Tours d'angle, dans la Cité Interdite

FR EN ES

Tours d'angle


Tours d'angle (Jialolou)

Tours d'angle

Tours d'angle

Aux quatre coins de la haute muraille ont été construits des tours d'angle (en 1420, à la création de la Cité Interdite). Elles furent reconstruites sous la dynastie Qing (1644-1911). Comme une partie de la Cité Interdite, elles ont servi de tours de défense au même titre que le rempart et le fossé. Elles reposent sur à leurs bases sur un bâtiment bouddhiste entourée de colonnes de pierre. Voici la légende à leurs sujets. Zhudi, l'empereur Yongle de la dynastie Ming, a ordonné la construction de ces 4 tours, chacune avec 9 poutres, 18 postes et 72 arêtes. Le commandant en chef du projet a rassemblé tous les charpentiers et leur a donné trois mois pour remplir cette mission.

Le problème, c'était que le travail demandé était vraiment complexe, personne n'ayant déjà fait une telle réalisation. Inquiet, un charpentier est parti à la rencontre d'un vieil homme qui vendait des sauterelles et lui a acheté une cage à sauterelles. A sa grande surprise, cette cage délicate avait 9 poutres, 18 postes et 72 arêtes, du coup le brave charpentier s'en servi de modèle pour proposer le schéma de la tour. Il est dit que le vieil homme était le père des constructeurs, Luban. C'est certainement faux. Cependant, les quatre tours d'angle de la Cité Interdite ont la flexibilité des constructions traditionnelles de la structure de bois et forme une combinaison habile entre la décoration et la fonction défensive du bâtiment. Vous pouvez voir aussi à ce sujet l'architecture de la Cité interdite, il y a un chapitre sur ces 72 poutres.



Voir aussi :

Retour à la liste des pavillons de la cité interdite




Copyright 2013 - 2019 - Prohibida la reproducción sin el permiso del autor. Este sitio web es privado, no oficial, como resultado del trabajo de compilación de las obras de diferentes autores. A menos que se indique lo contrario, las fotos son libres de regalías. Para distinguir ilustraciones gratuitas de otras, ver: Fuentes documentales. Otros sitios web del mismo autor en otros dominios: Marguerite Duras, Pirineos Orientales. Autor del sitio: ver créditos.