Biographie de Charles Coulomb

FR EN ES



Charles Coulomb


Charles Coulomb

Charles Coulomb

Biographie

Charles Coulomb est l'un des 72 savants dont le nom est inscrit sur le premier étage de la tour Eiffel. Il est le 8e, sur la face tournée vers le Sud.


Charles-Augustin de Coulomb, physicien, est né à Angoulême, le 14 juin 1730. Il est mort à Paris, le 23 août 1800. Après avoir fait de brillantes études dans la capitale, il entra dans le génie militaire, et fut envoyé à la Martinique. Il y présida à la construction du fort Bourbon, et, de retour en France, il se consacra plus spécialement à des recherches de physique. C'est ainsi qu'il se fit connaître par ses expériences sur le frottement et la raideur des cordes. Il obtint plusieurs prix de l'Académie des Sciences, qui lui ouvrit ses portes à l'unanimité des voix, en 1782, et Louis XVI lui donna la croix de chevalier de Saint-Louis. En 1795, il fut admis à l'Institut, lors de sa création, et fut nommé quelques années plus tard, par Napoléon, inspecteur général de l'Université et chevalier de la Légion d'honneur.

On doit à Coulomb les lois qui président aux attractions et aux répulsions magnétiques qui varient en raison inverse du carré de la distance, ainsi que les attractions et les répulsions électriques. Il a démontré que ces dernières, pour une même distance, sont proportionnelles aux produits des deux quantités d'électricité. Pour faire cette démonstration, il a créé la balance de torsion, à laquelle il doit surtout sa réputation. Il inventa cet instrument à la suite d'expériences sur l'élasticité des fils métalliques. Ces études lui montraient que ces fils résistaient d'autant plus à la torsion qu'on les tordait davantage, pourvu, cependant, que cet effet n'allât pas jusqu'à altérer leur structure moléculaire. La résistance de ces fils étant très faible, il eut l'idée de s'en servir comme d'une balance pour mesurer les plus petites forces du magnétisme et de l'électricité. À cet effet, il suspendait à l'extrémité d'un fil de fer une longue aiguille horizontale. Cette aiguille étant en repos, si elle s'éloigne tout à coup d'un certain nombre de degrés de sa position naturelle, tord le fil qui la tient suspendue, et les oscillations que celle-ci lui fait éprouver donnent par leur entrée le moyen d'évaluer la quantité de la force perturbatrice.

Ce fut à l'aide de cet instrument ingénieux que Coulomb entreprit une série de recherches sur la distribution de l'électricité et du magnétisme, dont les résultats ont concouru à établir définitivement sa renommée scientifique.

Coulomb a eu à souffrir la persécution pour la franchise de son caractère. Envoyé aux Etats de Bretagne, en qualité de commissaire du Roi, pour apprécier la possibilité et l'avantage d'un projet de canaux, il montra, dans cette mission, l'indépendance et la délicatesse de sa conscience. Malgré les Etats, il soutint l'opinion qu'il était inutile d'exécuter ce projet, à cause du peu de rapport qu'il y avait entre les dépenses énormes que cette exécution nécessiterait et le peu de services qui en résulterait. A son retour, en 1779, le mécontentement d'un ministre l'envoya dans la prison de l'Abbaye, à Paris. Mandé une seconde fois dans le même but, Coulomb soutint encore son opinion; il le fit avec tant de fermeté qu'il ouvrit enfin les yeux aux membres des Etats. Ceux-ci lui firent des offres brillantes, qu'il refusa. Ils le forcèrent à recevoir au moins une fort belle montre aux armes de la province de Bretagne. C'est ainsi qu'il ne laissa à ses fils, a dit Delambre, qu'un nom respecté, l'exemple de ses vertus et le souvenir des services éclatants rendus à la science. Mais de fortune, point.

Les travaux de Coulomb sont consignés dans les Mémoires de l'Académie des sciences, à partir de 1781. En 1779, il avait publié un ouvrage avec figures intitulé : Recherches sur les moyens d'exercer sous l'eau toutes sortes de travaux hydrauliques sans employer aucun épuisement.

Le Congrès des électriciens en 1881, adonné le nom de Coulomb à l'unité électrique choisie pour représenter la quantité d'électricité que peut débiter pendant une seconde un courant d'une intensité d'un ampère. On a aussi baptisé du nom de coulombmètre un compteur d électricité servant à enregistrer la quantité qui s'écoule dans une canalisation électrique à potentiel constant.

Les portraits de Coulomb sont extrêmement rares et défectueux. Celui-ci a été pris sur un croquis exécuté en Bretagne, en 1778, à l'époque de la mission de ce grand physicien auprès du gouvernement de cette province. Malgré sa médiocrité, c'est un document précieux à cause de sa rareté.



Voir aussi :

Toutes les biographies


La tour Eiffel



Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.