlong

Palais de Qianlong

Généralités sur le palais de Qianlong

Dans le nord-est de la Cité Interdite se dresse un groupe de bâtiments indépendants du reste du palais. Couvrant une superficie de 46 000 m², cet ensemble est entouré par de hauts murs d'enceinte rouge. Ce n'est pas une construction d'origine, il s'agit d'un ajout fait par l'empereur Qianlong (1736-1795), de la dynastie Qing. Il a ordonné la construction de ces bâtiments en vue de sa retraite, une fois qu'il aurait démissionné, pour se retirer paisiblement et y passer ses vieux jours. Les travaux commencèrent en 1772 et durèrent jusqu'en 1777, durant la 37e année de son règne. Comme il l'avait dit, il démissionna de sa fonction à ses 60 ans de règne, par respect pour son grand-père, l'empereur Kangxi (1662-1722), qui régna pendant 61 ans (Il ne souhaitait pas dépasser son temps de règne). Il décida toutefois de conserver un œil sur les affaires de l'Etat sous le prétexte de donner un coup de main, à partir de son trône, situé dans le pavillon de la Culture mentale (Yangxindian). En pratique, l'empereur Qianlong conserva de fait le pouvoir et ne vécu jamais dans cette partie qu'il s'était fait construire, il y allait parfois, dans son temps libre.

Ce complexe peut être divisé en quatre parties : la partie Sud, qui contient les palais proprement dits, et la partie Nord, qui, divisée en trois (Est, Centre et Ouest), est privative, elle qui correspond essentiellement aux lieux de loisir, comme les jardins ou le théâtre.

Dans la partie Sud se trouvent, du Sud au Nord :

  • Le mur des neuf dragons
  • La porte de la Longévité Tranquille (Ningshoumen)
  • Le Palais de la Perfection Impériale (Huangjidian)
  • Le Palais de la Longévité Tranquille (Ningshougong)

Ainsi que deux portes, qui mènent à l'Est et à l'Ouest du palais :

  • La porte Changze (Changze)
  • La porte Ningqi (Ningqi)

La partie Nord, elle, est divisée en trois, verticalement. La partie Est est occupée par les pavillons suivants :

  • Le pavillon des Sons Agréables (Changyinge),
  • Le pavillon de l'Opéra (Yueshi Lou),
  • Le palais Quingshou
  • Le Palais des Sports de bonheur (Jingfugong),
  • Un Temple bouddhiste (Fanhua Lou)
  • Fori Lou

La partie centrale, elle contient une succession de pavillons, du Sud au Nord :

  • La porte de la Culture Spirituelle (Yangxingmen)
  • Le pavillon de la Culture Spirituelle (Yangxingdian)
  • Le Pavillon de la Longévité Joyeuse (Leshoutang)
  • Yihexuan
  • Pavillon de l'Admiration de la Bonté (Jingqige)

Enfin toujours dans la partie Nord, mais cette fois-ci à l'Ouest, il y a les jardins de la Longévité Tranquille, aussi appelé les Jardins de Qianlong (Ningshougong). Il est divisé en 4 cours.

  • La porte Yanqi (Yanqimen)
  • Le pavillon du Vin Accordant (Xi Shang Ting)
  • Le Pavillon des Fleurs Antiques (Guhua Xuan),
  • Le pavillon des Esprits Réalisés (Suichutang),
  • Sanyouxuan
  • Le Pavillon d'attente du bon augure (Fuwangge)
  • Le puits de la Concubine Zhen (Zhenfeijing)
  • La chambre de deuil en mémoire de la Concubine Zhen
  • La chambre de l'épuisement du Service Diligent (Juanqin Zhai)

Liste des pavillons du palais de Qianlong

Porte des bénédictions (Xiqing men)

La porte des bénédictions est la porte d'accès entre le palais de Qianlong et les annexes orientales. Derrière la porte on trouve la Porte de la Suprématie Impériale et la fameuse décoration des neuf dragons (Jiulong bi), tandis que devant se trouve le Pavillon d'Archerie (Jian Ting).


Porte de la suprématie impériale (Huangji men)

La porte de la suprématie impériale est la première porte interne au palais de Qianlong, c'est la porte d'entrée du complexe du palais de la longévité tranquille (Ningshou Gong). Ce complexe a été construit en 1771, la trente-sixième année du règne du règne Kangxi (1662-1722).

