Biographie de Jean Triger, ingénieur

FR EN ES



Jean Triger


Jean Triger

Jean Triger

Biographie

Jean Triger est l'un des 72 savants dont le nom est inscrit sur le premier étage de la tour Eiffel. Il est le 3e, sur la face tournée vers le Nord.

Charles-Jean Triger, ingénieur, est né à Paris le 11 janvier 1800; il y est mort le 30 juin 1872. C'est le créateur du système de fondation tubulaire par l'air comprimé, appliqué pour la première fois dans les terrains aquifères de la Loire, en 1845. Il était alors chargé de la direction de l'établissement et de l'exploitation des houillères de Chalonnes (Maine-et-Loire), situées dans une île de notre grand fleuve central de France. Triger imagina et se servit d'un procédé tout nouveau pour se mettre à l'abri d'un envahissement des eaux dans le forage des puits d'extraction. Il y fit descendre un tube en fonte formé d'anneaux cylindriques, de un à un mètre et demi de rayon, boulonnés entre eux. Après avoir établi sur la partie supérieure un appareil, auquel on a donné le nom de sac-à-air, il y comprima de l'air atmosphérique au moyen d'une machine soufflante. Cet air, agissant comme un piston, repoussa l'eau qui se trouvait dans le tube, par dessous les bords de la partie inférieure, et les ouvriers descendus au fond du puits, purent y continuer leur travail de forage sans être incommodés ni gênés. C'est ainsi qu'on arriva à dépasser les couches aquifères du lit de la Loire et que l'on put continuer à extraire des masses de charbon de cette mine, ouverte au fond d'un fleuve.

En 1852, un ingénieur anglais appliqua ce système aux travaux de fondation du pont de Rochester, et pendant quelque temps on accorda à nos voisins d'outre-Manche la découverte de cet admirable procédé, qui appartient à un ingénieur français, à Triger. Cette méthode de faire travailler les ouvriers sous l'eau, en les plaçant dans des cloches remplies d air comprimé, a rendu d'immenses services à l'art des constructions sous-fluviales, sous-marines et souterraines. Elle a été appliquée avec succès aux fondations des piles des ponts de Mâcon, de Moulins (sur l'Allier), de Szegedin, sur la Theiss en (Hongrie), de Kehl, sur le Rhin, des ponts sur le Rhône appartenant à la ligne ferrée de Paris-Lyon-Méditerranée et du magnifique pont d'Argenteuil, sur la Seine ; enfin, le procédé Triger a été adopté pour la construction des fondations de la Tour Eiffel.

C'est encore lui qu'on a employé pour la construction colossale des piliers du pont du Forth en Ecosse, inauguré le 4 mars 1890. M. Eiffel a déclaré que cette entreprise était le travail en fer le plus magnifique qu'on ait exécuté jusqu'à ce jour. C'est une véritable merveille de l'art de l'ingénieur, qui dépasse tous les types précédents, par la longueur de ses travées atteignant chacune plus d'un demi-kilomètre; il surpasse ainsi le célèbre pont suspendu d'East River à New-York. L'ensemble du pont constitue une poutre de plus de 1 500 mètres de longueur, reposant seulement sur trois appuis. Comme à la Tour Eiffel, les ouvriers ont travaillé à des hauteurs vertigineuses, suspendus à l'extrémité d'un câble ballotté à tous les vents de la mer.

Le Firth of Forth, au dessus duquel a été lancé cet ouvrage audacieux, se rencontre un peu au nord d'Edimbourg, où il forme l'embouchure de la rivière Forth. C'est un point très populaire en Angleterre. Il a fourni aux romanciers de nombreux épisodes relatifs aux Highlanders. La profondeur des deux bras du Firth atteint une moyenne de 60 mètres. Les travaux de fondation ont été commencés en 1883 et ont pu être continués à l'air libre, peur les piliers de la rive du nord; pour les autres de la rive méridionale, les plus difficiles à édifier, il a fallu avoir recours à la méthode de Triger. C'est grâce à son emploi qu'on a pu terminer ce pont gigantesque en fer à l'embouchure d'un fleuve impétueux, pour servir de voie de raccordement à des trains lancés à toute vapeur.

Cette belle conquête de la science de l'ingénieur avait valu à Triger, en 1853, le grand prix de mécanique de l'Institut de France. Les deux dernières applications qu'on en a faites pour la construction de la Tour Eiffel et rétablissement du pont du Forth consacrent définitivement le nom de son inventeur.

Le portrait de Triger le représente à l'âge de 36 ans, c'est dire qu'il date de l'année 1835, cet habile ingénieur étant né dans les premiers jours de la dernière année du XVIIIe siècle. Malgré toutes les contestations, il n'y a pas à hésiter, il ne faut pas tenir compte de la consonnance du millésime, l'an 1800 n'appartient pas au XIXe siècle. Le siècle actuel a commencé le 1er janvier 1801 et finira le 31 décembre 1900. Le XXe siècle s'ouvrira donc, à minuit sonné, le 1er janvier 1901. Ainsi le veulent la logique et le système décimal.



Voir aussi :

Toutes les biographies


La tour Eiffel



Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.