La province indienne du Rajasthan

FR EN ES



Province du Rajasthan


Le Rajasthan est un état de l'ouest de l'Inde. Sa superficie est de 342 239 km2 et sa capitale est Jaipur. Plus de 50 millions de personnes vivent au Rajasthan et les langues majoritairement parlées sont l'hindi et le rajasthani.

Le Rajasthan est l'un des états qui attire le plus de touristes en raison de la beauté de ses cités et de ses citadelles témoins d'un passé historique et culturel d'une grande richesse. Les grandes villes se situent plutôt dans l'est de l'état car une grande partie de l'ouest est occupé par le désert du Thar.


Histoire

Rajasthan signifie "pays des Seigneurs". Pendant des siècles La région fut contrôlée et bâtie par les Rajpoutes qui étaient des guerriers réunis en clans. Incapables de s'unir face aux musulmans, ils deviendront petit à petit les vassaux des Moghols puis des britanniques. La plupart des états rajpoutes furent alors dirigés par des maharajas oisifs. Lors de l'indépendance de l'Inde, le Rajasthan était l'une des régions les moins développées.


Carte de la province du Rajasthan

Carte Rajasthan

Carte Rajasthan


Jaipur

Jaipur est la capitale de l'état du Rajasthan. Elle regroupe près de 2 millions d'habitants. Elle est surnommée "la ville rose" en raison de la teinte des édifices de la vieille ville. La ville fut fondée par le maharaja Jai Singh II au XVIIIe siècle. Il dessina la cité et les remparts en suivant les principes édictés dans le traité d'architecture hindouiste, le Shilpa Shastra. La ville entière fut peinte en rose par le maharaja Ram Singh II en 1876 à l'occasion de la visite du prince de Galles, le futur Edouard VII.

La vieille ville regroupe les principaux centres d'attraits touristiques. Elle est entourée de remparts crénelés percés de portes dont les principales sont Chandpol, Sanganeri et Ajmeri. Les avenues divisent la vieille ville en rectangles parfaits. Plusieurs grands bazars égayent la cité.

Le Hawa Mahal

Hawal Mahal signifie "palais des vents". Il fut construit par le maharaja Sawai ai Singh II. Il ne s'agit en fait que d'une façade. Il était destiné à permettre aux femmes du harem de regarder dans la rue sans être vues. Cette façade possède cinq étages percés de magnifiques fenêtres semi-octogonales soigneusement ajourées. Il est un modèle d'architecture rajpoute. L'accès au sommet du bâtiment est autorisé est permet d'avoir une jolie vue sur le Vieille Cité.

Le Hawa Mahal

Le Hawa Mahal


Le palais de la cité

Construit au coeur de la Vieille Cité, le Palais de la Cité est composé de bâtiments entre lesquels ont été construits des cours intérieures et des jardins. Les bâtiments n'ont pas tous été érigés à la même époque. Le Chandra Mahal occupe la partie centrale. Le rez-de-chaussée abrite un musée. À l'intérieur du palais plusieurs salles méritent le détour notamment la Diwan-i-Am et ses manuscrits anciens en sanskrit et persan, et la Diwan-i-Khas et sa galerie de marbre.

Le palais de la cité

Le palais de la cité


Le Jantar Mantar

Il s'agit du plus grand des observatoires astronomiques construits par Sawai Jai Singh II au début du 18è siècle. Les quatre autres se trouvent à Delhi, Ujjain, Mathura et Varanasi.

Les constructions semblent hétéroclites mais elles ont toutes une fonction astronomiques bien précise. La plus spectaculaire est le gigantesque cadran solaire. Il s'élève à 44m. L'ombre projetée se déplace de 4m par heure et la lecture sur le cadran est d'une incroyable précision.

Le Jantar Mantar

Le Jantar Mantar


Le fort de Nahargarh

Le fort de Nahargarh, ou fort du tigre, construit en 1734, surplombe la ville. La plus grande partie des bâtiments d'origine est tombée en ruine mais ceux rajoutés par la suite au 19è siècle ont été correctement conservés.


Les jardins de Sisodia Rani Ka Bagh

Ce jardin fut construit dans une gorge à 6km de Jaipur par Sawai ai Singh II pour son épouse Sisodia. Le jardin est décoré de fontaines, de ruisseaux et de petits pavillons sur lesquels ont été peintes des fresques.


Udaipur

La ville d'Udaipur fut fondée par le Maharana Udai Singh en 1568 à la suite du troisième sac de Chittorgarh par les armées de l'empereur moghol Akbar. Udaipur devint ainsi la nouvelle capitale du Mewar. Pratap succéda à Udai Singh et il résista aux moghols sans jamais faire de compromis. Le Mewar fut l'un des rares états rajpoutes à n'avoir jamais été sous suzeraineté moghole. Shah Jahan y trouva même refuge lorsqu'il se révolta contre son père Jahangir.

