French flag United Kingdom flag



Paul Landowski


Paul Landowski

Paul Landowski

Biographie

Paul Landowski est un célèbre sculpteur français du XXe siècle. Il est essentiellement connu pour avoir sculpté le Christ Rédempteur, sur le mont Corcovado, à Rio-de-Janeiro, Brésil. Il a développé son art en accord avec les idées humanistes de son époque et parvint, en fin de carrière, à obtenir des postes à responsabilité en accord avec ses intérêts.


Enfance et premières études (1875-1892)

Paul Landowski est né à Paris le 1er juin 1875 d'une famille mixte, sa mère étant française et son père polonais. Il effectue ses études secondaires au collège Rollin où il s'initie à la culture littéraire. Il entre en Hypokhâgne en 1892 et y rencontre Henri Barbusse, avec qui il conservera toute sa vie une forte amitié. C'est lui qui inspirera à Landowski le souffle humaniste qui ressortira de ses oeuvres. Durant ses études il se prend de passion pour les grands auteurs (Hugo, Shakespeare, Plutarque) qui deviendront pour lui des modèles. Il cherche, durant ses jeunes années, vers quelle voie s'orienter. Ainsi on le voit tenter d'écrire des drames en vers ou dessiner.


Etudes artistiques (1893-1900)

En 1893 il s'inscrit aux cours de Jules Lefebvre au sein de l’Académie Jullian. Jules Lefebvre était un peintre rigoureux qui enseignait selon une technique se voulant proche de la perfection. Cette recherche de la perfection restera dans l'esprit de Landowski qui aura, toute sa vie, cette volonté d'y parvenir, lorsqu'il fera une oeuvre. Avec Lefevre, il apprend à maîtriser l'art du nu ainsi que les portraits.

En parallèle il réalise ses premiers travaux pratiques. Le professeur d'anatomie Louis-Hubert Farabeuf, qui assure des cours de dissection à l'Ecole de Médecine, lui commande la réalisation de planches descriptives. C'est ce travail qui lui procure de grandes connaissances dans le corps humain, connaissances qui seront utilisées par la suite pour ses sculptures. C'est aussi grace à ça que ses sculptures auront un certains souffle humaniste. Entre 1895 et 1900 il suivra les cours de l'Ecole des Beaux-arts, suivant les enseignements du sculpteur Louis-Ernest Barrias. Ces cours lui furent profitables puisqu'il sortit de cette école avec le Grand Prix de Rome pour son oeuvre "David contre Goliath".

Il put alors entrer à la villa Médicis, mais il faut savoir qu'à cette époque Paul Landowski était un jeune homme énergique qui s'adonnait à la boxe. Cette passion purement personnelle lui fit exécuter deux oeuvres importantes : "Le pugiliste", ainsi que le "boxeur tombé".


Les années à la Villa Medicis et la conception du temple de l'homme (1901-1905)

C'est donc auréolé de son Grand Prix de Rome que Paul Landowski entre à la villa Médicis pour les 4 années suivantes. Il y exécutera plusieurs oeuvres majeures : "le Voleur d’oranges", "Le Fakir", "La bédouine à la cruche", "Les porteuses d’eau aveugles", etc. Certaines de ces oeuvres sont des sujets maghrébins, c'est dû aux quelques voyages qu'il fit durant ces années, en particulier en Tunisie, puis dans l'Italie antique qui fut une source d'inspiration rationnelle.

Durant cette période ses sculptures furent d'un style plutôt classique. Elles sont caractérisées par la qualité de la représentation du mouvement et le réalisme qui s'en dégage. Mais ces sculptures étaient petites, et lui imaginait déjà une oeuvre bien plus grande. il imaginait un lieu à la gloire de l'homme, conforme à sa volonté de mettre en avant le courant que l'on nommera plus tard l'humanisme. Il imaginait un temple. C'est Paul Valery qui lui donnera un nom : Le temple de l'homme.

