Biographie de Gaspard de Prony, ingénieur

FR EN ES



Gaspard de Prony


Gaspard de Prony

Gaspard de Prony

Biographie

Gaspard de Prony est l'un des 72 savants dont le nom est inscrit sur le premier étage de la tour Eiffel. Il est le 18e, sur la face tournée vers le Sud.

Gaspard-Clair-François-Marie-Riche, baron de Prony, ingénieur, est né à Chamelet (Rhône) le 22 juillet 1755. Il est mort à Paris le 31 juillet 1839. Son père était membre de l'ancien Parlement des Dombes. II fit ses études à Toissey, dans son pays natal, et entra le 5 avril 1776 à l'Ecole des Ponts et Chaussées. Prony, qui travailla jusqu'à quatre-vingt-quatre ans, était devenu de bonne heure, en France, la personnification de l'art de l'ingénieur. L'administration publique aurait cru encourir le blâme le plus sévère si elle avait commencé des travaux de quelque importance avant d'avoir consulté le savant académicien. Napoléon, par exemple, quand on discutait devant lui des projets du domaine de l'ingénieur civil, faisait toujours entendre ces paroles sacramentelles : "Qu'en pense Prony ?"

Prony mérita tous ces suffrages en mettant à profit des connaissances analytiques de l'ordre le plus élevé, en perfectionnant la théorie si difficile de la poussée des voûtes, la théorie non moins ardue de la poussée des terres et de l'épaisseur des murs de revêtement, en établissant les règles à suivre dans toutes les questions relatives aux eaux courantes des rivières, des canaux, des tuyaux de conduite, de l'emploi de la force élastique de la vapeur d'eau et de la température, etc.

Après avoir collaboré à la construction du pont de la Concorde, à Paris, à la réparation du port de Dunkerque, il fut chargé, par Napoléon, de grands travaux en Italie : régularisation du cours du Pô ; amélioration des ports de Gènes, d'Ancône, de Venise; assainissement des Marais-Pontins. Il est l'inventeur du flotteur à niveau constant, qui rend tant de services à l'hydraulique physique, ainsi que du frein auquel le public reconnaissant a lié son nom. Cet instrument donne des bases sincères, exemptes de toute controverse raisonnable, aux transactions des constructeurs de machines et des acheteurs. Il fournit les moyens d'étudier la force des plus forts moteurs, dans toutes les conditions possibles de vitesse. Il a déjà rendu de grands services à la mécanique pratique. Il a satisfait, enfin, à un immense besoin de la science et de ses applications industrielles.

L'introduction du système métrique ayant pour corollaire naturel la substitution de la division centésimale du cercle à la division sexagésimale, il fallait combiner de nouvelles tables trigonométriques. La Convention nationale, sur le rapport de Carnot, invita Prony, alors directeur du cadastre, à les composer. C'était en l'an II. Le pouvoir souhaitait qu'elles ne laissassent rien à désirer quant à l'exactitude et, ajouta-t-il, elles devaient former le monument le plus vaste, le plus imposant qui eût jamais été exécuté ou même conçu. On ne doutait de rien à cette époque. Prony voulut se trouver à la hauteur d'une mission formulée dans des termes si inusités. Les dix-sept volumes du format grand in-folio qui renferment les tables, encore manuscrites en 1891, du Cadastre de Prony, surpassent de beaucoup, comme le prescrivait le programme républicain, non seulement tous les travaux de ce genre que les hommes eussent entrepris jusque-là, mais aussi ce que jamais ils avaient osé concevoir de plus étendu. Ces prodigieuses tables appartiennent à la Bibliothèque de l'Observatoire de Paris. Le gouvernement qui en ordonnerait l'impression s'honorerait et sauverait ce monument scientifique des dangers d'une destruction problématique, mais possible.

Prony avait un grand caractère et un cœur chaud. Arago a raconté, qu'en 1837, à quatre-vingt-deux ans, un demi-siècle après l'événement, il était venu le supplier de ne pas oublier, en écrivant l'éloge de Carnot, de dire que ce grand citoyen lui avait sauvé la vie en 1793.

La ville de Paris a donné le nom de Prony à une de ses rues de la rive droite de la Seine Le portrait ci-dessus représente ce savant ingénieur, le glorieux ancêtre et le modèle de nos ingénieurs modernes, a été fait sur un dessin exécuté par Louis Boilly en 1796. Prony avait alors quarante et un ans



Voir aussi :

Toutes les biographies


La tour Eiffel



Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.