Sur le côté opposé de la porte de la suprématie impériale se trouve le décor des 9 dragons (Jiulong bi), un grand mur fait en céramique. Les arbres à feuilles persistantes et les cyprès sont plantés le long des côtés est et ouest de cette porte, dans une sorte de double square. Composé d'arc principal, d'arcs secondaires et d'arches latérales, cette porte a été construite comme une passerelle. Son grand élan, sa structure unique et son exquisité lui confèrent le titre de plus belle porte de la cité interdite.


Porte de la Longévité Tranquille (Ningshoumen)

Porte de la longévité tranquille

Porte de la longévité tranquille

Il s'agit du pavillon servant d'entrée au palais de la Longévité Tranquille, la porte principale du complexe. C'est un pavillon relativement grand et aussi une cour assez longue où se trouve le mur des neuf dragons.


Palais de la Suprématie impériale (Huangjidian)

Palais de la suprematie impériale

Palais de la suprematie impériale

Au Nord de la Porte de la Longévité Tranquille, on trouve le palais de la Perfection Impériale, un bâtiment de neuf arches de large avec un toit à double pente. C'est l'endroit où le Régent impérial, le père de l'empereur, a reçu les ministres et les fonctionnaires. Tout comme le Palais de la longévité tranquille, il est utilisé en tant que galerie d'exposition de peintures chinoises.


Palais de la Longévité Tranquille (Ningshougong)

Il s'agit d'un palais qui se tient sur l'axe nord-sud de la partie centrale, à l'avant du complexe. Pour y arriver, il faut tout d'abord passer par la porte de la longévité tranquille (Ningshoumen), puis traverser le palais de la perfection impériale (Huangjimen). Le Palais de la Longévité Tranquille est une structure à sept arches de large et trois de profondeur avec un toit unique. Il est doté d'une chambre à l'Ouest dans laquelle avaient lieu la préparation des rites sacrificiels. Aujourd'hui, le Palais de la Longévité Tranquille, tout comme le pavillon de la Perfection Imperiale, a été tranformé en hall d'exposition des beaux-arts du Musée du Palais, qui possède plus de 100.000 peintures datant de la dynastie des Jin (265-420) à la fin de la dynastie des Qing (1644-1911). Chaque année, des nouvelles peintures sont choisies dans cette grande collection pour y être exposé.


Le mur des Neuf Dragons (Jiulong bi)

Mur des 9 dragons

Mur des 9 dragons

Sur le mur Sud de la porte de la Perfection impériale, se dresse un mur nommé "le mur des neuf Dragons", qui est le plus grand et le mieux conservé des trois célèbres murs des Neuf Dragons de Chine. Orientée vers le nord, il mesure 29,40 m de long et 3,50 m de haut. Il a été construit en 1772 sous le règne de l'empereur Qianlong, toute la scène sur le mur représente neuf dragons en mouvement en train de jouer avec des perles sur un décor de mer et de nuage. Fait en haut-relief, les dragons ont été peints en jaune, bleu, blanc et violet. Pourtant, l'un d'eux, dans le centre, est jaune et violet, or le jaune étant la couleur royale elle ne pouvait être joint à une autre.

Le mur est composé de 270 tuiles vernissées. Le nombre 270 peut être divisée par deux et cinq neuf. Neuf est le plus grand nombre impair, tandis que cinq se trouve en plein milieu des nombres impairs. Dans la Chine ancienne les chiffres neuf et cinq symbolisaient la suprématie de l'empereur. Il est dit que le centre du troisième dragon blanc a été brisé lors de la cuisson dans le four, ce qui était la mort assurée pour les artistes compromis dans ce travail. Malgré le risque, un charpentier c'est porté volontaire pour remplacer l'original avec du bois et a fait la sculpture et la peinture pendant la nuit. Grace à ses talents et son courage il sauva ainsi les sculpteurs. De nos jours On peut encore trouver des traces de cette réparation sur le troisième dragon, à partir de la gauche.

Il n'existe dans toute la Chine que trois oeuvres similaires : En plus de celui-ci, il y en a un dans le parc de Beihai et un autre à Datong, dans le Shanxi

Origine

Ce mur date de 1774, il fut construit durant la 38e année de règne de l'empereur Qianlong. Rappelons-nous que c'est cet empereur qui fit construire le palais qui porte son nom, dans l'angle Nord-Est de la cité interdite.