Le temple de l'homme était, dans son esprit, un lieu artistique magnifiant les peuples, les sculptures devant y être installés devaient être en relation avec la grandeur de l'idée principale, celle de l'humanité au sens large. Sa sculpture nommée "Le Rhapsode", réalisée en 1905, était déjà dans cette esprit et servit de figure centrale aux "fils de Caïn", une oeuvre exposée au Salon des artistes français en 1906 et qui reçu un accueil chaleureux de la part des critiques qui virent en Paul Landowski un espoir de la sculpture française. La voie était alors libre pour passer à la réalisation concrête du temple de l'homme.


Les premières oeuvres humanistes (1906-1914)

La danseuse aux serpents

La danseuse aux serpents

A la sortie de la villa Médicis Paul Landowski s'installa en 1906 à Boulogne-Billancourt avec une série d'artistes évoluant dans des domaines variés. C'est durant ces années que naîtra sa célébrité grace à la livraison, en 1909, de "Aux artistes dont le nom s'est perdu", une sculpture qui sera installée sous la coupole du Panthéon.

Il travailla alors à différents projets tout en mettant la main à son temple de l'homme. Il souhaitait que ça soit une sorte d'histoire racontée de l'homme sur Terre, de l'antiquité au XIXe siècle. Ses "Fils de Caïn" devaient, en toute logique, se trouver sur le parvis du temple. Ils étaient inspirés de trois jeunes tunisiens rencontrés lors du voyage sur place, marchant "fraternellement unis, sans aucun sentimentalisme". Ses autres oeuvres sont, par exemple, "L’Architecture" de Reims, "La danseuse aux serpents", "le Monument de la Réformation", à Genève (qu'il réalisera avec Henri Bouchard), etc.


La guerre et ses conséquences sur ses travaux (1914-1920)

Le pugiliste

Le pugiliste

Arrive alors la première guerre mondiale. Paul Landowski est appelé sous les drapeaux et intervient en tant que soldat dans les combats. Il en revient vivant et décoré de la croix de guerre. De cette expérience il en garde des souvenirs difficiles d'où vont émerger l'idée de se spécialiser dans la sculpture des monuments aux morts. C'est probablement la rencontre de son métier et de son expérience militaire qui l'a poussé dans cette direction, le tout cimenté aux concepts d'humanisme auxquels il a toujours adhéré.

Toujours est-il qu'il construit tout une série de monuments aux morts, la plus grande partie dans un style sobre. On lui doit par exemple le "monument à la gloire des internes des hôpitaux de Paris", qui se trouve de nos jours à l'hôtel Dieu (1921), le "Monument de la Victoire" à Casablanca (1924), le "pavois d'Alger" (1928), le "Monument aux morts de l’École Normale Supérieure", et surtout "les Fantômes", un très bel ensemble de 8 géants chacun de 8 mètres de haut qui a été mis sur la butte de Chalmont où se déroula la bataille de la Marne (Monument mis en place en 1935). Ces oeuvres ne sont pas toutes de grandes réussites, certaines sont d'une qualité peu en conformité avec ce que sera capable de faire l'artiste par la suite. Mais elles sont pour lui une source d'inspiration à travers laquelle il met en avant des thèmes comme l'héroïsme (surtout sur les 2 monuments qu'il fit en Afrique du Nord), l'avancée de l'humanité ou le lien mère-enfant.

C'est également à cette époque que Landoski réalise quelques unes de ces oeuvres marquantes : les "trois allégories en pierre" destinées au palais Piratini, à Porto Alegre (Brésil), la "Bédouine à la cruche", "l’Hymne à l’aurore", qui était sensé être placé dans le temple de l'homme, puis de nombreux bustes, des pierres funéraires, et toujours des monuments aux morts (des commandes publiques).


