Porte de la suprême harmonie, dans la Cité Interdite

FR EN ES

Porte de la suprême harmonie


La porte de la suprême harmonie (Taihemen)

La porte de l'harmonie suprême sépare la première cour, celle dite de la rivière aux eaux d'or, de la cour du palais de l'harmonie suprême, le principal palais de la cité interdite. C'est une porte très importante. Cette porte est gardé par deux lions de bronze. Il s'agit de symboles de la puissance impériale. Le lion sur le côté Est est un mâle. Sa patte avant droite est placé sur un globe indiquant le pouvoir impérial étendu dans le monde entier. La lionne sur le côté ouest a sa patte avant gauche sur un lionceau. Elle représente la famille impériale florissante et prospère. Les chambres de chaque côté auraient servi d'entrepôts pour stocker des éléments tels que la fourrure, de la porcelaine, de l'argent, le thé, la soie, le satin et les vêtements.


Porte de la suprême harmonie

Porte de la suprême harmonie

Porte de la suprême harmonie

Porte de la suprême harmonie

Cette porte est ouverte sur un épais mur recouvert de tuiles vernissées. Plus qu'une simple ouverture, il s'agit d'un bâtiment d'à peu près 20 m de long, construit sur des fondations de marbre montant à 2 mètres de hauteur. Il y a deux escaliers peu raide pour y accéder, les deux escaliers étant en marbre avec des balustrades décorées. A l'entrée, il y a une statue de lion.

Le bâtiment est comme souvent rectangulaire, il est doté d'un double toit de tuiles vernissées à dominante jaune, la couleur de l'empereur. Chaque bout du toit a un élément décoratif imposant. Au rez-de-chaussée se trouve une bordée d'arcades décorées, en bois peints. Il y en a 9 sur la longueur et 4 sur la largeur. L'ensemble du bâtiment fait 1300 mètres carrés. Le mur qui le prolonge est percée de deux autres portes, plus modestes, mais qui sont également deux petits pavillons en soi : La porte Zhendu (à l'Ouest) et la porte Zhaode (à l'Est). Elles sont identiques, une sorte de petit pavillon sans mur extérieur et avec un grand toit unique de tuiles vernissées jaunes.

Ce bâtiment n'était pas qu'une simple porte, c'était surtout la salle principale dans laquelle les empereurs Ming réglaient les affaires de l'Etat. Le cérémonial était bien huilé : Les mandarins et militaires venaient ici de bonne heure et y attendait l'audience impériale. L'empereur, travaillait assis sur le trône. Par la suite la salle d'audience sera transférée au Palais de la Pureté céleste, dans la cour intérieure.



Voir aussi :

Retour à la liste des pavillons de la cité interdite





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.