Palais de la pureté céleste, dans la Cité Interdite

FR EN ES

Palais de la pureté céleste


Palais de la Pureté Céleste (Qianqinggong)

Derrière la porte de la Pureté Céleste (Qianqingmen) s'ouvre un cour de taille plus modeste, du moins par rapport à celles qui se trouvent dans la cour extérieure. L'élément principal de cette cour est le pavillon de la Pureté céleste, aussi appelé "Palais de la pureté céleste" (Qianqinggong en chinois). C'était tout simplement la chambre des empereurs de la Cité Interdite, du moins jusqu'à l'empereur Yong zheng, dans la dynastie des Qing. Après, il servait de cabinet de travail ou de salle d'audience. Il est le premier des trois pavillons de la cour intérieure.

Palais de la pureté céleste

Palais de la pureté céleste

Il s'agit d'une version plus petite du pavillon de l'harmonie suprême, plus basse aussi, pour marquer la différence avec lui. Il est cependant le plus grand de tous les pavillons de la Cité Interdite. Il a été construit en 1420 et reconstruit en 1798 à la suite d'un incendie. Ce pavillon servait aussi à la lecture des actes officiels, leurs signatures aussi, ainsi qu'à la réception de ministres et autres hauts fonctionnaires. Parfois on y organisait des banquets, voire des cérémonies. Par deux fois (en 1722 et en 1785) eu lieu ici un "Banquet pour mille personnes âgées". Les invités étaient des vieillards venant de plus de 60 pays. L'empereur Qianlong leur a même donné des cadeaux. Plus tard, l'empereur Yongzheng déplaça ses quartiers d'habitation au Temple de la Nourriture de l'Esprit, qui est situé à l'ouest, mais ce pavillon a conservé quand même un grand rôle dans la vie impériale. En outre, sous la dynastie des Qing, quel que soit l'endroit où l'empereur mourrait, son cercueil était toujours placé dans ce pavillon pendant quelques jours le temps des cérémonies commémoratives. Une fois ces cérémonies terminées, le cercueil est déplacé à Jinshan, puis enterré dans le mausolée.

Le palais possède sur sa droite et sa gauche deux petits pavillons, plus simples. Celui de gauche est nommé Hongdedian, il était utilisé comme antichambre pour les notables devant rencontrer l'empereur (sous la dynastie Ming) ou comme bureau impérial (sous la dynastie Qing). Celui de droite, Zhaorendian, servait d'entrepôt pour les livres (une sorte de bibliothèque), puis plus tard de classe pour l'empereur.


Trône

Trône du palais de la pureté céleste

Trône du palais de la pureté céleste

La salle possède un trône, disposé sur une estrade, entouré par des bruleurs d'encens, des longues bougies rouges et de grands miroirs qui ont été placés à côté du trône pour éloigner les mauvais esprits. Sur les colonnes tout autour, il y a deux paires de couplets écrits par les empereurs Qing. Sur le trône est accrochée une plaque gravée avec quatre caractères chinois, écrit par l'empereur Yongzheng et qui signifie "la justice et la luminosité". De l'époque de l'empereur Yongzheng, le nom de chaque prince héritier était écrit sur les documents en double et une copie était placée dans une boite derrière cette plaque. L'autre copie était conservée par l'empereur. Le prince désigné par ces deux copies avait alors la légitimité de la succession de son père. Si par malheur l'une des deux copies n'étaient pas conforme à l'autre, le prince devait être désavoué.


Cour du palais

La cour du palais est elle aussi entourée de hauts murs. Elle est fermée au Sud par la porte de la Pureté Céleste, et sur les côtés Ouest et Est se trouvent deux petites portes, nommées Yuehua et Rixing.


Histoire

Ce palais n'a pas toujours eut le même visage, en fait il était, initialement, relativement différent de celui que nous connaissons de nos jours. Les travaux de rénovations eurent lieu en 1798, transformant ce palais de l'ancienne version dans sa forme actuelle.



Voir aussi :

Retour à la liste des pavillons de la cité interdite





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.