Strabon, géographe grec du Ier siècle avant JC

FR EN ES



Strabon


Strabon était un historien et géographe grec ayant vécu entre le Ier siècle avant JC et le Ier après. Ayant fait de nombreux voyages durant sa vie il a obtenu une vision d'ensemble des civilisations antiques de son époque qu'il coucha par écrit dans deux séries de livres, la première nommée "Histoire" et la seconde "Géographie".

Strabon

Strabon


Biographie

Strabon est né à Amasée, en Grèce, à une époque où cette ville était grecque. De nos jours elle est en Turquie, c'est Amasya. Il est né en 64 avant JC et est mort entre 21 et 25 après JC, on l'ignore exactement. Ayant étudié auprès du précepteur des enfants du général Pompée, Aristodème de Nysa, il poursuit ses études auprès de Tyrannion, un géographe. Vers 24 avant JC il part en Egypte, puis poursuit une série de voyages à travers le monde connu. Il se rendit ainsi en Italie, à Rome, Brindes, Populonium, puis en Egypte. Il se rendit plus tard en Europe occidental, dans la péninsule ibérique, en Aquitaine puis en Bretagne. C'est lorsqu'il revient à Amasée qu'il rédigea sa première série de livre, "L'histoire", puis enchaîna avec la 2e série, "La géographie". Il participa à la rédaction de la liste des sept merveilles du monde en décrivant les remparts de Babylone, une merveille qui ne fait pas partie de la liste canonique mais qui figure dans quelques autres listes plus anciennes.

Si Strabon était une référence en géographie, histoire de son époque, il l'était aussi en philosophie et en littérature. Par contre ses connaissances en sciences n'ont jamais été mise en avant, comme les mathématiques ou l'astronomie, ce qui le place en dessous de certains grecs érudits illustres comme Eratosthène ou Polybe.

L'intérêt de ce personnage de nos jours est qu'il permet d'avoir une vision de l'époque de ces civilisations et particulièrement de la civilisation grecque dont il était issu. A travers ces textes on a les descriptions de diverses villes. Le problème principal de ces textes réside dans sa fiabilité, dans la mesure où Strabon n'a pas hésité à se servir de textes plus anciens pour compléter ses propres documents. D'ailleurs ses descriptions de l'Europe orientales sont exclusivement écrits à partir de récits antérieurs et à travers des témoignages s'étant rendu sur place, lui-même ne s'étant jamais rendu sur place. De plus il a vécu lors d'un changement d'époque, au moment de la fin de l'empire grec et de l'apogée de l'empire romain, une époque d'échanges culturels et commerciaux qui aidaient au brassage des civilisations. Dans ce contexte il était facile pour lui de mêler des informations venant d'une source à d'autres informations, extrapolant à un niveau tel que certains écrits peuvent être mis en doute. Toutefois les spécialistes s'accordent à dire que ses connaissances en droit romain sont une bonne source d'information sur la romanisation de l'Europe.


Ses oeuvres

En pratique, Strabon a écrit deux séries de livres. La première "l'Histoire", est en 43 volumes et se voulait être la continuation de l'œuvre de l'historien Polybe, un grec ayant vécu un siècle plus tôt. Hélas aucun de ces livres ne nous est parvenu. Par contre la deux ième série, "La géographie", nous est parvenu quasiment complète, elle se compose de 17 livres :

  • Livre I et II : Introduction

  • Livre III à X : Description de l'Europe, en mettant l'accent sur la Grèce

  • Livre XI à XIV : Description de l'Asie mineure

  • Livre XV et XVI : Description de l'Orient

  • Livre XVII : Description de l'Afrique

Si géographiquement ces livres sont d'un grand intérêt, la vision purement cartographique qu'il avait du monde laissait à désirer, ce qui ne peut pas lui être reproché, au vu des techniques cartographiques de l'époque.


Popularisation de son oeuvre

Bien qu'il ai voulu que ses livres soient le plus diffusés possibles, ils restèrent confidentiels durant toute l'époque romain, allant jusqu'à faire oublier le nom de Strabon. Ce dernier fut à nouveau popularisé à partir du Ve siècle et ses livres furent redécouverts. Strabon sera traduit au XVe siècle par Guarino Veronese.


Les sept merveilles du monde par Strabon

Dans "Géographie", Strabon décrit certaines des merveilles du monde parmi celles qui étaient toujours debout à son époque, au Ier siècle avant JC, ce qui n'était déjà plus le cas du colosse de Rhodes. Mais il en parle tout de même :

De tous ces monuments le plus remarquable sans contredit est la statue colossale du Soleil, œuvre de Charès, de Charès de Lindos, comme nous l’apprend l’iambographe, auteur de l’inscription :

"De sept fois dix coudées Charès Lindien l’a faite".

