anecdotes sur le temple du Bouddha d'émeraude

FR EN ES



Anecdotes du temple du Bouddha d'émeraude


Magnifique temple bouddhique du Sud-Est asiatique, le temple du Bouddha d'émeraude fut construit pour mettre à l'abri une statue bien particulière, une statue considérée comme sacrée et particulièrement vénérée par la population thaïlandaise : Le Bouddha d'émeraude. Et quitte à parler de curiosité et d'anecdotes à son sujet, commençons par la plus curieuse de toute : Cette statue n'est pas une émeraude.


Pavillons du temple

Pavillons du temple


Et oui, le Bouddha d'émeraude est en fait une pièce de jade, deux pierres vertes. On l'appelle ainsi à cause d'une erreur de langage. Le mot « vert », en thaïlandais, utilise le mot « émeraude ». Les traducteurs anciens ont fait un amalgame entre la pierre précieuse et la couleur, d'où son appellation actuelle.


Le Bouddha d'émeraude possédait, au moment de son installation dans son temple de Bangkok par Râma 1er, trois tenues. Une qu'on lui fait mettre pour la saison estivale, une autre pour la saison des pluies. La 3e est arrivée un peu plus tard, c'est un vêtement pour l'hiver.


Il existe une tradition qui consiste à lustrer la statue avec de l'eau. Ça se faisait lors de cérémonies officielles, dans l'ubosoth, et on l'opérait en projetant de l'eau directement sur le jade. Mais les princes qui assistaient à la cérémonie était également aspergés, et même les fonctionnaires qui étaient sur place ! De nos jours cette tradition se poursuit, mais l'actuel roi asperge aussi la foule venue devant le temple. Preuve que les traditions, en Thaïlande, évoluent avec le temps.


Une autre tradition fut initiée sous Râma IV (1851-1868) : la cérémonie d'allégeance des fonctionnaires au souverain. Durant cette cérémonie deux Bouddhas de 3m de haut étaient vénérées : Ce sont elles qui gardent le Bouddha d'émeraude, dans l'ubosoth. Cette tradition disparut lors de la révolution de 1932.


Les deux Bouddhas qui entourent la statue de jade sont dédiés à Râma Ier (celle au Nord) et à Râma II (celle au Sud). Elles furent fabriquées pour servir d'avatars à ces deux rois de façon à justifier un changement d'appellation. En effet, sous Râma III, ses prédécesseurs étaient appelés par le peuple « Le premier règne » et « Le règne intermédiaire », laissant supposer que le sien serait « Le dernier règne ». Il fit donc construire ses statues, décida qu'elles étaient les protectrices des deux Râma, et demanda au peuple de désormais les appeler par leurs noms officiels. Ce qui fut fait.


Sur la terrasse centrale, plus exactement sur le côté Nord, on trouve une magnifique reproduction du temple d'Angkor Vat. C'est une curiosité qui tient son origine au XVIIIe siècle, une époque où le roi de Thaïlande tenta de démonter Angkor Vat pierre par pierre et de le remonter sur le territoire thaïlandais, pour prouver la supériorité de ce peuple sur ses voisins. Malheureusement l'expédition militaire qui devait sécuriser le territoire d'Angkor Vat s'est enlisée dans la jungle, harcelée par les cambodgiens et dû faire demi-tour. Angkor Vat est toujours au même endroit, et à la place le roi fit construire une simple maquette !


Quand vous êtes dans le temple vous serez surpris par les imposantes statues qui en gardent les portes. Elles mesurent 5m de haut et sont perchées sur de lourds piédestaux. Ce sont des représentations fantastiques basées sur un être humain. Mais pas n'importe lequel : des occidentaux ! Ceux que l'on appelle les « nez longs », en Thaïlande, ce sont les personnes originaires d'occident. Ils ont servi de modèle pour ces gardiens géants censés représenter des monstres effrayants…




Copyright 2013 - 2019 - Prohibida la reproducción sin el permiso del autor. Este sitio web es privado, no oficial, como resultado del trabajo de compilación de las obras de diferentes autores. A menos que se indique lo contrario, las fotos son libres de regalías. Para distinguir ilustraciones gratuitas de otras, ver: Fuentes documentales. Otros sitios web del mismo autor en otros dominios: Marguerite Duras, Pirineos Orientales. Autor del sitio: ver créditos.