Au XVIIIe siècle l'état princier connut des dissensions et dut faire face aux incursions des marathes. Il signa un traité de protection avec les britanniques et perdit ainsi une partie de son autonomie. En 1947 il fut définitivement absorbé par la république indienne.

Le city palace

C'est le plus grand palais du Rajasthan. Sa construction fut initiée par le fondateur de la ville et il fut agrandi petit à petit tout en conservant une remarquable uniformité architecturale. L'entrée se fait par la Bari Pol (1600) et la Tripolia (1725) avec ses huit arches sculptées. Entre ces deux portes, il était de tradition que le maharana se fasse peser. Son poids en or était alors distribué aux pauvres.

On accède ensuite à une série de cours, de balcons, de corridors, de jardins suspendus, etc. On peut visiter plusieurs pavillons, par exemple le Chini Chitrashala et ses céramiques chinoises et hollandaises, le Mor Chowk et ses mosaïques de paons, le Bhim Vilas et ses peintures murales, etc... Une superbe galerie des glaces surplombe le Durbar Hall construit en 1909.

Le city palace

Le city palace

Le palais du lac

Comme son nom l'indique ce palais fut bâti sur l'île Jagmandir située sur le lac Pichola. Sa construction fut initiée par Karan Singh et poursuivit par Jagat Singh au XVIIe siècle. Il fut pendant longtemps la résidence d'été des maharanas. On dit que le futur empereur moghol Shah Jahan, pendant son séjour à Udaipur, s'inspira de certaines parties de ce palais pour la construction du Taj Mahal.

Aujourd'hui le palais abrite un hôtel de luxe au charme incomparable.

Le palais du lac

Le palais du lac

Le Saheliyon Ki Bari

Il s'agit d'un jardin d'agrément surnommé "Jardin des Demoiselles d'honneur" car les femmes de la famille royale venaient s'y promener. Il possède plusieurs belles fontaines, des kiosques et des éléphants en marbre. Son calme et son atmosphère en font un lieu de promenades apprécié.

Le Saheliyon Ki Bari

Le Saheliyon Ki Bari

Le temple de Jagdish

Construit entre 1628 et 1653 par le maharana Jagat Singh, le temple est dédié à Jagannath (autre nom de Vishnu), seigneur de l'univers. L'entrée est flanquée de deux grandes statues d'éléphants. Le sanctuaire principal abrite une statue noire représentant Vishnu et une effigie de Garuda en garde l'entrée. La tour pyramidale mesure 26m de haut et est décorée de frises. Le temple dispose de quatre sanctuaires dédiés à Ganesh, Shiva, au dieu solaire et à la déesse Shakti. Sur le porche, une inscription en sanscrit datée de 1651 raconte l'histoire du règne de Jagat Singh.

Le temple de Jagdish

Le temple de Jagdish

Le Fateh Sagar

Ce lac entouré de collines fut aménagé par Jai Singh en 1678 pour servir de réservoir. Il fit construire un barrage pour en augmenter le volume. La plus grande des trois îles qui émergent a été aménagée en parc (le Parc Nehru) et est un lieu de promenade prisé.

Le memorial Pratap

Érigé au somment de la colline de Modi Magri, cette statue équestre en bronze célèbre la mémoire du maharana Pratap qui résista à l'invasion moghole. Elle représente le héros rajpoute sur son cheval favori, Chetak

Le memorial Pratap

Le memorial Pratap


Jodhpur

Surnommée la "cité bleue" en raison des façades peintes des maisons de la vieille ville, Jodhpur fut fondée en 1459 par Rao Jodha aux portes du désert du Thar. La ville était alors sur la route de la soie et accueillait donc un grand nombre de voyageurs. La vieille ville est entourée d'un mur de 10km de long et percé de sept portes.

Jodhpur occupe toujours une position géostratégique clé en raison de la proximité du Pakistan.

Le fort de Meherangarh

Cette citadelle majestueuse et impressionnante domine la ville du haut d'une colline de 120m d'altitude. Certains murs d'enceinte ont une épaisseur de plus de 5m et une hauteur de plus de 20m.

À l'intérieur se trouvent plusieurs palais connus pour leurs sculptures et leurs successions de cours. Le Moti Mahal à la façade sculptée abrite le trône royal de Jodhpur, le Sringar Chowki. La villa Umaid renferme des miniatures rajpoutes et la villa Ajit renferme des instruments de musique et des costumes royaux. Les armoiries de Jodhpur sont gardées dans le Phool Mahal.

À côté d'une des portes d'enceinte, la Lohapol ou porte de Fer, se trouvent l'empreinte des quinze mains des veuves du maharaja Man Singh mort en 1843 et qui s'immolèrent sur son bûcher.

Le fort de Meherangarh

Le fort de Meherangarh


Le palais d'Umaid Bhawan

Ce palais de marbre et de grès fut construit entre 1929 et 1944 par le maharaja Umaid Singh. Ses descendants vivent toujours dans une partie du palais mais la plus grande partie du bâtiment a été reconverti en hôtel de luxe. Il abrite également un musée où l'on peut voir les biens du maharaja.