Mur des 9 dragons

Mur des 9 dragons


Le Pavillon des Sons Agréables (Changyinge)

Pavillon des sons agréables

Pavillon des sons agréables

A l'Est du pavillon de la Culture de l'Esprit se trouve le Pavillon des Sons Agréables (Changyinge). Lui aussi date de la période de l'empereur Qianlong, ce pavillon ayant été construit en même temps que ses voisins entre 1772 et 1777. Il s'agit d'un théâtre, dont l'une des particularité est d'avoir une scène à 3 niveaux. C'est donc un batiment assez haut, quoi qu'il ne soit pas si imposant que ça. C'est toutefois le plus grand de la Cité Interdite. Il a été restauré en 1802 puis en 1891, où il a obtenu son aspect actuel, sous le règne de Jiaqing. Les finitions de ce bâtiment sont assez réussis, les avants-toits particulièrement. Les trois niveaux étaient exploités par les comédiens grace à un ingénieux système de trappes qui leurs permettaient de passer d'un niveau à l'autre très rapidement. Il est posé sur un socle de 1.2 mètres de haut, tout en pierre, et mesure 20,71m de haut pour une superficie totale de 685.94 mètres carrés. La partie supérieure est appelé "scène de bonheur" (Fulou), celle du milieu "étape de la richesse" (Lulou) et celle du bas "scène de la longévité" (Shoulou).

Pavillon des sons agréables

Pavillon des sons agréables

La comédie est universellement appréciée dans le monde. L'empereur chinois en faisant un loisir quotidien. Il allait voir les pièces jouées pour lui en compagnie de l'impératrice et des concubines et se mettait dans le bâtiment en face, qui faisait office de loge : La pavillon de l'Opéra (Yueshilou). Les thèmes abordés dans les pièces de la Cité Interdite metttaient en jeu les dignités bouddhistes face aux immortels taoïstes, dans un affrontement permanent.

De nos jours ce pavillon contient les costumes de soie, les accessoires (coiffes, armes, étendards...) et les répertoires utilisés par la troupe impériale. Il y a aussi à la vue des visiteurs les dessins représentant les dix jours de festivités qui ont suivi le 60e anniversaire de Qianlong et de Cixi.


Le Pavillon de l'Opéra (Yueshilou)

Pavillon de l'opéra

Pavillon de l'opéra

Le pavillon de l'Opéra, nommé Yueshilou en chinois, est un batiment monobloc rectangulaire de la portie Nord-Est de la Cité Interdite, dans la zone du palais de la Longévité Tranquille. C'est un batiment à un étage et 5 arches de large, au toit en tuiles vernissées bleues. De nos jours ce pavillon propose l'exposition "Opéras à la Cour des Qing", tous les jours de l'année.

Ce pavillon servait de loge pour l'Empereur, son épouse et ses concubines. Disposé face au pavillon des Sons Agréables, où étaient jouées les pièces de théâtre, le Pavillon de l'Opera avait été construit à une distance correcte de son voisin. Ainsi on a la salle des spectateurs et la scène, face à face. Les dames de la Cour et les ministres pouvaient assister aux spectacles à partir des couloirs dans les bâtiments secondaires, à l'ouest et à l'est.


Pavillon de la Culture de l'Esprit (Yangxing dian)

Construit en 1772, la 37e année du règne de l'empereur Qianlong (1736-1795), le pavillon de la Culture Spirituelle est une imitation de la plus petite salle du pavillon des Esprits Réalisés (Yangxindian) avec une disposition spéciale. Avec trois arches de larges et quatre de profondeur, la salle est une structure avec un toit unique jaune. Elle a été décoré à l'origine avec des peintures et des décorations d style d'Hexi. Après sa restauration, durant la 17e année du règne de l'empereur Guangxu (1875-1908), les décorations et les peintures ont toutes été changées dans le style Su sauf celles de la Chambre de Inky Cloud (Moyunshi).

Le Temple de la Culture Spirituelle était la chambre des pères des empereurs. Lorsque l'impératrice douairière Cixi vivait dans la salle de la Longévité Joyeuse, pendant le règne de Guangxu, elle prenait le petit déjeuner et le dîner dans cette salle. Le pavillon de la Culture Spirituelle est maintenant une chambre principale qui présente des ustensiles, des services à thé, des pots de vin et des coupes d'or, d'argent ou de jade, etc. Il y a aussi un ensemble de 16 cloches d'or qui est indispensable aux grandes occasions. Elle semble toutes différentes, c'est parce qu'elles n'ont pas toutes été faites avec les mêmes alliages.