La période héroïque et l'abandon du temple de l'homme (1920-1933)

1920 est l'année durant laquelle Paul Landowski obtient sa légion d'honneur (Il la reçoit le 8 août). Il sera fait commandeur 8 ans plus tard, le 30 avril 1928. Cette distinction participe à sa vision de la grandeur de l'être humain et il aborde alors un thème sous-jacent jusque là dans ses oeuvres : L'exploit à travers différentes disciplines. En 1920 il installe un monument à la gloire de Wilbur Wright et aux précurseurs de l’aviation (1920), le sport l'inspire, il met en application son propre sport, la boxe, et réalise une sculpture de toute beauté intitulée simplement "Le boxeur" qu'il présente aux IXe Jeux Olympiques d'art d'Amsterdam. Il obtient la médaille d'or dans la catégorie sculpture. Dans le même thème suivent le "Boxeur tombé", et le "Pugiliste" qui associe un personnage réel et un style antique. Puis en 1922 l’office du tourisme suédois lui demande de sculpter la coupe internationale de ski, Landowski choisit curieusement de représenter Héraklès et la biche aux pieds d'airain.

D'autres culptures sont faites : "Sainte Geneviève protégeant Paris", qui se dresse de nos jours à l'entrée du pont de Tournelle (1928), le "Bouclier aux morts", dans la mairie du XVIe arrondissement, toujours à Paris (1929), le mausolée de Sun Yat Sen", à Nankin, (en Chine, 1930) mais surtout Landowski fait avancer son projet de temple de l'homme. En 1925 il expose aux Arts Décoratifs une maquette de son futur temple qui est alors constitué de 4 murs se faisant face, deux portes et un parvis. Les deux portes sont la porte de la science et la porte de Psyché, elles mènent au parvis au centre duquel se dresse les "Fils de Caïn", une oeuvre déjà réalisée. Les 4 murs étaient sensés recevoir les statues monumentales de 8 mètres de haut centrées sur les 4 thèmes de Prométhée, de la religion, des légendes et des hymnes. Chacun de ces murs devait recevoir des bas reliefs en rapport avec le thème : Le christ crucifié, Prométhée enchaîné, les Védas hindous de l’Hymne à l’aurore, le Cantique des créatures de Saint-François, etc.

Le temple de l'homme devait être un lieu de recueillement, de méditation. Il devait être public, y contenir des salles d'exposition, des salles de congrés, une bibliothèque, un cinéma. Les bâtiments ont été conçus avec des architectes d'envergure internationale : Taillens, Bigot et Laprade. Il devait prolonger l'axe des Champs-Élysées entre la Porte Maillot et La Défense, mais au final, il ne fut jamais réalisé.


Les fonctions officielles (1933-1944)

En 1933 Landowski prit la direction de l'Académie de France à Rome, nommé communément "villa Médicis". Commence ainsi sa période directoriale. Il lache son poste en 1937 et prend en charge l’Ecole des Beaux-Arts dans la foulée où il tente d'orienter l'enseignement vers le rôle social du domaine artistique. Il expérimente aussi auprès de ses élèves l'enseignement de 3 arts simultanée, l'architecture, la sculpture et la peinture, là où auparavant chaque art était séparés. Il estime en effet que sculpter sans prendre en compte des préceptes de la peinture ou, pire, de l'architecture et une hérésie. Seule la synthèse des 3 arts permet l'épanouissement de l'artiste et la réussite des projets artistiques.

Landowski poursuit également ses travaux. Si son temple de l'homme est en constante modification, il répond à des commandes de la ville de Paris : la "statue de Montaigne", mise rue des Écoles (1934), les bas reliefs des Fontaines de la porte de Saint Cloud, le tombeau du maréchal Foch sont toutes des oeuvres de Landowski. Il obtient peu à peu une réputation internationale. D'ajà en 1928 il avait travaillé pour la Chine. En 1931 c'est le Brésil qui se présente à lui en la personne de da Silva Costa qui lui demande de sculpter son Christ Rédempteur qui doit être placé au sommet du Corcovado, une colline dominant Rio. C'est sans doute son travail le plus connu, mais c'est aussi une originalité dans la mesure où il a fait la statue en argile (en plusieurs pièces, puisqu'il s'agit d'une statue monumentale) et les envoya au Brésil où ils furent reproduit en béton. Paul Landoswki est l'auteur d'une statue qu'il n'a jamais vu puisqu'il n'a jamais mis les pieds dans ce pays !

