Biographie de Jules Jamin, physicien

FR EN ES



Jules Jamin


Jules Jamin

Jules Jamin

Biographie

Jules Jamin est l'un des 72 savants dont le nom est inscrit sur le premier étage de la tour Eiffel. Il est le 1er, sur la face tournée vers l'Est.


Jules Jamin, physicien, est né le 31 mai 1818, au village de Termes (Ardennes); il est mort le 13 février 1886 à Paris. Elève brillant du collège de Reims, il remporta en août 1838 neuf prix et le prix d'honneur des sciences, dans le concours général qui eut lieu cette année-là entre les lycées de Paris et ceux des départements. Au mois d'octobre suivant, il fut reçu le premier à l'Ecole normale supérieure, et trois ans après, en 1841, il en sortait premier agrégé des sciences physiques et fut envoyé comme professeur à Caen. Au bout de deux ans, il fut appelé à Paris au collège Bourbon, aujourd'hui Lycée Condorcet. En 1844, il devint professeur au Lycée Louis-le-Grand, où il continuait ses travaux commencés à Caen, et, en 1847, il pouvait se faire recevoir docteur ès-sciences physiques avec une thèse devenue classique sur la réflexion de la lumière et la surface des métaux.

La précision, l'élégance et la solidité de son enseignement, la valeur de ses travaux scientifiques le désignèrent pour une chaire de l'enseignement supérieur. En 1852, il fut nommé professeur de physique à l'Ecole polytechnique. En 1863, il fut appelé à la Faculté des Sciences de Paris, où, jusqu'au dernier jour, il attira un nombreux auditoire avide de l'entendre. C'est dans ces deux chaires de l'Ecole polytechnique et de la Sorbonne qu'il déploya son admirable talent d'exposition, son incomparable habileté à simplifier les questions les plus ardues. Les conférences qu'il fit pendant plusieurs années de suite, pour l'Association scientifique, sur les inventions nouvelles dues à l'électricité, attirèrent la foule, qui put admirer cette élocution claire et facile, qu'on doit appeler l'éloquence des sciences, et dont quelques hommes privilégiés, comme Arago, Claude Bernard, Barral, le docteur Pajot, Perdonnet, ont été les modèles.

Dans ses travaux, Jamin a embrassé les sujets les plus variés. Ses recherches d'optique, de magnétisme, d'électricité ; ses études sur la compressibilité des liquides, sur la capillarité, l'hygrométrie, les chaleurs spécifiques, les points critiques du gaz, les anneaux colorés; ses inventions touchant la lumière électrique, les interférences de la lumière réfléchie, et la polarisation elliptique négative de la fluorine, etc., attestent l'originalité et la souplesse de son esprit.

Jamin aimait la musique et les lettres. I1 était peintre habile. Habitué à se lever de grand matin, il dessinait, il peignait, et le dimanche il allait au Louvre étudier les œuvres des maîtres. Sa famille conserve plusieurs de ses toiles, et l'église de Termes possède un tableau de sa composition. Il avait coutume de dire : "Si les artistes et les savants se souvenaient un peu plus qu'ils sont soumis à cette nécessité d'observer les apparences optiques des objets naturels, ils mettraient en commun, pour en profiter séparément, une nombreuse série de faits les intéressant au même degré." Chez lui, le littérateur était à la hauteur du savant, comme le prouvent, en dehors de ses leçons, ses discours, ses éloges et son Traité général de physique. Il était entré en 1868 à l'Académie des Sciences et, à la mort de J.-B. Dumas, il avait été désigné pour lui succéder comme secrétaire perpétuel.

Jamin a beaucoup fait pour répandre le goût des recherches dans le domaine si vaste de l'électricité, et pour vulgariser les admirables applications dues au génie pratique de tous ces inventeurs qui, comme les Gustave Trouvé, Radiguet, de Méritens, Chardin, Planté, Gadot, chez nous, et à l'étranger, les Edison, Graham Bell, Gramme, Van Rysselberghe et mille autres, ont étendu leur esprit de découvertes à tout ce qui touche aux beaux-arts aussi bien qu'à l'industrie, à l'art militaire, à la navigation nautique et aérienne, à la thérapeutique, à la chirurgie, aux usages domestiques. Le sujet parait inépuisable et l'avenir réserve bien des surprises aux générations futures.

Le cours de physique professé à FEcole polytechnique par Jamin a été publié par la maison Gauthier-Villars et fils en quatre forts volumes. Le portrait de ce site le représente en costume d'académicien. Il a été exécuté sur une photographie donnée à mon père par Jamin lui-même, en 1879.



Voir aussi :

Toutes les biographies


La tour Eiffel



Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.