Pavillon de la suprême harmonie, dans la Cité Interdite

FR EN ES

Pavillon de la suprême harmonie


Le pavillon de la suprême harmonie (Taihedian)

Pavillon de la suprême harmonie

Pavillon de la suprême harmonie

Le pavillon de l'harmonie suprême est nommé "Taihedian" en chinois. Il s'agit du palais principal de l'empereur. Il se trouve au Nord de la grande cour extérieure, la plus grande de la cité interdite, qui fait quand même la bagatelle de 30 000 mètres carrés. Le palais est surélevé d'environ cinq mètres, tout le soubassement étant fait de couches de marbre superposées en quinconce. Rien que le soubassement a trois niveaux.

C'est le palais de l'empereur. Il y recevait les hauts fonctionnaires mais surtout les délégations étrangères. Toutes les grandes cérémonies avaient lieux ici, en particulier lors des avènements des nouveaux empereurs. On y célébrait aussi les anniversaires, les mariages, et toute autre occasion comme la célébration du solstice d'hiver, le nouvel an chinois et les déclarations de guerre.

Lorsque le visiteur monte l'un des trois escaliers imposants il ne peut pas faire autrement que de remarquer la présence de 18 Dings de bronze, une sorte de navire antique chinois. Chacun d'eux représente une des provinces nationales de l'époque. Sur les terrasses en marbre les balustrades sont décorées luxueusement de grues et de tortues de bronze, symboles de la domination et de la longévité éternelle. On trouve aussi devant le bâtiment deux cuves de bronze doré, elles servaient à stocker l'eau en cas d'incendie.

Ce bâtiment est le plus haut de tous les bâtiments de la cité interdite, du moins l'était-il au temps des dynasties Ming et Qing. Aucun autre ne devait être plus haut, car l'empereur ne pouvait à aucun moment se trouver au-dessous de quoi que se soit. A lieu seul ce palais est un symbole de la puissance impériale


Le trône impérial

Le trône impérial

Le pavillon et la cour

Le pavillon et la cour

La salle mesure 35,02 mètres de haut (37,44 mètres, si on y inclue la décoration sur le toit). elle fait 63.96 mètres de largeur et 37,2 mètres de longueur respectivement. Il y a un total de 72 piliers, en six lignes, supportant le toit. Les portes et les fenêtres sont en relief avec des nuages et des dragons sculptés. A l'intérieur, le sol est pavé de briques spéciales qui ont été usées par le temps. Meilleur symbole du pouvoir impérial, le trône de bois de santal, dressé sur une plate-forme haute de deux mètres, est situé dans le centre de la pièce, il entouré par six piliers d'or laqué épais ornés de dragons. D'autres dragons sont sculptés dans le trône d'or. Autour du trône se dressent deux grues en bronze, un bruleur d'encens en forme d'éléphant et un trépied en forme de bête mythique. Il est richement décoré avec des dragons, donnant une aura de solennité et de mystère.

Au centre du plafond on voit de deux dragons jouant avec des perles. Ils étaient faits de verre et peints avec du mercure. La perle était sensé avoir la capacité de détecter un usurpateur au pouvoir impérial. Si quelqu'un qui n'était pas le descendant de l'empereur Huang Di et donc a usurpé le trône, la perle devait descendre et le frapper de mort.

Devant le palais, sur la terrasse de marbre blanc, le visiteur peut voir deux curieux objets : un cadran solaire et une mesure à grains. Il s'agit de symboles de la justice impériale, tout simplement.



Voir aussi :

Retour à la liste des pavillons de la cité interdite





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.