Par malheur le colosse gît maintenant étendu sur le sol ; renversé par un tremblement de terre, il s’est brisé en tombant à partir des genoux, et les Rhodiens, pour obéir à je ne sais quel oracle, ne l’ont point relevé. Outre ce monument, qui surpasse, avons-nous dit, tous les autres (on s’accorde en effet universellement à le ranger parmi les sept merveilles du monde), il convient de citer aussi les deux tableaux de Protogène, l’Ialysus et le Satyre à la colonne.

     Geographie, Livre XIV - L'Asie mineure 2 - Rhodes et la Carie


En ce qui concerne le phare d'Alexandrie Strabon décrit surtout le port de la ville, à l'abri derrière l'île de Pharos - qui donna son nom au mot "phare", une île à faible distance des terre et relié ensemble par une digue.

La pointe qui termine la petite île de Pharos n’est elle-même qu’un rocher battu de tous côtés par les flots. Sur ce rocher s’élève une tour à plusieurs étages, en marbre blanc, ouvrage merveilleusement beau, qu’on appelle aussi le Phare, comme l’île elle-même. C’est Sostrate de Cnide qui l’a érigée et dédiée, en sa qualité d’ami des rois, et pour la sûreté des marins qui naviguent dans ces parages, ainsi que l’atteste l’inscription apposée sur le monument.

Et, en effet, comme la côte à droite et à gauche de l’île est assez dépourvue d’abris, qu’elle est de plus bordée de récifs et de bas-fonds, il était nécessaire de dresser en un lieu haut et très apparent un signal fixe qui pût guider les marins venant du large et les empêcher de manquer l’entrée du port. La passe ou ouverture de l’Ouest, sans être non plus d’un accès très facile, n’exige pourtant pas les mêmes précautions. Elle aussi forme proprement un port, un second port dit de l’Eunostos; mais elle sert plutôt de rade au port fermé, bassin intérieur creusé de main d’homme. Le grand port est celui dont la tour du Phare domine l’entrée, et les deux autres ports lui sont comme adossés, la digue ou chaussée de l’Heptastade formant la séparation. Cette digue n’est autre chose qu’un pont destiné à relier le continent à la partie occidentale de l’île.

     Geographie, Livre XVII - L'Egypte et la Lybie


Les pyramide d'Egypte sont un peu plus détaillées, mais mis à part description simple de ces monuments le reste du texte ne repose pas sur des faits admis de nos jours.

À 40 stades au delà de Memphis, règne une côte montagneuse sur laquelle se dressent plusieurs pyramides, qui sont autant de sépultures royales. Trois de ces pyramides sont particulièrement remarquables. Il y en a même deux, sur les trois, qui sont rangées au nombre des sept merveilles du monde, et rien n’est plus juste : elles n’ont pas moins d’un stade de hauteur, leur forme est quadrangulaire et la longueur de chacun de leurs côtés n’est inférieure que de très peu à leur hauteur. L’une des deux pyramides est un peu plus grande que l’autre. À une certaine hauteur sur un de ses côtés se trouve une pierre qui peut s’enlever, et, qui une fois enlevée, laisse voir l’entrée d’une galerie tortueuse ou syringe, aboutissant au tombeau. Ces deux pyramides sont bâties l’une à côté de l’autre sur le même plan. Plus loin maintenant et sur un point plus élevé de la montagne est la troisième pyramide, qui, de dimensions beaucoup moindres que les deux autres, se trouve cependant avoir coûté beaucoup plus cher de construction : cette différence tient à ce que, depuis la base jusqu’à moitié de la hauteur environ, il n’a été employé d’autre pierre que cette pierre noire qui entre aussi dans la composition des mortiers, pierre qu’on fait venir des montagnes situées tout à l’extrémité de l’Éthiopie, et qui, par son extrême dureté et sa difficulté à se laisser travailler, augmente beaucoup le prix de la main-d’œuvre.

     Geographie, Livre XVII - L'Egypte et la Lybie


Le tombeau du roi Mausole est très peu décrit, il est tout juste cité comme le prouve ce court texte peu explicite.

Puis vient Halicarnasse, capitale des anciens dynastes de Carie, qui primitivement s’appelait Zephyria. C’est ici, à Halicarnasse, que s’élève le tombeau de Mausole, monument rangé au nombre des sept merveilles du monde et qui fut érigé par Artémise en l’honneur de son époux.

     Geographie, Livre XIV - L'Asie mineure 2 - Rhodes et la Carie



Voir aussi :

Les 7 merveilles du monde





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.