French flag United Kingdom flag



Le parc de Tijuca


Le parc national de Tijuca est une zone boisée de grande taille de la ville de Rio de Janeiro. Le nom de Tijuca est celui du massif montagneux sur lequel il a été créé, le massif étant plus grand que le parc lui-même. Ce parc est couvert d'une forêt dont la densité varie en fonction des zones, elle abrite une faune et une flore qui lui est propre, et possède en son sein plusieurs des emblèmes de la ville de Rio, comme les trois pics de la pedra de Gavea, du Corcovado et du pic de la Tijuca, plus haut sommet du parc, à 1022 m d'altitude. Pour information le pic du Corcovado culmine "seulement" à 710m d'altitude.


La forêt

La forêt de la Tijuca est la plus grande forêt urbaine du Monde, c'est celle dont la superficie surpasse toutes les autres. Cet état de fait est dû essentiellement à l'extension galopante de l'urbanisation de la ville de Rio, dont les favellas s'étendent sans fin sur les divers versants des colinnes environnantes. La forêt de la Tijuca ne recouvre pas l'ensemble du parc du même nom.

La forêt a une histoire particulière, il ne s'agit pas d'une forêt primaire. En effet lors de la colonisation du Brésil par les Portugais ces derniers développèrent l'agriculture, le climat local permettant de cultiver des végétaux différents des végétaux européens. Ainsi la forêt tropicale initiale fut-elle détruite pour cultiver des caféiers, toute la zone Ouest de Rio étant des champs. Mais la seconde moitié du XIXe siècle voit arriver les notions d'hydrologie. La déforestation avait détruit l'approvisionnement en eau de la ville et celle-ci s'agrandissant rapidement il fallait prendre une décision à ce sujet. L'empereur Pierre II choisit de détruire les plantations pour reforester la ville, ce qui fut fait à partir de 1861 sous la direction militaire du major Archer. Ce dernier avait à sa disposition six esclaves qu'il fit travailler treize années, le résultat fut la replantation de 100 000 arbres.

Le choix de ces arbres n'était pas anodin, le major Archer choisit des espèces venant de la côte Atlantique correspondant à la végétation habituelle sur ce type de climat. Il en profita pour développer les installations touristiques en implantant des fontaines, des zones de loisirs. Ces installations étaient très inhabituelles pour l'époque, le tourisme n'étant pas vraiment un secteur économique à développer par rapport à d'autres, comme l'industrie par exemple. Pourtant ces modifications profondes du paysage local venaient en paralèlle des futures installations novatrices du Corcovado (une route, puis un chemin de fer, tout deux à vocation touristique). La force de ce parc est qu'il ne fut pas aussitôt abandonné comme on aurait pu le craindre au vu de l'urbanisation importante de la ville, il fut au contraire entretenu et développé.


Affiliations

Le parc de la Tijuca est un parc national, c'est à dire qu'il a un intérêt au niveau de l'Etat brésilien. C'est d'ailleurs le plus petit parc national bréilien, mais quand on est sur place, il parait terriblemelnt grand (quand même). En 1991 il est devenu réserve de biosphère, un titre décerné par l'Unesco. De nos jours ce parc est entretenu par l'Institut Chico Mendes de Conservation de la Biodiversité.


Découpage administratif

Le parc ne forme pas une entité cohérente, bien qu'il ait un rôle central dans la ville de Rio. Administrativement, il est découpé en 4 zones :

  • secteur A (Forêt de la Tijuca)
  • Secteur B (Serra da Carioca, colline du Corcovado et Point de Vue Chinois)
  • Secteur C (Pedra Bonita, Agulhinha da Gávea et Pedra de la Gávea)
  • Secteur D (Serra dos Pretos Forros e Covanca)

A voir et à faire

Le parc national de la Tijuca ne se visite pas vraiment, mais c'est une zone forestière très prisée des cariocas eux-même. Il est parcouru de quelques pistes cyclables pour un total de 6Kms de chemin. Il y a beaucoup plus de chemins de randonnée, dont un particulièrement connu qui part du parc Lage, le point de convergence de nombreux bus. Au fond à droite il y a une petite cabane qui marque le début du sentier qui mène au Christ rédempteur, peut être le sentier le plus utilisé des touristes.

Ce sentier particulier mène au sommet du Corcovado en 1h10, mais en fonction de votre habitude et vos capacité, comptez plus. Sachez que la randonnée est essentiellement de la montée. Le panorama s'ouvre régulièrement sur la ville, offrant des superbes points de vue. Vous arrivez vers le haut sur la route qui monte au sommet, et c'est la partie la moins intéressante puisque vous partagez l'asphalte avec le reste des touristes. C'est ainsi que vous arriverez au monument.

Il existe deux autres chemins de randonnée intéressants au départ du Alto da Boa Vista : Le chemin du "Pico da Tijuca" (Sommet du Tijuca) qui monte à 1022m d'altitude, et celui de la "Pedra da Gavea" (842m). Le premier dure 1h30 environ, le second est beaucoup plus long, il fait 6h.Les deux sont d'un niveau moyen, donc si vous marchez normalement, il ne devrait pas y avoir de problème.

Sinon le parc héberge aussi quelques cascades (Cascatinha, Taunay) et un musée (Açude). Parmi les points de vue, celui de la vue chinoise est la plus prisée, surtout qu'elle est gratuite, par rapport à celle du Christ rédempteur. La vue chinoise est un belvédère proposant une vue panoramique sur la ville de Rio.

Concernant la faune, le parc est parcouru d'espèces endogènes, c'est dû à sa replantation avec des végétaux qui n'étaient pas natifs de cette région. Les trois animaux les plus connus sont les seuls carnivores du parc : Le renard des savanes, le coati commun et le raton crabier, mais bien sûr il existe bien d'autres animaux propres à ce parc : Le ouistiti commun, le fourmilier à collier, leparesseux à gorge brune, plus un grand nombre de cobras, araignées et insectes divers.

Ceci devrait vous inciter à ne pas rester dans le parc la nuit. Non seulement les animaux peuvent être dangereux puisqu'ils sortent essentiellement la nuit, mais le parc accueille aussi une faune humaine qu'il vaut mieux éviter la nuit. (et le jour aussi d'ailleurs, mais durant le jour le parc est quand même assez sûr).



Voir aussi :

Description du Christ rédempteur

Le Christ rédempteur

Le Corcovado





Copyright 2013 - 2018 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.