Palais de la compassion et de la tranquillité, dans la Cité Interdite

FR EN ES

Palais de la compassion et de la tranquillité


Palais de la compassion et de la tranquillité (Cining gong)

Le palais de la compassion et de la tranquillité se trouve dans les annexes occidentales de la cour intérieure. Construit en 1536 dans la partie Ouest de la Cité Interdite, il était la résidence palatiale de l'impératrice douairière Jiang, construit à son attention particulière sur l'ordre de l'Empereur Jiajing ( 1522-1566). En 1769 (la 34e année du règne de Qianlong), la salle principale de ce palais a été reconstruite avec des toits multiples, et la salle arrière a été déplacée vers le Nord, dans une disposition que l'on peut encore voir de nos jours. La cour, délimitée par les couloirs couverts de l'Est et de l'Ouest, qui relient la Porte de la Compassion et du Tranquillité (au Sud) et les maisons de la salle arrière (au Nord), forment un complexe architectural indépendant. Le hall principal, avec des vérandas avant et arrière, un toit en pignon et hanche avec double avant-toit et en carreaux de céramique jaunes, est à sept baies de large pour cinq de profondeur.

En face de la salle principale se trouve une terrasse où se sont déroulées les principales cérémonies de la douceur de l'impératrice, en particulier les anniversaires de l'impératrice douairière. La salle arrière était le lieu où l'impératrice douairière vénérait Bouddha, elle était munie de toutes sortes de statues de Bouddha et d'instruments rituels. Du coup on l'appelait aussi la "grande salle du Bouddha".



Voir aussi :

Retour à la liste des pavillons de la cité interdite




Copyright 2013 - 2019 - Prohibida la reproducción sin el permiso del autor. Este sitio web es privado, no oficial, como resultado del trabajo de compilación de las obras de diferentes autores. A menos que se indique lo contrario, las fotos son libres de regalías. Para distinguir ilustraciones gratuitas de otras, ver: Fuentes documentales. Otros sitios web del mismo autor en otros dominios: Marguerite Duras, Pirineos Orientales. Autor del sitio: ver créditos.