En 1941, il participe avec Paul Belmondo et André Derain au "Voyage à Berlin". Il s'agissait d'une tournée faite en Allemagne auprès des autorités nazis qui avaient invités bon nombre d'artistes européens à collaborer sur le plan intellectuel avec l'Allemagne. Considérés comme suspects, les participants de ce voyage furent inquiétés lors du procés en épuration fait à la libération, soupçonnés de collaboration avec l'ennemi. Mais ils furent blanchis, parvenant à prouver que le but d'un tel voyage était plus d'obtenir la libération des élèves de l’École des beaux-arts et de tenter de limiter l'intervention allemande dans le domaine artistique que de réellement collaborer au projet de Goebbels de faire émerger une nouvelle Europe.


Ses derniers travaux (1944-1961)

Le retour éternel

Le retour éternel

Au sortir de la guerre Paul Landowski poursuivra son projet du temple de l'homme, mais sans parvenir à le faire réaliser. Il devra abandonner son idée définitivement et ses oeuvres déjà réalisées resteront dans les lieux qui les accueillaient déjà. Ainsi les "Fils de Caïn" sont toujours visibles au jardin des Tuileries. La "Porte de la Science" est l'entrée de la nouvelle faculté de médecine de Paris, et "l'Hymne à l'Aurore", est au Musée des Années Trente. Il s'agissait d'une partie du Mur des Hymnes.

Il scupltera également un "Michel-Ange" haut de 3 mètres et donnant une impression de volonté, une "Chute d’Icare", les "quatre danseuses cambodgiennes". En 1956 il réalise "Le Retour éternel" au Columbarium du Père Lachaise. Cette sculpture vient en écho aux monuments aux morts des années 20, une période durant laquelle il mit en avant le lien entre une mère et son enfant. Ce "retour éternel" reprend ce thème qui apparait alors un peu comme une oeuvre testamentaire.

Paul Landowski meurt le 31 mars 1961 chez lui, à Boulogne-Billancourt. Il avait 85 ans.


Vie privée

Paul Landowski est issu d'une famille polonaise par son père et française par sa mère. Il est le petit-fils d'Henri Vieuxtemps, compositeur et violoniste. Il s'est marié deux fois. Une première avec Geneviève Nénot (1888-1911) dont il a deux enfants : Nadine Landowski (1908-1943, peintre) et Jean Max Landowski (1911-1943), et une seconde avec Amélie Cruppi, dont il aura également deux enfants, Marcel Landowski (1915-1999, enseignant musical) et Françoise Landowski-Caillet (1917-2007, peintre et pianiste). La famille est donc dans le domaine artistique depuis plusieurs générations.



Les oeuvres de Landowski

Voici une liste des oeuvres de Paul Landowski, la plupart étant des sculptures. Cette liste n'est pas exhaustive mais presque. Conformément à ce qu'était cet homme, certaines de ces sculptures sont grandioses, d'autres modestes, mais toutes tendent vers un humanisme qu'il a chercher à reproduire, en rapport à l'idée de son époque qu'un artiste se doit d'avoir un rôle social.

Cliquez sur les titres pour obtenir une description et parfois une photo des sculptures que Paul Landowski a fait dans l'année indiquée.


David contre Goliath

David contre Goliath

David contre Goliath

Ce David contre Goliath est la première oeuvre recensée de Landowski. Il s'agit d'un plâtre patiné représentant le combat mythique entre le géant Goliath et l'homme David. C'est cette statue qui lui fit obtenir le Grand Prix de Rome. Il est conservé au musée des années 30, à Boulogne-Billancourt.

La charmeuse de paons

La charmeuse de paons

La charmeuse de paons

"La charmeuse de paons" est une sculpture de 1m50 de long par 60 de hauteur, en 3 parties. Elle représente une femme et 2 paons placés de part et d'autre. Il s'agit d'une représentation en bronze et en fonte.

