Les bâtiments défensifs de la cité interdite

FR EN ES

Bâtiments défensifs


Les bâtiments défensifs de la cité interdite ne forment pas une zone géographique à proprement parler, il s'agit plutôt d'un ensemble de bâtiments qui ont une même vocation et qui sont disséminés autour du palais.

Défense de la cité interdite

Défense de la cité interdite

Ils se composent essentiellement de l'épaisse muraille qui entoure le complexe, des douves qui entourent la muraille, des tours de défense, aux angles, et de la porte de la prouesse divine, celle qui gardent l'entrée du côté Nord. Les trois autres entrées, à savoir celles côté Sud (Porte du Midi), celle du côté Ouest (Porte de la Gloire orientale) et celle du côté Est (Porte de la Gloire occidentale) font partie respectivement de la cour extérieure, et des annexes extérieures orientales et occidentales.

La cité interdite a éprouvé ses défenses, elle a été attaqué à plusieurs reprises de son histoire. Ces défenses n'étaient donc pas là pour la décoration, malgré l'impression qu'elles peuvent donner de nos jours.


Liste des bâtiments défensifs

Les remparts

Long de près de trois kilomètres et demi, le rempart de la cité interdite forme un rectangle en plein cœur de Pékin. Elle mesure 10 mètres de haut et 6 de large et elle est percée de seulement 4 portes, une sur chaque côté. La porte du Sud est la principale, elle donne sur la place Tian'anmen et se nomme la Porte du midi ("Wu men" en chinois, "Meridian Gate", en anglais). A l'opposé se trouve au Nord la "Porte de la Prouesse Divine" (Gate of Divine Prowess). Sur les côtés les portes ne sont pas centrées, elles se trouvent à proximité de l'angle Sud. On trouve à l'Ouest la "Porte de la gloire occidentale" et à l'Est la "Porte de la gloire orientale" ("West flowery Gate" et "East flowery Gate", en chinois "Xihuamen" et "Donghuamen"). Ces 4 portes ne sont bien sûr pas un simple passage dans la muraille, il s'agit de véritables petits bastions dont celui du Midi est particulièrement imposant.

Cette enceinte est protégée par des douves de 52 mètres de large exactement au-dessus desquels passent 3 ponts pour accéder aux portes Ouest, Nord et Est. Au Sud, c'est la place Tian'anmen qui fait office de protection.

Le rempart

Le rempart

Le rempart

Le rempart


Les douves (Huchenghe)

Fondée en 1420 durant la dix-huitième année du règne de l'empereur Yongle (1403-1424) de la dynastie des Ming (1368-1644), il mesure 3800 m de long pour une largeur de 52 m. Il a été construit à des fins de sécuritaire, avec les deux berges aménagées de façon à rendre impossible son franchissement sans le combler. L'eau s'écoule du Nord-Ouest et se dirige vers le Sud-Est. C'est de ces eaux que sont puisées celles de la rivière aux eaux d'or, la rivière artificielle qui traverse la Cité Interdite. Un empereur y a fait installer des vannes pour réguler leurs quantités.

Lors de la construction du palais en 1407 la terre qui fut sortie des douves fut transportée au Nord du palais et vint ajouter de la hauteur à la "colline du charbon", cette fameuse colline protégeant la Cité Interdite des mauvais Esprits (Et accessoirement, des intempéries septentrionales)

Les douves

Les douves

Les douves

Les douves


Tours d'angle (Jialolou)

Tours d'angle

Tours d'angle

Aux quatre coins de la haute muraille ont été construits des tours d'angle (en 1420, à la création de la Cité Interdite). Elles furent reconstruites sous la dynastie Qing (1644-1911). Comme une partie de la Cité Interdite, elles ont servi de tours de défense au même titre que le rempart et le fossé. Elles reposent sur à leurs bases sur un bâtiment bouddhiste entourée de colonnes de pierre. Voici la légende à leurs sujets. Zhudi, l'empereur Yongle de la dynastie Ming, a ordonné la construction de ces 4 tours, chacune avec 9 poutres, 18 postes et 72 arêtes. Le commandant en chef du projet a rassemblé tous les charpentiers et leur a donné trois mois pour remplir cette mission.

Le problème, c'était que le travail demandé était vraiment complexe, personne n'ayant déjà fait une telle réalisation. Inquiet, un charpentier est parti à la rencontre d'un vieil homme qui vendait des sauterelles et lui a acheté une cage à sauterelles. A sa grande surprise, cette cage délicate avait 9 poutres, 18 postes et 72 arêtes, du coup le brave charpentier s'en servi de modèle pour proposer le schéma de la tour. Il est dit que le vieil homme était le père des constructeurs, Luban. C'est certainement faux. Cependant, les quatre tours d'angle de la Cité Interdite ont la flexibilité des constructions traditionnelles de la structure de bois et forme une combinaison habile entre la décoration et la fonction défensive du bâtiment. Vous pouvez voir aussi à ce sujet l'architecture de la Cité interdite, il y a un chapitre sur ces 72 poutres.


Porte de la prouesse divine (Shenwu men)

Il s'agit de la porte la plus au Nord du palais impérial, on l'appelle aussi porte du génie militaire. Elle s'appelait initialement porte du pouvoir occulte jusqu'à sa restauration, au XVIIe siècle. Sa tour contenant autrefois un tambour et une cloche qui était utilisée pour annoncer l'heure. Ainsi elle sonnait 108 coup à la tombée de la nuit, puis recommençait au levée du Soleil. La nuit, elle sonnait une fois par heure.

Cette porte n'était pas utilisée par les empereurs qui passaient par la porte du Midi.

Porte de la prouesse divine

Porte de la prouesse divine

Porte de la prouesse divine

Porte de la prouesse divine



Voir aussi :

Description de la cité interdite

Liste des pavillons





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.