La dynastie des Chakri

FR EN ES



La dynastie Chakri


La dynastie Chakri est le nom donné à la succession des rois de Thaïlande depuis 1782. La Thaïlande étant une monarchie constitutionnelle, ces rois sont toujours sur le trône de nos jours, bien qu'ils n'aient que peu de pouvoir réel. Ils portent tous le même nom de règne, "Rama". Le fondateur fut donc Rama Ier, son successeur fut Rama II. Le roi actuel est Rama X, il a pris ses fonctions en 2016.

Cette dynastie a connu deux évènements majeurs au cours de son histoire : La transformation du régime de monarchie absolue en monarchie constitutionnelle (en 1932) et celle du royaume de Siam en République de Thaïlande, en 1939. Mais ces deux évènements ne doivent pas faire oublier que c'est la fondation de cette dynastie, en 1782, qui est à l'origine de la création de la ville de Bangkok.


Origine de la dynastie

Comme un peu partout dans le monde, lorsqu'une dynastie royale se constitue, c'est que la précédente a disparu. Il peut y avoir plusieurs raisons à ça, la plupart du temps il s'agit d'un renversement du régime en place. Parfois, c'est un renversement légal, comme le fait qu'une succession ne puisse se faire, dans certains pays, que par les hommes et que le dernier souverain n'a eut que des filles. Parfois aussi la mise en place d'une nouvelle dynastie est dû au chaos engendré par une révolution, un soulèvement populaire. Dans le cas de la dynastie Chakri, c'est une défaite militaire qui déclencha le processus, et un coup d'Etat qui l'acheva.

Avant ces évènements la situation était relativement simple. La dynastie régnante était celle du royaume d'Ayutthaya, une ville actuellement à 60Kms au Nord de Bangkok. C'était un royaume fondé en 1351 dont le territoire reprenait approximativement l'actuelle Thaïlande, à quelques régions du Nord et de l'Est près. Ce royaume connut évidemment de nombreux avatars, mais la lutte constante avec les voisins birmans provoqua la guerre de trop. En 1767 les Birmans s'emparèrent de la capitale et la détruisirent en partie. Le roi mourut et son fils Taksin, qui participa à la défense de la ville, parvint à s'échapper. Le royaume fut alors découpé en 6, Taksin devenant le roi de Thonburi, une ville à l'Ouest d'Ayutthaya. Il fut suivi par le général Thong Duang, son ami. En 15 ans Taksin repris une grande partie de son pays, il l'unifia et développa son économie. Mais en 1782 il fut déclaré fou et fut exécuté par Thong Duang le 7 avril. Ce dernier prit alors sa succession sous le nom de Rama Ier.

C'est ainsi que l'éphémère royaume de Thonburi prit fin, remplacé par celui du royaume de Siam.


Le règne de Rama Ier

Lorsqu'il arriva au pouvoir Rama Ier organisa différemment son royaume. Il déplaça sa capitale à Bangkok, une ville créé ex-nihilo sur une surface au Sud d'Ayutthaya. Il y fit construire un palais royal près duquel il installa un temple pour abriter le Bouddha d'émeraude, considéré dèjà à cette époque comme un objet spirituel de la plus haute importance. Rama Ier poursuivit surtout le travail de réunification du royaume en présentant des textes législatifs inédits et en recompilant le Ramakien, le récit national thaïlandais. Il s'agit d'un ensemble de textes basé sur le Ramayana, un ensemble de récits indiens populaires tout autant que légendaires qui avaient été importés par les commerçants de la fin du 1er siècle. En le réécrivant et l'installant dans l'environnement thaïlandais, ce texte est devenu un récit national qui cimenta la future nation.

Sinon, Rama Ier lutta à plusieurs reprises contre les Birmans qui tentèrent deux fois de prendre Ayutthaya.

En savoir plus sur Rama I.





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.