Porte de la prouesse militaire, dans la Cité Interdite

FR EN ES

Porte de la prouesse militaire


Porte de la prouesse militaire (Wuying men)

Porte de la prouesse militaire

Porte de la prouesse militaire

La porte de la prouesse militaire est le bâtiment principal de l'ensemble architectural qui se trouve à l'ouest de la Salle de la suprême harmonie. Maintenant c'est la galerie de peinture et de calligraphie. Les salles latérales sont réservés pour une galerie de livres et de archives.

Durant la dynastie Ming (1368-1644) la salle de de la prouesse militaire était l'endroit où les empereurs recevaient les ministres. Elle était également l'un des ateliers des peintres, pour la cour des Ming. La fin de la dynastie Ming a été provoqué par une rebellion paysanne qui a abouti à l'incendie du palais impérial. De nombreux bâtiments furent détruits , mais pas ce pavillon qui par chance resta intact. La porte de la prouesse militaire était l'endroit où Li Zicheng (1606-1645), le leader paysan qui fit chuter la dynastie Ming, monta sur le trône en tant que nouvel empereur avant d'avoir à fuir précipitamment de Pékin. Après que le régime mandchou ait récupéré le trône, puis déplacé sa capitale à Beijing ce pavillon est devenue le bureau pour Dorgon (1612 à 1650), l'un des quatre régents, pour le traitement des affaires de l'Etat.

Au début de la dynastie Qing les empereurs ont également assisté à des cérémonies de faible importance. Il devint un centre culturel impérial durant le règne de Kangxi (1662-1722) , avec en particulier l'établissement d'un atelier pour la modification, la compilation et l'impression de livres avec des blocs en bois sculpté.



Voir aussi :

Retour à la liste des pavillons de la cité interdite





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.