Ce pavillon possède un trône impérial, relativement simple bien que la décoration de son paravent soit très réussie.

Pavillon de la Culture de l'Esprit

Pavillon de la Culture de l'Esprit

Trône

Trône

Pavillon de la Culture de l'Esprit

Pavillon de la Culture de l'Esprit


Pavillon de la Longévité Joyeuse (Leshou tang)

Au nord du pavillon de la Culture Spirituelle se trouve le Temple de la Longévité Joyeuse. C'est une création de 1772, restaurée en 1802 et reconstruite en 1891. La largeur, sur laquelle se trouve l'entrée, fait sept arches et la profondeur trois . Il y a des couloirs tout autour. En mètres, la largeur totale est de 36.15m et la profondeur de 23.20m, le bâtiment couvre une superficie de 839 metres carrés. Il a un toit en tuiles vernissées jaunes et son architecture générale est typique de l'époque de Qianlong. Le plafond est fait de sculptures sur bois, donnant à la salle une impression de grâce et de luxe.

Ce pavillon est plutôt spacieux. Qianlong ayant prévu de s'y retirer après sa retraite, il devait être rebaptisé "Chambre de la Lecture" (Ca devait être une sorte de bureau, pour lui). Mais comme il n'a jamais réellement pris sa retraite, cette salle a conservé son nom d'origine. En 1894, l'impératrice douairière Cixi, après avoir ostensiblement remis le pouvoir à l'empereur Guangxu (1875-1908), a vécu dans ce pavillon, dormir dans la chambre de la chaleur de l'ouest. La célébration de son 60e anniversaire a également eu lieu dans la salle de la Longévité Joyeuse.

Le Temple de la joyeuse longévité est maintenant le 2e hall d'exposition. Il montre principalement des objets liés au quotidien de la maison impériale, comme la robe impériale de l'empereur Qianlong, la couronne de phénix utilisée en tant qu'objet de sépulture, et un tapis d'ivoire inestimable faite de délicates bandes d'ivoire, tissé il y a environ 250 ans. On y a également placé la plus grande sculpture de jade de la Cité Interdite, à l'extérieur, juste à la porte Nord du pavillon. Pesant plus de 5 tonnes, le jade a été exploité au Xinjiang, et amené à Pékin, puis à Yangzhou, où il a été découpé. Dix années se sont écoulées avant que la sculpture finale ne soit retournée à Pékin. Le travail du jade est si délicatement fait que cette statue est un trésor de la nation.


Belvédère de l'Harmonie Bien-Nourrie (Yiheyuan)

Le Belvédère de l'Harmonie et bien nourrie a été érigé en 1772 et restauré en 1802 et 1891, comme les autres bâtiments de ce palais. Dressé au nord du Temple de la Longévité Joyeuse, il mesure sept arches de large et une de profondeur. Un cadran solaire a été mis sur le côté gauche de la plate-forme, avant le belvédère. Sur les deux côtés du belvédère il y a des couloirs dont les murs sont en pierres de taille. Le Belvédère de l'Harmonie bien-nourrie est maintenant le troisième hall d'exposition, montrant des ornements en or, en argent, en jade, en pierres précieuses, en corail en bien d'autres minéraux.


Le jardin Qianlong (Ningshougong)

Le jardin de Qianlong

Le jardin de Qianlong

Il est situé dans la partie Ouest du Palais de la Longévité Tranquille. Il a été conçu en quatre parties, mises en enfilade du Sud au Nord. Chacune de ces parties représente une ambiance particulière. La première contient le pavillon des Fleurs Antiques (Guhuaxuan) entouré de collines rocheuses et de grands arbres anciens, ainsi que le petit pavillon circulaire du Vin Accordant (Xi Shang Ting). Dans la deuxième partie il y a le pavillon des Esprits Réalisés (Suichutang), une enceinte fermée avec des bâtiments sur trois côtés, un bâtiment principal plein Sud et quelques chambres latérales à l'est et à l'ouest. Dans la troisième partie on peut profiter des beaux paysages de montagne ainsi que du pavillon Sanyouxuan. En allant plus loin au nord, on arrive à la quatrième et dernière partie du jardin qui contient avec le Pavillon de l'attente du bon augure (Fuwangge), une structure en forme de labyrinthe que l'architecture principale. Mis à part ces batiments principaux les jardins accueillent aussi quelques batiments secondaires, comme le pavillon du Beau Paysage (Cuishanglou), la chambre de l'Epuisement du service Diligent (Juanqinzhai), ainsi que le puits de la
Concubine Zhen (Zhengfeijing).


