Palais de la tranquillité terrestre, dans la Cité Interdite

FR EN ES

Palais de la tranquillité terrestre


Palais de la Tranquillité Terrestre (Kunninggong)

Appelé en chinois Kunninggong, il est le troisième et dernier des palais de la Cour intérieure, dressé derrière le pavillon de la puissante fertilité. Il a été construit en 1420 comme le reste de la cité interdite et a été reconstruit en 1605 en raison de deux incendies, respectivement en 1514 et en 1596. Quelques années plus tard, il a subi trois autres travaux de restauration. Orienté plein sud, il mesure 9 arches de long et 3 de large. Il a une hauteur de 22 mètres, et un toit double avec des bâtiments secondaires, tout comme le Palais de la Pureté Céleste, mais en plus petits. Il a pour originalité d'avoir son ouverture sur le côté et pas sur la façade, c'est tout simplement qu'au moment de sa reconstruction l'empereur était mandchou, et c'est une habitude mandchou d'avoir les portes des bâtiments sur le côté.

Palais de la tranquillité terrestre

Palais de la tranquillité terrestre

Son rôle est clair : Sous les Ming, il était la résidence de l'impératrice. Sous les Qinq, et particulièrement sous le règne de Shun Zhi (1655) est a été divisé en deux : Une partie, relativement petite, était la chambre nuptiale, l'autre partie était un temple dédié au Dieux du domicile. La grande salle à l'Ouest était utilisée pour les sacrifices, offerts aux dieux du foyer bien sûr. La chambre nuptiale est toute rouge, du sol au plafond. Elle est décorée d'un grand nombre de caractères "double xi", qui signifie "double bonheur". Le lit, très grand, occupe un quart de la superficie au sol de la pièce. Après le mariage l'empereur et la nouvelle impératrice passait trois jours enfermés dans cette chambre, pour leur "nuit de noce". Ensuite, ils se séparaient pour vivre chacun de son côté.

De nos jours la galerie orientale exposée des automates des XVIIIe et XIXe siècles qui faisaient partie des collections impériales. Si quelques uns étaient de fabrication chinoise, la plupart étaient d'origine européenne (France, Angleterre, Allemagne et Suisse pour la plupart)

En ce qui concerne les sacrifices, il faut savoir que les Qing, d'origine mandchous, étaient très religieux. Arrivés au pouvoir en Chine ils conservèrent leurs croyances, tout en en adoptant d'autres, chinoises. Ainsi les quatre chambres latérales du palais de la tranquillité terrestre accueillaient un autel pour les sacrifices aux divinités. La 3e salle, à l'Est, était percée de 2 portes se faisant face, à l'intérieur duquel trois chaudrons servaient à cuire la viande. Les sacrifices étaient faits deux fois par jour, l'un le matin et l'autre le soir.

Intérieur du palais

Intérieur du palais

Les deux chambres secondaires à l'Est étaient la suite nuptiale pour l'empereur et l'impératrice. La paroi de la chambre a été peinte en rouge et les lampes du palais ont été accrochés avec des caractères chinois signifiant "double bonheur" pour créer une atmosphère chaleureuse et gaie. En face de la porte il y a également un petit texte encourageant le bonheur, ainsi chaque fois que l'empereur ouvrait la porte il voyait ce texte. Le lit à baldaquin délicat et exquis est agrémenté d'une couette brodée avec 100 enfants qui jouent, d'où le nom "100 enfants Canopy" et "100 enfants Quilt". Cette pièce n'était utilisée que si l'empereur était déjà en exercice, ce qui limite à trois le nombre de ceux qui n'y eurent pas droit : Kangxi (1662-1722), Tongzhi (1862-1874), et Guangxu (1875-1908). En fait, les mariages des empereurs étaient extrêmement luxueux. Le mariage de l'empereur Tongzhi a couté 11.000.000 taëls d'argent, tandis que celui de Guangxu a couté 5,5 millions de taëls d'argent malgré l'extrême pauvreté du pays à cette époque.

Ce palais était complété par deux annexes, l'une à droite et l'autre à gauche. Celle de droite est nommée Dongnuan, l'autre Xinuan.



Voir aussi :

Retour à la liste des pavillons de la cité interdite





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.