Biographie de Charles Combes

FR EN ES



Charles Combes


Charles Combes

Charles Combes

Biographie

Charles Combes est l'un des 72 savants dont le nom est inscrit sur le premier étage de la tour Eiffel. Il est le 14e, sur la face tournée vers le Sud.


Charles-Pierre-Mathieu Combes, ingénieur et métallurgiste, est né en 1801, à Cahors (Lot). Il est mort à Paris, le 21 janvier 1872. Fils unique d'un brave officier que le service n'avait pas enrichi, encore enfant quand il perdit son père, il put continuer, à titre de boursier au lycée de sa ville natale, les études commencées dans une petite pension. Comme il excellait en mathématiques, il fut envoyé à Paris pour se préparer aux examens d'entrée de l'Ecole polytechnique. Il fut reçu l'un des premiers et devint le sergent-major de la promotion de 1818. Deux ans après il passa à l'Ecole des Mines, où il obtint par ses qualités remarquables le titre si envié d'élève hors concours. Ingénieur des mines, suivant le choix qu'il avait fait, il fut d'abord chargé d'un voyage d'exploration d'où il rapporta deux mémoires qui furent imprimés dans les Annales des Mines et traduits en différentes langues.

Géologue sagace, métallurgiste habile, instruit dans l'art minier, Combes était né mécanicien. C'est en traçant son éloge académique, en 1885, que M. Joseph Bertrand a rappelé le mot si profond de Fontenelle : "Le mouvement perpétuel est, en mécanique, le seul problème qui soit impossible." Ce jour-là le spirituel académicien a eu une vue de génie. En effet, répéter que le mouvement perpétuel était impossible, c'était rééditer un axiome. Mais en osant ajouter : lui seul est impossible, c'était marquer d'un trait puissant, sur chaque route de la science, la borne qu'on peut atteindre, sans jamais la franchir.

Un mémoire sur les machines à vapeur fut le premier pas dans la voie que Combes a suivie si loin. Ce travail reçut l'approbation de Navier et devait le conduire plus tard à présider la Commission officielle chargée d'étudier les occasions et les causes des accidents et des catastrophes. Dans les préceptes émis par Combes, les "ingénieurs continuent à trouver des modèles, les mécaniciens des règles de prudence" l'administration des instructions précises, des décisions efficaces et sévères. Un train de chemin de fer arrêté sur la voie, demeure inébranlable contre les attaques du vent le plus violent. Pendant la marche, tout change; le moindre effort le fait vaciller. Le frottement cependant n'est pas moindre; mais il retarde la vitesse de translation, et, pour ainsi parler, s'y appliquant tout entier, reste sans résistance contre les balancements transversaux. La solide analyse de Combes a éclairci cette image, et a suggéré, pour combattre une instabilité fâcheuse, des données suivies par tous les bons constructeurs.

Combes devint successivement professeur à l'Ecole des Mines de Saint-Etienne, chef de la Compagnie de Sainte-Marie-aux-Mines, puis professeur d'exploitation à l'Ecole des Mines de Paris, et enfin directeur de ce célèbre établissement et inspecteur général. Il était entré en 1847 à l'Institut, puis à la Société nationale d'Agriculture et à la Société d'Encouragement pour l'Industrie nationale. Partout Combes a rendu les services les plus éminents; peu de savants plus laborieux ont appliqué plus utilement une science aussi assurée et aussi haute que la sienne. Combes a laissé un grand nombre de travaux, de publications, de mémoires. Il faut retenir, parmi les plus connus, les ouvrages suivants : Traité de l'exploitation des mines; — Recherches théoriques et expérimentales sur les roues à réaction ou à tuyau; — Levées des plans souterrains; — Moyens de prévenir et de brider la fumée des foyers pendant qu'ils consomment de la houille. — Une des filles de Combes a épousé un chimiste éminent, M. Charles Friedel, membre de l'Académie des Sciences. C'est elle qui a communiqué une pbotographie de son illustre père, afin de faire exécuter ce portrait. Son nom a été donné à une rue de Paris, sur la rive gauche de la Seine.



Voir aussi :

Toutes les biographies


La tour Eiffel



Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.