Le Pavillon de l'Attente du Bon Augure

Le Pavillon de l'Attente du Bon Augure a été construit en 1772. De forme carrée, il semble avoir deux étages mais en fait il en a trois. La décoration intérieure est assez spécifique. L'endroit a été divisé en plusieurs styles décoratifs tout à fait adroitement. Il y a des chances que vous vous perdiez lors de votre visite, d'où son nom "mystérieux bâtiment". Sous le règne de Qianlong (1736-1795), l'empereur y offrait des repas aux ministres et aux fonctionnaires ici, le 21e jour du 12e mois de l'année lunaire. L'empereur Jiaqing (1796-1820) a écrit des poèmes pour lui. Comme il s'agit de l'architecture la plus haute du jardin de Qianlong, il offre une vue d'ensemble sur la beauté des paysages à l'intérieur et à l'extérieur de la Cité Interdite.

Le jardin de Qianlong

Le jardin de Qianlong


Le puits et la chambre de deuil de la Concubine Zhen (Zhenfeijing)

Tout à l'extrémité Nord du jardin de Qianlong, à côté du Pavillon de l'Attente du Bon Augure, se trouve le puits de la Concubine Zhen. Ce puits a une histoire.

En 1887, la treizième année du règne de l'empereur Guangxu (de la dynastie des Qing, 1877-1908), ce dernier présenta Zhen, une nouvelle concubine, à l'impératrice douairière Cixi. Or cette femme, très puissante, ne l'appréciait pas. Zhen soutenait la réforme politique de l'Empereur, aussi l'impératrice fit en sorte de faire capoter la réforme pour justifier l'écartement de l'empereur de toutes les concubines l'ayant appuyées. Ainsi l'impératrice put elle prendre le pouvoir et ordonna que Zhen soit confiné dans la petite cour derrière la chambre Jingqi pour l'empécher de voir Guangxu. En 1900, l'armée des alliés attaqua Pékin. L'impératrice douairière ordonna alors de jeter Zhen dans le puits qui se trouvait dans la petite cours, mais malgré l'intervention de 8 eunuques elle parvint à rester accrocher à la colonne de marbre toute proche. Il fallut un homme particulièrement fort pour effectuer la besogne, et une fois Zhen au fond du puits une lourde pierre fut installée pour le boucher. Il fallut attendre un an avant que la concubine Jin, la soeur de Zhen, puisse faire sortir le corps du puits et l'enterrer normalement. Elle fit construire une sorte de mausolée, juste à côté du puits, on l'appelle la Chambre de la Concubine Zhen.


Le kiosque des trois amis (Sanyouxuan)

Le kiosque des trois Amis, nommé Sanyouxuan en chinois, est un bâtiment intime situé dans la troisième cour du jardin de Qianlong. Son nom est issu des trois amis que sont les pins, les bambous et les pruniers. Tous ses éléments comme les détails architecturaux suivent un schéma décoratif unique inspiré par ces trois végétaux. Parce que le pin et de bambou restent verts tout au long de l'hiver et que le prunier est parmi les premiers arbres à fleurir au printemps, alors que la neige est encore au sol, les trois amis de l'hiver sont des symboles du renouvellement, de la longévité, de la pureté morale, et de la survie face à l'adversité. Au plaisir de résider reclu dans son palais, l'empereur écrivait :

Après quatre printemps et autant d'automnes, j'ai décidé de vivre ici. Par la suite je vais profiter de bons loisirs et être heureux dans cet endroit, pour toujours.