La bédouine à la cruche

La bédouine à la cruche

La bédouine à la cruche

Il s'agit d'une autre sculpture modeste de Landowski, elle fait 40cm de haut pour 14 de large. Elle est en fonte et en bronze et se trouve actuellement au musée Landowski. Elle est directement issue du voyage qu'à fait l'artiste en Tunisie, au cours de ses études.

Les porteuses d’eau aveugles

Les porteuses d’eau aveugles

Les porteuses d’eau aveugles

"Les porteuses d’eau aveugles" est un ensemble de 3 personnages avançant groupés. Il s'agit d'une petite sculpture exprimant l'avancée dans la vie malgré les difficultés. Elle est exposée au musée des années 30, à Boulogne-Billancourt.

Le fakir aux serpents

Le fakir aux serpents

Le fakir aux serpents

Il s'agit d'une oeuvre inspirée par le voyage en Tunisie qu'à fait l'artiste. Il montre un homme tenant dans ses mains deux groupes de 4 serpents. La sculpture est en bronze.

Le voleur d'oranges

Le voleur d'oranges

Le voleur d'oranges

"Le voleur d'oranges" est une petite statue réalisée en 1903. Elle se caractérise par la qualité de son impression de mouvements et qu'elle est un peu plus stylisé que les autres, pourtant de la même période.

Les fils de Caïn

Les fils de Caïn

Les fils de Caïn

"Les fils de Caïn" est une sculpture de 3 personnages en taille réelle. On y voit Jabel, le berger portant un crâne de bovin marche, Jubal, le poète, à sa droite et Tubalcaïn, le forgeron, à sa gauche. Elle est faite en bronze et se trouve de nos jours au jardin des Tuileries, à Paris.

L'hymne à l'aurore

L'hymne à l'aurore

L'hymne à l'aurore

"L'Hymne à l'Aurore" est un nu féminin et masculin en plâtre. Il est visible au Musée des Années 30, à Boulogne-Billancourt. La photo ci-contre est une reproduction en bronze.

Tête de femme

Tête de femme

Tête de femme

Cette tête de femme semble plus être une étude qu'une oeuvre en soit. Il doit s'agir d'une partie de l'hymne à l’aurore, sur le mur des Hymnes, dans son temple de l'homme. Elle n'existe plus de nos jours.

Soun danseuse sacrée

Soun danseuse sacrée

Soun danseuse sacrée

Cette sculpture est assez petite, il représente une danseuse.

Le pugiliste

Le pugiliste

Le pugiliste

Le pugiliste est une oeuvre de petite taille. Il est exposé au musée des années 30, à Boulogne-Billancourt.

L’Industrie et l'Agriculture

L’Industrie et l'Agriculture

L’Industrie et l'Agriculture

L’Industrie et l'Agriculture est composé de deux statues disposés de part et d'autre de l'entrée de la cour du palais gouvernemental Piratini, à Porto Alegre, au Brésil.

Le Printemps, l’Été, l’Automne, l’Hiver, l’Abondance, la Fortune

Cette oeuvre est installée à Madrid sur la façade d'un des bâtiments de l'Union.

Hommage à Joseph-Marie Jacquard

Cette statue rend hommage à Joseph-Marie Jacquard, l'inventeur d'un métier à tisser moderne. On peut la voir place Jacquard à Saint-Étienne.

Aux artistes dont le nom s'est perdu

Aux artistes dont le nom s'est perdu

Aux artistes dont le nom s'est perdu

La version définitive de cette statue est en pierre, elle a été installé au Panthéon en 1914. Elle faisait suite à une première version en plâtre qui était légèrement différente. Il s'agit d'une grande statue qui a connu le succès.

Statue équestre d'Édouard VII

Statue équestre d'Édouard VII

Statue équestre d'Édouard VII

Cette statue équestre d'Édouard VII est une très belle sculpture en bronze. Elle est installée sur la place Édouard VII, à Paris, dans le IXe arrondissement.

La danseuse aux serpents

La danseuse aux serpents

La danseuse aux serpents

C'est une statue assez réaliste qui entre dans la logique du travail de Landowski, à cette époque.

