Remparts de Babylone

FR EN ES



Remparts de Babylone


Bien avant que la liste canonique des sept merveilles du monde ne soit définitivement adoptée d'autres liste des monuments qui marquèrent leurs époques furent dressées. Certaines contenaient les remparts de Babylone.

Cette information n'est pas si anodine que ça dans la mesure où l'existence des jardins de Babylone est contestée, et que par ailleurs Babylone, capitale de la Mésopotamie fut une cité brillante à son apogée, sous Nabuchodonosor II. La ville possédait divers monuments dont le principal était sans conteste ses remparts, unanimement décrits comme très impressionnants. Les remparts de Babylone masquent donc dans les écrits ou dans les représentations les jardins qui sont alors relégués au deuxième plan. Aussi savoir comment étaient ses remparts est-il intéressant.

Porte d'Ishtar

Porte d'Ishtar

Voici la description qu'en fait Strabon, un célèbre géographe et historien du Ier siècle avant JC. Ce court texte est tiré de son livre XVI décrivant l'Asie, dans sa série "Géographie".

Babylone est située dans une plaine. Ses remparts ont 365 stades de circuit (soit 70Kms environ), 32 pieds d'épaisseur (soit 9m de large) et 50 coudées de hauteur (soit 20m) dans l'intervalle des tours, qui elles-mêmes sont hautes de 60 coudées (soit 24m). Au haut de ce rempart on a ménagé un passage assez large pour que deux quadriges puissent s'y croiser. On comprend qu'un pareil ouvrage ait été rangé au nombre des Sept Merveilles du monde.

Un quadrige, c'était un char à deux roues tiré par 4 chevaux. Le roi Mausole était représenté sur un quadrige, au sommet du mausolée d'Halicarnasse, l'une des 7 merveilles du monde.


Les fouilles archéologiques

Les fouilles archéologiques du site de Babylone montrent que les murailles étaient précédés d'un fossé dans lequel se déversait l'eau de l'Euphrate, qui passait tout à côté. Il existait un réseau de canaux qui permettait d'irriguer les jardins à partir des fossés. Mais ce qui est important c'est que les chiffres des auteurs antiques étaient largement surestimés puisque la réalité du terrain montre que le rempart ne faisait pas plus de 8Kms. Ils étaient en fait triple : Trois rangées de remparts concentriques. Le plus petit mesurait 6,5m d'épaisseur et il était distant de 7m du deuxième. Il semble donc évident que lorsque Strabon parle de deux quadriges qui se croisent, il doit évoquer la zone entre les deux remparts et pas leurs sommets.

Le rempart était percé de 8 portes dont la fameuse porte d'Ishtar représentée ci-dessus. L'ensemble était protégé par un réseau de 120 tours


Les remparts, merveilles du monde

Saviez-vous que les remparts de Babylone étaient une des sept merveilles du monde ? La liste canonique (c'est à dire "officielle") ne les fait pas apparaître, mais ils remplaçaient le phare d'Alexandrie dans la liste initiale de l'auteur Philon de Bysance. C'est à ce personnage peu connu que l'on doit cette liste, et à son époque le phare n'existait pas encore, il avait donc placé les remparts de Babylone à sa place. La liste fut retravaillée ultérieurement pour arriver à celle que l'on connait.

Mais ce changement n'enlève rien au fait que les remparts étaient sur la liste de la plupart des auteurs anciens ayant faits un récapitulatif des principaux monuments du monde tel qu'il le connaissait. Ces listes ont eu des sorts divergents, et seules celle de Philon de Bysance nous sert de référence de nos jours, mais la réalité est que les remparts étaient quasiment toujours cités.



Voir aussi :

Jardins suspendus de Babylone

Les 7 merveilles du monde





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.