Biographie de Léon Foucault, physicien

FR EN ES



Léon Foucault


Léon Foucault

Léon Foucault

Biographie

Léon Foucault est l'un des 72 savants dont le nom est inscrit sur le premier étage de la tour Eiffel. Il est le 10e, sur la face tournée vers le Sud.


Jean-Bernard-Léon Foucault, physicien, est né à Paris le 18 septembre 1819; il est mort dans la même ville le 11 février 1S68. Esprit pénétrant, subtil, sagace, distingué, il a fait de nombreuses inventions, qui toutes portent en elles un caractère d'originalité extrêmement remarquable. Les instruments dont il a créé les modèles ont atteint des perfectionnements inconnus jusqu'alors et ont permis d'arriver à la mesure d'éléments qu'on pourrait appeler infinitésimaux.

Léon Foucault avait commencé par se consacrer à la microscopie médicale. Il se lia ensuite avec Arago et Mr Fizeau. Dès lors, sa voie fut tracée. Quand il a succombé prématurément à un excès prolongé de travail, à peine âgé de quarante-neuf ans, il était officier de la Légion d'honneur et il appartenait à l'Académie des Sciences depuis trois ans. Il était entré au Journal des Débats en 1845, et il n'avait pas cessé d'y rédiger le feuilleton scientifique d'une plume juste et élégante, image de son imagination bien équilibrée et délicate.

Dans le domaine de l'électricité, les travaux de ce savant ont porté sur les régulateurs, les appareils photo-électriques, l'arc voltaïque et la pile. Ils sont venus les premiers corroborer expérimentalement les faits déjà acquis relativement à la transformation de la chaleur en mouvement, et de la production calorique par mouvement. Foucault a imaginé un disque de cuivre rouge engagé en partie dans l'intervalle compris entre deux pièces de fer doux, pouvant recevoir d'un système de rouages mus par une manivelle, une rotation de cent cinquante à deux cents tours par seconde. Tant que le courant n'est pas excité, la manivelle présente une faible résistance; lorsque le courant passe, la résistance commence, augmente selon la vitesse imprimée à la manivelle, en même temps que le disque s'échauffe Avec une pile composée de trois couples de Bunsen, en trois minutes on peut élever la température de 10 degrés jusqu'à 60 degrés centigrades et fatiguer l'opérateur par la résistance. Ce phénomène est dû à des courants d'induction qui portent le nom de courants de Foucault.

Dans le domaine de l'optique, le principal perfectionnement apporté par Léon Foucault à la théorie des phénomènes consiste dans la détermination expérimentale de la vitesse de la lumière. La méthode qu'il a créée a permis de comparer entre elles les vitesses d'un rayon de lumière dans le vide, dans l'air et dans tous les milieux transparents. L'optique doit encore à Foucault d'importants perfectionnements apportés à la construction des télescopes pour rendre plus certaines les observations nocturnes.

Dans le domaine de la mécanique, les découvertes de Léon Foucault sont de premier ordre. C'est à lui que l'on doit la révélation inattendue du mouvement continu de rotation du plan continu d'oscillation d'un pendule, servant à démontrer le mouvement terrestre de la rotation du globe. Cette expérience établie au Panthéon, à Paris, attira la foule autour du gigantesque appareil qu'il avait fait suspendre au sommet de la coupole du dôme, à 83 mètres de hauteur. Elle est rapportée dans tous ses détails dans le tome Ier des Comptes-rendus de l'Académie des Sciences, de 1S51.

Les œuvres scientifiques de Léon Foucault ont été réunies par les soins de sa mère et publiées chez l'éditeur Gauthier-Villars et fils, avec une notice biographique de M. Joseph Bertrand, secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences, l'un des Quarante de l'Académie française, en juillet 1878. Le portrait que nous donnons a été fait sur un dessin exécuté d'après nature, au mois de juin 1867, quelques semaines avant la fatale époque où Léon Foucault fut frappé d'une attaque d'apoplexie. Peu à peu, il perdit l'usage de ses jambes, de ses mains, sa langue s'embarrassa et sa vue s'affaiblit. Au milieu de cet effondrement physiologique, son intelligence demeura intacte. L'infortuné grand savant assista ainsi à sa lente disparition, ne se faisant aucune illusion sur son effroyable état. Son entourage assistait, avec un morne désespoir, à cette destruction partielle et progressive d'un homme de génie. Léon Foucault restait stoïque, prononçant seulement parfois ces terribles mots, indiquant le désespoir de son moi intérieur. "Malheur! Malheur!" ou bien encore : "O Dieu, que vous ai-je fait ?" Et quand il rendit le dernier soupir, vaincu par ce cruel martyre, ses lèvres contractées laissèrent encore échapper ce mot funeste, suprême représaille de ses souffrances morales et physiques : "Malheur !".



Voir aussi :

Toutes les biographies


La tour Eiffel



Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.