Monument international de la Réformation

Ce monument, parmi les premiers de l'artiste, est unmur de pierre sculpté réalisé avec Henri Bouchard. Il rend hommage aux pères de la Réforme protestante. On peut le voir dans la ville de Genève, en Suisse.

Monument à Wilbur Wright

Ce monument est une commande, il s'agissait de saluer la mémoire de Wilbur Wright. Fait en 1917, il trône depuis dans la ville du Mans.

Dionysos

Dionysos

Dionysos

Cette statue de Dionysos sensée être de taille modeste n'a jamais été réalisé, elle est restée à l'état d'esquisse. Toutefois il existe un plâtre conservé au Musée Landowski.

Le boxeur tombé

Cette oeuvre est très connu dans la statuaire de Landowski. Illustrant le principe d'humanisme, elle montre avec réalisme un boxeur se relevant. Elle est exposée au musée Landowski.

Monument aux morts de Barcelonnette

La ville de Barcelonette, dans le Sud de la France, dispose d'un monument aux morts réalisés par Paul Landowski.

À la Suisse consolatrice la France reconnaissante

Ce monument a été installé à Schaffhouse, en Suisse.

Monument de la Victoire

Ce monument aux morts est dédié aux soldats de Casablanca morts pendant la première guerre mondiale. Initialement à Casablanca, il a été récupéré par la ville de Senlis qui l'a mise place du Troisième-Houzard, en 1961.

Prométhée

Pas d'information particulière sur ce Prométhée.

La Becquée

La Becquée

Concert champêtre et La Becquée

Ce monument se trouve près du bassin du château de Voisins, à Saint-Hilarion. De petite taille (31 x 60 x 21, en centimètre) il s'agit d'un groupe réalisé plusieurs fois, de tailles et de matériaux variées. L'original, en terre cuite, date de 1919 et se trouve au Musée Landowski. Au chateau de Voisins on trouve la version en pierre, bien plus grande.

Monument dédié au professeur Farabeuf

Paul Landowski aura réalisé un grand nombre de statues dédiées à des personnages divers. Ici, c'est le professeur Farabeuf. La statue se trouve à l'université de Paris VI Pierre et Marie Curie

La leçon de musique

Il s'agit d'un plâtre dont je n'ai que peu d'informations.

Le cantique des cantiques

Ce bronze est l'une des oeuvres principales de Landowski. Il s'agit d'une statue de femme se trouvant au centre de la composition du mur des Hymnes. Reproduite à de nombreuses reprises en divers matériaux, sa taille initiale est de 1m10 de hauteur seulement. De cette oeuvre, Landowski disait :

Je crois avoir réalisé là quelque chose qui concrétise une doctrine. Un sentiment exprimé par une belle forme, en outre une œuvre liée à un grand programme d’ensemble. L’effet décoratif final obtenu en partant des idées, par l’expression plastique des idées, par leur transformation en thèmes plastiques. Un grand souffle humain donnant son élévation à tout.

Homme préhistorique

Homme préhistorique

Homme préhistorique

Cette petite statue a été faite en guise de trophée pour la coupe Montefiore, du nom d'un skieur décédé trop tôt et qui a donné son nom à une célèbre course, en Suède.

Monument à Paul Déroulède

Monument à Paul Déroulède

Monument en hommage à Paul Déroulède

Paul Déroulède était un écrivain et homme politique français. Il reçu l'hommage d'un portrait réalisé par Paul Landowski en 1927. Ce monument se trouve actuellement César-Caire, à Paris.

Bouclier aux morts

Bouclier aux morts

Bouclier aux morts

Encore une oeuvre important de Landowski, ce monument mesure 2,55m par 1,77m et représente un bouclier orné de bas-reliefs racontant l'histoire de France. Il est installé dans les jardins de la mairie du XVIe arrondissement à Paris.

