Traduire en français Translate in english



Inauguration du Christ rédempteur


Le Christ rédempteur de Rio est une statue monumentale située au sommet du Corcovado, l'une des nombreuses collines de la ville. Son but était de célébrer le centenaire de l'indépendance du Brésil (obtenu le 7 septembre 1822, donc à fêter en 1922). Un projet de construction de la statue fut donc lancé en 1921, mais si le choix du lauréat fut vite décidé, la réalisation effective de l'oeuvre fut plus complexe.

En effet, le lauréat, Heitor Da Silva Costa avait prévu de construire une statue religieuse représentant le Christ, mais elle était physiquement quasiment impossible à construire avec les techniques et les matériaux de l'époque. Il a donc cherché des partenaires qui ont redessiné la statue, et d'autres qui lui ont construit réellement. Mais tout ceci a pris du temps, et 1922 était bien loin quand le Christ rédempteur fut enfin prêt à être inauguré. Nous étions le 12 octobre 1931.

Ca faisait déjà une semaine que les festivités avaient commencé. Durant cette semaine eurent lieu un grands nombres d'évènements liés au catholicisme, comme le tenu d'un congrés catholique. Politiquement à cette époque le chef du gouvernement était Getúlio Vargas, il avait fait un coup d'état l'année précédente. C'est lui qui vint à Rio pour inaugurer la statue, accompagner du cardinal Dom Sebastião Leme qui fut le promoteur infatigable de la foi chrétienne au Brésil et à la base du choix religieux de la statue. Ces deux personnalités prononçèrent le discours de consécration qui fut essentiellement une éloge à l'Eglise catholique et mit en avant la volonté d'évangélisation du peuple brésilien ainsi que d'accroitre le nombre de catholiques dans le pays.

L'une des paroles les plus fortes fut celles prononcées par le cardinal :

Que cette image sacrée soit le symbole de votre lieu de vie, de votre protection, de votre prédilection, de votre bénédiction qui rayonne sur le Brésil et les Brésiliens.

La cérémonie était grandiose, la population était conviée à participer à la journée inaugurale. Près de 500 prêtres officiaient de jour-là qui fut l'un des plus actifs vis à vis de l'Eglise catholique pour le Brésil. La statue fut bénie dans la matinée, au moment où toutes les églises de la ville firent tinter leurs cloches. Le soir des dizaines de milliers de Cariocas participèrent à une retraite aux flambeaux. A cette occasion il y eu plusieurs actes bien particuliers. Concernant la France, il fut demandé la béatification du petit français Guy de Fontgalland, 11 ans, mort en 1925 de diphtérie. Un acte symbolique mais fort qui s'inscrivait dans la diffusion du message évangélique de l'Eglise à travers le monde. Ce jeune garçon eut un procès en canonisation en 1941 qui s'acheva en 1947 avec un rejet, il ne fut donc jamais Saint.


L'illumination

L'inauguration du monument fut l'occasion de faire une expérience qui mêlait sciences et progrès. C'est le journaliste Francisco de Assis Chateaubriand qui la proposa. Elle consistait à lancer l'illumination de la tout nouvelle statue du Christ rédempteur depuis Naples, en Italie. Le principe était simple. Le scientifique italien Guglielmo Marconi déclencha l'illumination en envoyant un signal radio de Naples qui fut réceptionné à Dorchester en Angleterre. Cette station devait le renvoyer vers Rio, où une station de réception était prévue dans le quartier Jacarepaguá.

Hélas quand l'opération fut exécutée le mauvais temps empécha la transmission du signal qui n'arriva jamais. L'illumination fut déclenchée manuellement à partir du monument.


Voir aussi :

Description du Corcovado.

Histoire du Christ rédempteur.







Copyright 2013 - 2018 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.