Biographie de Louis Daguerre, peintre et physicien

FR EN ES



Louis Daguerre


Louis Daguerre

Louis Daguerre

Biographie

Louis Daguerre est l'un des 72 savants dont le nom est inscrit sur le premier étage de la tour Eiffel. Il est le 2e, sur la face tournée vers l'Ouest.


Daguerre et Niepce Ce sont ces deux noms qu'il aurait fallu inscrire, et non point seulement l'un d'eux. Nous en développons la raison inéluctable au cours de cette page jumelle, en donnant les deux portraits de ces inventeurs, dont il est impossible de séparer les travaux dans l'histoire des sciences.

Louis-Jacques-Mandé Daguerre, peintre et physicien, est né à Cormeilles, aujourd'hui village du département de Seine-et-Oise, en 1789. II est mort à Petit-Bry-sur-Marne, près Paris, le 12 juillet 1851. Daguerre est le père non point de la photographie (c'est à Niepce que revient cette gloire), mais l'inventeur de la daguerréotypie. De bonne heure il put se livrer à son goût pour la peinture décorative et il devint rapidement un artiste de premier ordre pour l'ornementation théâtrale. Son pinceau se plaisait surtout aux paysages vaporeux, aux effets de nuit, aux grandes ruines. Plusieurs de ses décors, comme ceux du Soleil tournant dans Aladin ou la Lampe merveilleuse et de la Lune mobile du Songe sont restés célèbres. En 1822, il ouvrit au public un spectacle nouveau, le Diorama, qui eut une vogue immense jusqu'en 1839, époque à laquelle un incendie le détruisit en quelques heures.

Conduit par ses études de peinture, de perspective et d'optique à là recherche du problème de la fixation des images par l'action du soleil, il se mit en rapport, en 1826, avec Niepce, ayant appris que ce dernier, à Chalon-sur-Saône, quelques années auparavant, avait résolu la question. Ils firent ensemble un traité d'association, le 11 décembre 1829; mais Niepce, étant mort en 1833, Daguerre continua à perfectionner et à exploiter les procédés héliographiques mis en commun, en imposant son seul nom à cette découverte, tant il est vrai que les absents ont toujours tort, qu'ils soient vivants ou morts.

Chevreul a démontré dans un Mémoire historique, publié en 1873, dans le Journal des Savants, que la découverte de l'héliographie, tout à fait originale, appartient entièrement à Joseph-Nicéphore Niepce (1765-1833), quelle que soit l'estime qu'on professe pour Daguerre, et il a établi comment cette invention a donné successivement naissance à la daguerréotypie et à la photographie sur papier due dans la suite à Talbot. C'est Nicéphore Niepce qui a rempli le premier les deux conditions nécessaires pour fixer l'image de la chambre obscure, à savoir :

  • 1. L'emploi d'une matière sensible à l'action de la lumière;
  • 2. L'emploi d'un liquide capable de dissoudre toute cette matière pénétrable qui n'a point été modifiée par la lumière à l'exclusion de celle qui l'a été.

Daguerre ensuite a eu le mérite postérieur, mais incontestable aussi, de perfectionner la chambre obscure et de substituer au bitume de Judée, matière sensible à l'action de la lumière, l'argent ioduré beaucoup plus impressionnable. Plus tard Talbot, en substituant le papier aux métaux et au verre employés comme plaques reproductrices de l'image, Niepce de Saint-Victor, petit-cousin de Nicéphore Niepce, en trouvant le moyen de réduire de 26 minutes à quelques secondes, la durée de l'exposition de la plaque sensible dans la chambre obscure, ont donné naissance au grand développement de la photographie moderne. Sans l'invention de l'héliographie de Nicéphore Niepce, Daguerre n'eût pas imaginé le daguerréotype, et sans le daguerréotype on ne serait pas parvenu à créer la photographie. L'invention de cette découverte appartient à ces deux hommes dont les travaux et le rôle respectif dans cette grande création sont très nettement établis. Joseph-Nicéphore Niepce a, le premier, trouvé le moyen de fixer par l'action chimique de la lumière, l'image des objets extérieurs. Louis-Mandé Daguerre a perfectionné les procédés photographiques de Niepce et a combiné dans son ensemble la méthode générale actuellement en usage. Telle est la vérité. C'est pourquoi nous regrettons de ne pas voir inscrits sur la Tour de 300 mètres, à côté l'un de l'autre, les deux noms inséparables de Niepce et Daguerre, comme leurs découvertes réciproques et leurs recherches personnelles sont liées indissolublement. Daguerre sans Niepce n'eût rien fait, et Niepce sans Daguerre serait resté dans l'ombre. Il était de notre devoir de réparer cette omission, au nom de la justice scientifique.

La ville de Chalon-sur-Saône a élevé, le 22 juin 1885, une statue à Nicéphore Niepce, dont le tombeau se trouve près de là, à Saint-Loup-la-Varenne. La ville de Paris a donné le nom de Daguerre à une de ses rues de la rive gauche de la Seine. De plus, un monument lui a été érigé, avec son buste par Mr Capellaro, dans son pays natal, le 26 août 1883.

Le portrait de Daguerre a été fait d'après une peinture exécutée en 1815, et pour celui de Niepce, d'après un médaillon sculpté après sa mort.



Voir aussi :

Toutes les biographies


La tour Eiffel



Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.