Histoire du phare d'Alexandrie

FR EN ES



Histoire du phare d'Alexandrie


Construit à Alexandrie, une ville récente au moment de sa construction, le phare d'Alexandrie a une aura qui va bien au-delà de l'Egypte. Il faut dire qu'entre sa mise sur la liste des 7 merveilles du monde et les fouilles archéologiques qui ont eu lieu en mer récemment, il y a de quoi écrire sur ce monument de l'Antiquité.


L'époque de la construction

Et c'est donc là que commence l'histoire du phare. Remontons même un peu avant, en 331 avant JC. C'est cette année là qu'Alexandre le Grand fonde une ville qui porte son nom. Il avait conquis un Empire à cheval sur l'Occident et l'Orient, et voulait, sans doute, marquer sa puissance. La nouvelle vile d'Alexandrie se trouve en actuelle Egypte, le long de la côte, au Nord d'un lac protecteur et face à une île reliée à la terre ferme par un ponton artificiel. A la mort d'Alexandre son empire fut partagé entre ses généraux, les provinces furent alors administrées par des satrapes, ce que l'on nommerait de nos jours "gouverneurs". Le satrape d'Egypte, un certain Ptolémée, prit possession de la province et fonda une nouvelle dynastie, la dynastie Ptolémaïque, qui régna sur l'Egypte quelques décennies. Il lança alors à Alexandrie la construction d'un phare imposant, à la fois emblème du royaume et outils de navigation, dont le but était tout à la fois de guider les marins dans les eaux dangeureuses de la côte et d'impressioner les voyageurs.

En 297 les travaux commencèrent, on était sous Ptolémée Ier Sôter, le nom que l'histoire lui a attribué. Les travaux furent très rapides, ils ne durèrent que 15 ans pour se terminer en 283 avant JC, sous le règne de son fils Ptoloémée II.


Le premier millénaire

Entre 45 et 35 avant JC le phare fut réparé, il avait été sérieusement abîmé lors d'une guerre entre l'Empereur César et les partisans de Pompée. On était alors sous les ordres de Cléopatre.

Arrive alors le temps de la dégradation. Le premier millénaire nous apprend que très peu de choses sur l'utilisation du phare. Quelqeus témoins rapportent qu'il était en fonctionnement normalement, malgré le temps qui passe. En 796 un violent tremblement de terre fait effondrer le sommet du phare, toute la partie cylindrique. Elle ne sera jamais reconstruite.

Un siègle pus tard l'Egypte était colonisée par les Arabes qui importèrent en Egypte la religion musulmane. entre 873 et 783 le sultan d'Egypte fit construire une mosquée au sommet du phare, donnant à ce dernier le titre de plus haute mosquée du monde. Cette mosquée fut recouverte par un dôme comme on en voit souvent dans les représentations de tels bâtiments.


La période des tremblements de terre

En 956 la partie supérieure du phare tombe suite à de violentes secousses sismiques qui ébranlent sérieusement Alexandrie. En 1261 une grande partie du phare s'écroule, toujours suite à des secousses sismiques. En grande partie ruiné il ne pourra plus être réparé, d'autant plus que la façade tombe à son tour en 1323 (D'autres dates indique que le tremblement de terre principal eut lieu en 1303). Enfin un nouveau seisme fait définitivement tomber les derniers pans encore debout en 1375.

Le phare d'Alexandrie n'est alors plus qu'un tas de pierres sur l'île de Pharos. Le sultan Qaitbayordonnant que soit construit un fort sur cette île, fort destiné à protéger le port, les pierres en vrac reçurent une nouvelle affectation, elles servirent à construire le fort Qaitbay. De nos jours le fort est toujours en place, donc en le visitant c'est un peu comme si on visitait le phare d'Alexandrie...



Voir aussi :

Tout sur le phare d'Alexandrie

Les 7 merveilles du monde





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.