Porte du Midi, dans la Cité Interdite

FR EN ES

La porte du Midi


La porte du Midi (Wumen)

Nommé Wumen en Chinois (Wu : Porte, Men : Méridional), la Porte du Midi est l'une des 4 portes que compte la Cité Interdite. De nos jours, c'est la seule entrée possible, les autres ne servant qu'occasionnellement ou pour des raisons pratiques, pas pas pour la visite du site. C'est de loin la plus importante des quatre. Orientée au Sud, elle donne sur la place Tian'anmen sur laquelle se trouve les guichets d'achat des tickets d'entrée. Cette porte est sur l'axe Nord-Sud du palais, en plein dans l'axe de symétrie. rappelons que le palais est le plus symétrique possible car il s'agit d'un signe d'équilibre, qui était sensé se reporter sur le peuple Chinois.

Porte du Midi

Porte du Midi


Description

Cette porte fut construite en même temps que le palais, entre 1407 et 1420. Plus qu'un simple trou dans la muraille, il s'agit d'un fortin imposant de 37,95 mètres de haut (124,5 pieds). Il a une disposition concave avec cinq tours, ce qui lui donne (parait-il) l'image d'un Phénix volant, d'où son autre nom, "la tour des 5 Phénix" ("Wufenglou" en chinois). La tour centrale, avec des toits doubles en tuiles vernissées de couleur, mesure 60,05 mètres (198 pieds) de longueur et 25 mètres (82 pieds) de largeur, pour une hauteur de 12 mètres (39 pieds). A l'est et à l'ouest du batiment principal deux petites tours lui sont accolées, tours desquels partent deux couloirs couverts prenant la direction du sud, le reliant à deux tours carrées plus petites. Ca forme un ensemble en forme de U surmontant les ouvertures de la muraille. Sur la muraille justement, de parts et d'autres du frontispice, il y a une ouverture par tour, ce qui fait un total de 5 passages, un principal et quatre annexes, pour la porte du Midi.

Le batiment central est assez massif, un long couloir couvert en fait le tour. Aux deux extrémités se trouvent deux cloches et des tambours dont les fonctions étaient d'annoncer le départ de l'Empereur pour le temple du Ciel pour les cloches et pour le temple ancestral pour les tambours. Les deux étaient utilisés en même temps lors des grandes cérémonies qui avaient lieu dans la Salle de l'Harmonie Suprême (Taihedian).

Côté place Tian'anmen, cette porte est équipée de deux temples religieux : le premier est consacré au culte des ancêtres de la dynastie et l'autre à la divinité de la Terre et du Grain. Il s'agit des dieux tutélaires de l'État impérial chinois. Mais là, on n'est pas encore dans la cité interdite.


Les 5 passages

Le passage de cette porte impliquait de se plier à certaines règles strictes. La porte centrale était à l'usage exclusif de l'empereur, mais cette règle a été assoupli pour deux occasions.

Porte du Midi

Porte du Midi

La première était pour une impératrice qui a pu franchir cette porte par le passage principal le jour de son mariage. La deuxième pour faire honneur aux trois meilleurs chercheurs chinois qui ont obtenu les plus hautes récompenses dans les examens nationaux présidés par l'empereur, qui ont été autorisé à passer par ce passage après leur entrevue avec l'empereur. La petite porte à l'Est était utilisée par les ministres et les fonctionnaires tandis que celle de l'Ouest l'avait été par la famille royale. Les deux autres portes dans les coins ont été utilisés uniquement quand il y avait de grandes cérémonies. Dans les temps anciens, les entrées et sorties de la Cité Interdite étaient très strictes, ceci pour la sécurité des membres de la famille impériale. Les gens issus du peuple n'avaient aucun droit d'entrée par l'une de ces portes. De nos jours, les trois portes centrales sont disponibles pour tous les touristes. Les deux portes latérales ont été modifié et donnent accès à des commodités, à l'usage des touristes essentiellement.


Usage

La porte du midi était le lieu habituel de promulgation des écrits des empereurs. En outre, un certain nombre d'événements spéciaux, des cérémonies et des activités spéciales, avaient lieu ici. Le 15 janvier, suivant le calendrier lunaire, était le jour de la fête des Lanternes. L'empereur recevait les fonctionnaires à cette occasion (durant la dynastie Ming) dans la tour centrale de la porte du Midi. La nourriture étant un symbole fort en Chine, il offrait à ses ministres certains aliments pour les fêtes, par exemple des patisseries le premier jour du printemps (4 février, toujours selon le calendrier lunaire), des gâteaux froids (le 5 mai, pour le festival du bateau-dragon, ou le 9 septembre, pour le festival de Chyongyang) C'est aussi ici qu'avaient lieu les flagelations des fonctionnaires étant passés par le tunnel central, réservé à l'empereur. En 1519 158 fonctionnaires furent punis dont 15 battus à mort. Ce chatiment cruel fut aboli à la fin de la dynastie Ming.

Le 10e jour du calendrier lunaire les spécialistes de l'astronomie présentaient à l'empereur et à son épouse le calendrier de la nouvelle année, à la porte du Midi. Ce calendrier portait les dates des diverses cérémonies prévues. Parmi les habitudes, on pense parfois que lorsque les troupes chinoises revenaient victorieuses d'une bataille, on organisait un sacrifice de prisonniers devant la porte du Midi. En fait, c'est faux, cette cérémonie avait bien lieu, mais uniquement pour les criminels, et au marché aux légumes, dans Pékin.

La porte du midi franchie, le visiteur se trouve dans une grande cour traversée par une rivière à 5 ponts, la rivière aux eaux d'or.


Quelques photos

Porte du Midi

Porte du Midi

Porte du Midi

Porte du Midi

Porte du Midi

Porte du Midi

Porte du Midi

Porte du Midi


Porte du Midi

Porte du Midi



Voir aussi :

Retour à la liste des pavillons de la cité interdite





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.