Découvrir la cité interdite de Pékin

FR EN ES

Découvrir la cité interdite


La Cité interdite est un ancien palais des empereurs chinois, il a été en fonction du XVe au XXe siècle. Construit par l'empereur Yongle de 1406 à 1420, il fut la résidence impériale de trois dynasties, les Mings, les Shun et les Qing, qui gouvernèrent la Chine jusqu'au XXe siècle. Il s'agit d'un complexe de grande taille construite comme une petite ville autour du bien-être de l'empereur et de sa famille.

Porte de la prouesse divine

Porte de la prouesse divine

En pratique elle est enceinte dans de grandes murailles, hautes et épaisses, et se divise en plusieurs parties dont deux émergent : La cour extérieure, qui correspond à la vie publique de l'Empereur, et la cour intérieur, dans laquelle se trouvent les bâtiments privés. Ce découpage est simpliste mais correspond à la réalité de la vie du monarque. Il y a bien sûr beaucoup de bâtiments annexes : Les résidences des eunuques, les chambres de la famille royale, les parties communes, les jardins, etc. Il y a aussi un palais indépendant, création de l'empereur Qianlong, et qui porte son nom.

Cette partie du site Internet vous propose différentes photos de la cité interdite, aussi bien des cours que de l'intérieur des pavillons, des principaux objets que présente le musée (Le trône, la collection de pièces, les horloges, etc.) De plus, il faut savoir que la cité interdite est un complexe très grand, il mesure plus d'un kilomètre de long par 750 de large, douves comprises. C'est dire si il y a pas mal de bâtiments et de jardins qui s'y trouvent. Les dimensions sont également disponibles, avec les mesures de beaucoup de cours et de bâtiments, et il y a aussi des explications sur son emplacement, avec la raison de sa présence à Pékin et pas dans une autre ville.


Quelques photos

Ce site propose diverses photos de la cité interdite, de son ensemble, des bâtiments annexes, de l'intérieur des pavillons, du trône, etc.


Voir toutes les photos



Dimensions de la cité interdite

Si l'on en croit les mesures officielles, la cité interdite est un ensemble de bâtiments et de jardins compris dans un rectangle de 910 par 750m, mais ces distances ne prennent jamais en compte les douves, qui sont pourtant une partie importante du complexe. Avec elles, l'ensemble fait alors 1,120Kms par 750m, ce qui est nettement plus grand puisqu'on passe de 72 à 101 hectares de superficie.

Par contre, le pavillon de la suprême harmonie ne mesure que 60m par 33 (exactement 60,1 mètres de large, 33,33 de profondeur), soit une surface au sol assez modeste : 2000m2. Pour le plus grand pavillon de la cité, ça fait petit, surtout qu'il s'agit de la salle principale, celle dans laquelle se déroulait les plus grandes cérémonies. A titre de comparaison la grande salle du palais des doges, à Venise, mesure 53 mètres de long sur 22 de large, soit 1210m2. Or Venise, une ville-état, était microscopique en comparaison de l'empire chinois !

En savoir plus sur les dimensions de la cité interdite.


Emplacement de la cité interdite

L'emplacement de la cité interdite a été décidé de façon raisonnéee, il fallait prendre en compte des critères essentiellement symboliques issus des traditions chinoises et ce fut le cas, comme par exemple la grande symétrie qui devait être respectée pour que l'harmonie règne. Mais le choix de la ville de Pékin a également été réfléchi, car cette ville du Nord de la Chine était associé à l'envahisseur mongole, et pourtant, c'est ici que choisi de s'installer le nouvel empereur Yongle, qui fit construire la cité interdite.

En pratique, ce palais se trouve au centre de Pékin, mais vraiment au centre : Géographiquement, vous vous rendez au point central de l'agglomération et vous y serez !

En savoir plus sur l'emplacement de la cité interdite.


Décorations

Les décorations de la cité interdite sont nombreuses, et de plusieurs sortes. Il y a des décors peints, généralement des motifs floraux sur fonds noirs, des galeries d'objets d'art, de peinture, mais aussi des statues dont les significations symboliques méritent d'être connues. La palais possède aussi quelques curiosités comme les Huabiaos, des sortes de totems, et des décorations de toits magnifiques. Sans compter bien sûr sur le mur aux neuf dragons, un mur de céramique très connu sur place.

En savoir plus sur les décors de la cité interdite.


La cité interdite au cinéma

Hélas la cité interdite de Pékin n'est pas un symbole si évident que ça de la Chine, on le remarque dans la façon dont elle est traitée au cinéma. Alors que d'autres monuments sont très représentés, ce palais ne l'est pas souvent. Il faut dire que le nombre de films sensés se dérouler en Chine est réduit par rapport à ceux dont l'action est en Europe ou aux Etats-Unis (du moins pour les habitants de ces continents), du coup elle apparait rarement au cinéma. On la retrouve quand même dans des films qui lui sont dédiés bien sûr, et dans quelques autres.

Voir la liste des films montrant la cité interdite à l'écran.


Les trônes

Résidence de l'empereur pendant plus de six siècles, la cité interdite fut aménagé pour le bien être de la famille impériale, avant tout. Et ça d'autant plus qu'elle ne sortait quasiment jamais de l'enceinte de ce palais. Les trônes impériaux étaient donc installés dans bon nombre de salles, même si l'empereur n'était pas sensé venir sur place fréquemment. Curieusement ces trônes ne sont pas spécialement impressionnants, il s'agit quasiment toujours de simples bancs et de coussins jaunes placés sur une estrade, devant un paravent.

Découvrir les principaux trônes de la cité interdite.



Voir aussi :

Histoire de la cité interdite

Visiter la cité interdite





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.