Pavillon de la cérémonie de purification (Xishang ting)

Ce pavillon est traditionnel, est a l'architecture spécifique ancienne des bâtiments destinés aux cérémonies de purification. L'idée est qu'il contient une sorte de rivière dans laquelle on fait flotter sur des feuilles des coupes remplies de vin qui partent donc à la dérive. La cérémonie consiste à attraper des coupes et à boire le vin pour être purifié. C'est une très vieille tradition qui a lieu le troisième jour du troisième mois lunaire. Dans ses écrits Wang Xizhi (303-361) explique le cérémonial et fait une description de celle qui eut lieu en 353.

L'intérêt de refaire cette cérémonie était d'évoquer la mémoire de Wang. En plaçant le Pavillon de la cérémonie de purification en bonne place, près de l'entrée du jardin, l'érudit empereur Qianlong a mis en avant ses connaissances spirituelles ainsi que sa compétence en littérature.


Porte de la Culture de l'Esprit (Yangxing men)

Porte de la Culture de l'Esprit

Porte de la Culture de l'Esprit

La porte de la culture de l'esprit mène au pavillon du même nom. Elle est relativement grande, avec une façade de 5 travées dont les deux extrêmes sont murées. Le fronton est comme souvent peint de couleurs vives à base de bleu. Cette porte est surtout remarquable par les deux lions en bronze qui sont allongés. On reconnait qu'il s'agit de lions et pas de lionnes par le fait qu'ils ont sous la patte un globe.

Pour accéder à cette porte, il faut emprunter l'un des trois escaliers qui y mène.


Pavillon de la cueillette du parfum (Xiefang ting)

Le pavillon de la cueillette du parfum se trouve dans le jardin de Qianlong.


Terrasse pour la collecte de la rosée du matin (Lu tai)

La terrasse pour la collecte de la rosée du matin se trouve dans le jardin de Qianlong.


Pavillon de la bienséance (Ju ting)

Le pavillon de la bienséance se trouve dans le jardin de Qianlong.


Porte de l'extension propice (Yanqi men)

Le porte de l'extension propice se trouve dans le jardin de Qianlong.


Studio de la retenue (Yi zhai)

Le studio de la retenue se trouve dans le jardin de Qianlong.


Kiosque de l'ancienne Catalpa (Guhua xuan)

Le kiosque de l'ancienne catalpa se trouve dans le jardin de Qianlong. Il a un pignon et un toit de hanche en forme de tente. C'est le plafond en bois qui retient le plus l'attention, il est sculpté avec des centaines de fleurs. Au centre il y a trois inscriptions horizontales et une paire de couplets écrits par l'empereur Qianlong (1736-1795). Devant le pavillon on trouve un vieil arbre, un catalpa, d'où le nom du kiosque.


Belvédère de la fortune propice (Jingqi ge)

Ce belvédère est à l'angle Nord-Est de la cité interdite, dans les jardins de Qianlong.


Puits de la concubine Zhen (Zhengfei jing)

Ce puits à se trouve dans le palais de Qianlong. Il a une histoire qui fait référence à la concubine Zhen, jetée au fond de ce puits dont on avait scellé l'entrée. Il ne put être descellé qu'un an plus tard.


Atelier de l'épuisement du service diligent (Juanqin zhai)

Atelier de l'épuisement du service diligent

Atelier de l'épuisement du service diligent

Ce bâtiment se trouve dans les jardins de Qianlong, à l'angle Nord-Ouest, au sein de son palais qui était sa résidence de retraite. Ce pavillon fut construit en 1772, ses murs intérieurs et extérieurs sont recouverts peinture reproduisant des glycines. Il y avait aussi des bambous peints, ils se confondent avec les véritables bambous qui poussent juste sous la pergola.


Belvedere de la vue des réalisations (Fuwang ge)

Le belvedere de la vue des réalisations (Fuwang ge, en chinois), se trouve dans les jardins de Qianlong, dans la partie Nord-Est de la Cité Interdite.


Kiosque du jade le plus pur (Yucui xuan)

Ce kiosque est dans le jardin de Qianlong.


Pavillon de la conque verte de jade (Biluo ting)

Ce pavillon est dans le jardin de Qianlong.


Bâtiment du plaisir répandu (Yanq lou)

Ce pavillon est dans le jardin de Qianlong.


Bâtiment du profit des paysages luxuriants (Cuishang lou)

Ce pavillon est dans le jardin de Qianlong.



Salle de l'accomplissement des souhaits originaux (Suichu tang)

Ce pavillon est dans le jardin de Qianlong.



Voir aussi :

Description de la cité interdite

Liste des pavillons





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.