Sainte Genevieve

Sainte Genevieve

Sainte Genevieve

Cette statue est bien connue des Parisiens, elle est un emblème de la capitale. Elle représente Ste Geneviève, protectrice de Paris, tenant un bateau dans ses bras tout en protégeant un enfant. Grande de 5,4m, elle est perchée sur un piédestal fin de 14m qui rend la statue complètement invisible des promeneurs. Cet état de fait dure depuis l'installation initiale et a été source de conflit entre la ville de Paris, qui décida de ce socle, et l'artiste, qui se plaignait qu'on ne pouvait pas la voir.

Henri Farman

Henri Farman

Mémorial à Henri Farman

Ce monument est à la mémoire d'Henri Farman. Il se trouve sur l'héliport d'Issy

Monument aux morts d'Ault

C'est en 1929 que Paul Landowski réalisa le monument aux morts de la ville d'Ault qui se trouve dans la Somme.

Le Pavois

Le Pavois est un monument à la fraternité franco-algérienne. Il est à Alger. Son but était de marquer les liens qui avait liés les deux pays pendant la première guerre mondiale.

Monument Clément Ader

C'est à Muret, près de Toulouse, que se trouve ce monument à la gloire de l'aviateur Clément Ader.

Mausolée Sun Yat-sen

Peu d'information sur cette oeuvre... Elle se trouve dans le mausolée Sun Yat-sen à Nankin, au Viet-Nam. Il existe une réplique en bronze au Musée Sun Yat-sen de Taïpei (Taïwan).

Amiral Grasse

Amiral Grasse

Monument à la mémoire de l'amiral de Grasse

Il s'agit d'un monument à la mémoire de l'amiral de Grasse, il a été offert par Kingsley Macomber à la ville de Paris. Il est boulevard Delessert près des jardins du Trocadéro. Le monument représente l'amiral en pied devant un bas relief sur lequel est représenté une batterie de canons et les servants qui leurs sont affectés.

Statue équestre du maréchal Haig

Ce monument est impressionnant, il est de nos jours sur l'avenue du Général de Gaulle, à Montreuil-sur-Mer. La statue est à taille réelle en bronze.

Christ rédempteur

Christ rédempteur

Le Christ rédempteur

Le Christ rédempteur est sans doute le monument le plus connu de toute l'oeuvre de Paul Landowski. Ce site Internet lui est consacré, vous avez donc toutes les informations sur ce site.

Tombeau de la famille Darracq

Il s'agit d'un gisant de grande taille qui est installé depuis 1932 dans le cimetière du Père Lachaise. Il a été commandé par la famille Darracq.

Deuxième coupe Gérard Montefiore

Paul Landowski réalisa le trophée célébrant le lauréat de la deuxième coupe Gérard Montefiore. Il représentait un homme et un grand aigle des montagnes.

Montaigne

Montaigne

Montaigne

Amoureux des oeuvres de Montaigne, Paul Landowski finit par réaliser uns statue de ce personnage qui fut mise à l'entrée d'honneur de la Sorbonne, rue des Écoles. Statue en marbre, elle fut remplacée par une copie en bronze afin de la protéger.

Buste du Docteur Armaingaud

C'est à Arcachon que se trouve cette oeuvre mineure de Landowski (si on peut trouver ses oeuvres mineures). Il s'agit du buste du Docteur Armaingaud.

Les Fantômes

Il s'agit d'une des oeuvres majeures de Paul Landowski, classé aux monuments historiques depuis le 31 juillet 1934. Elle montre un groupe de 7 soldats, chacun d'eux représentant une arme. L'ensemble fait 8m de haut et a été réalisé en pierre. Elle est installée sur la butte de Chalmont à Oulchy-le-Château dans l'Aisne à l'endroit précis où se décida le sort de la Seconde bataille de la Marne.

Les sources de la Seine

Les sources de la Seine

Les sources de la Seine

Les "Sources de la Seine" sont un ensemble de bas-reliefs des fontaines de la porte de Saint-Cloud. Il s'agit d'une oeuvre de grande taille (10 mètres de haut et 4 de diamètre), composée de deux Fontaines au centre de la place. Ces bas-reliefs sont originaux dans la mesure où il s'agit d'une des rares composition art déco de Landowski, le même style que celui du Christ rédempteur. Ils montrent l'opposition entre la vie à la campagne et à la ville.

Le tombeau du maréchal Foch

Le tombeau du maréchal Foch

Le tombeau du maréchal Foch

Le tombeau du maréchal Foch est aux Invalides. Il réalise pour ce grand homme une adaptation du "Tombeau du soldat" qui était un de ses vieux projets. Il le réalise sous la forme de 8 soldats en marche, formant une scène de la vie courante pendant la guerre. Ces statues sont faites en bronze, mais initialement, elles étaient sensées être en marbre. Le musée de Luneville conserve l'original des bas-reliefs en plâtre.

PAX

PAX (Paix en latin) est un monument réalisé en l'honneur d'Aristide Briand, prix Nobel de la paix. Il se trouve devant le ministère des Affaires étrangères, à Paris (au quai d'Orsay)

Monument à Paul Adam

On trouve ce monument contre le Palais du Trocadéro, avenue Albert-de-Mun. Il est dédié à Paul Adam.

Les Signes du zodiaque

Les Signes du zodiaque est une oeuvre en pierre situé au sous-sol du crématorium du cimetière du Père-Lachaise.

Nocturne

Nocturne, c'est une petite statue de 33cm de haut sur 66 de long et 30 de large représentant une tête de la femme du monument à Fauré. Faite en marbre, elle est conservée au Musée Landowski.

Shakespeare

Il s'agit d'une statue de Shakespeare, le dramaturge britannique.

Michel-Ange au travail

Michel-Ange au travail, est curieusement un autoportrait de Landwoski. Il se trouve au musée des Années Trente.

Pandore

Pandore

Pandore

Pandore est une statue en ivoire, un matériau peu utilisé par l'artiste. Elle deviendra un modèle pour la tête du "Retour éternel", le monument-testament de Landowski du Colombarium du Père Lachaise.

La ronde des sirènes

La ronde des sirènes

La ronde des sirènes

La ronde des sirènes est une statue de Landowski.

Danse de Parvati

La danse de Parvatti est une statue de Landowski.

Danse de la séduction

La danse de la séduction est une statue de Landowski.

Danse de la pureté

La danse de la pureté est une statue de Landowski.

Danse de Dourga ou danse de l'arc

La danse de Dourga est une statue de Landowski.

Icare

Icare est une statue de Landowski.

Porte de la faculté de médecine

Porte de la faculté de médecine

Porte de la faculté de médecine

Cette porte était initalement destinée au Temple de l'homme, un rêve de Landowski qui réalisa un grand nombre d'oeuvres qui lui était destiné. Toutefois cette porte a été installé sur la nouvelle factulté de médecine, au 45 rue des Saints-Pères.

Monument Georges Heuillard

Cette statue de Georges Heuillard est en pierre et en bronze. Elle fut inaugurée le 14 novembre 1953 à Neuf-Marché, dans la Seine-Maritime.

Le retour éternel

Le retour éternel

Le retour éternel

Cette oeuvre est testamentaire. Il représente comme souvent une statue et un fond sculpé de bas-reliefs dans le thème de la mort. De nos jours il se trouve au sous-sol du crématorium du cimetière du Père-Lachaise. Les plâtres originaux sont conservés dans les musées de Boulogne-Billancourt.

Monument à la gloire de l'armée française

Monument à la gloire de l'armée française

Monument à la gloire de l'armée française

Il s'agit d'un groupe qui devait être au centre d'un ensemble de grande taille, le long d'un mur du cimetière de Passy. L'idée était de faire un ensemble équestre mais ce projet, qui dura trop longtemps, fut finalement abandonné. Il ne reste finalement que ce groupe à la gloire des soldats de la guerre de 1914-1918. Il se trouve de nos jours place du Trocadéro.

Mille et une nuits

Seul un plâtre a été réalisé de cette oeuvre dont le nom est évocateur.



Voir aussi :

Description du Christ rédempteur





Copyright 2013 - 2018 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes. Auteur du site : Voir crédits.