Le palais d'Umaid Bhawan

Le palais d'Umaid Bhawan


Le Jaswant Thada

Ce cénotaphe de marbre blanc fut élevé en 1899 à la mémoire du maharaja Jaswant Singh. Des portraits de quelques dirigeants de Jodhpur sont visibles à l'intérieur.

Le Jaswant Thada

Le Jaswant Thada


La tour de l'horloge et le marché de Sardar

La tour de l'horloge est un lieu de rassemblement bien connu dans la vieille ville de Jodhpur. C'est le quartier typique de Jodhpur. Au pied de la tour s'étend le marché de Sardar.

La tour de l'horloge et le marché de Sardar

La tour de l'horloge et le marché de Sardar


Jaisalmer

Jaisalmer était avant tout un avant-poste militaire. La ville fut fondée autour du fort construit en plein désert du Thar en 1156 par Rawal Jaisal. Sa situation géographique permettait à la ville de contrôler les principales routes de commerce vers l'Arabie et l'Afrique du Nord. Elle connut une prospérité croissante qui attira les riches marchands. Ils construisirent de somptueuses demeures. Le développement du commerce maritime et la concurrence de Mumbai entraîna son déclin.

La ville est aujourd'hui une des merveilles du Rajasthan connue pour ses magnifiques couchers de soleil, ses petites rues et ses artisans.

Le fort

Cette citadelle fut bâtie en 1156 au sommet de la colline de Trikuta. Son mur d'enceinte est constitué de 99 bastions (ajoutés au XVIIe siècle) et il entoure la vieille ville. On y pénètre par de grandes portes donnant sur une grande cour où se dresse le palais du maharaja. L'intérieur de la citadelle est constitué de petites ruelles où se trouvent d'innombrables échoppes et hôtels. Il y règne une atmosphère unique

Le fort

Le fort


Les Havelis

Ce terme désigne les demeures de grès construites autrefois par les riches habitants de Jaisalmer. Elles se trouvent à l'extérieur du Fort.

Patwon-ki-Haveli : C'est l'une des plus belle demeure de ce genre. Située dans une toute petite rue, elle a été divisée en six appartements. On peut encore voir des fresques à l'intérieur.

Salim-Singh-ki-Haveli : Elle fut bâtie vers 1815 par le premier ministre de Jaisalmer, Salim Singh. Il fit construire huit niveaux, 38 balcons tous différents et un toit voûté orné de sculptures.

Nathmal-ki-Haveli : Elle fut construite par le premier ministre Diwan Mohata Nathmal en 1885. Il la commanda à deux frères qui en bâtirent chacun une moitié. Les ailes droite et gauche sont donc différentes. L'entrée est gardée par deux statues d'éléphants. L'intérieur est décoré de magnifiques miniatures.

Les Havelis

Les Havelis

Les Havelis

Les Havelis


Le Gadisagar

Ce réservoir artificiel fut construit pour alimenter la cité en eau. Il servit jusqu'en 1965. Il est entouré de petits sanctuaires et on y accède en passant sous une arche qui aurait été construite par Teelon, une courtisane. Le roi tenta de la détruire car un souverain ne pouvait passer sous une porte construite par une femme. Mais Teelon fit poser une statue de Krishna à son sommet pour empêcher sa destruction.

Le Gadisagar

Le Gadisagar


Les temples Jaïnas

Ce groupe de temples, situés à l'intérieur du Fort, ont été construit au XIIe et XVe siècle. Magnifiquement sculptés, ils sont dédiés à Rikhabdevji et Sambhavnathji. À l'intérieur se trouve une bibliothèque abritant de vieux manuscrits.


Chittorgarh

Chittorgarh (ou Chittor) fut fondée au VIIIe siècle par Bappa Rawal. La ville est célèbre par les trois sièges auxquels ses habitants durent faire face et par la façon particulièrement sanglante dont ils se terminèrent. Les habitants de Chittorgarh, face à la défaite, déclaraient le jauhar. Les hommes combattaient jusqu'à la mort en robe de safran pendant que les femmes s'immolaient avec leurs enfants.

Le premier siège eut lieu en 1303 à l'initiative de Alauddin Khilji qui était tombé amoureux de Padmini et qui voulait l'épouser. Alauddin prit Chittor mais Padmini et 30000 femmes s'immolèrent par le feu. Le deuxième siège se déroula en 1535 après que le Shah du Gujarat ait déclaré la guerre à Chittor. De nouveau 32000 hommes moururent sur le champ de bataille et 13000 femmes se sacrifièrent. Le dernier siège fut l'œuvre de l'empereur moghol Akbar en 1568. 8000 rajpoutes moururent lors de l'assaut final et les femmes et les enfants étaient tous morts lorsque Akbar pénétra dans le fort. Le maharana Udai Singh II s'était enfui pour aller reconstruire sa capitale à Udaipur.

Le moghol Jahangir rendit Chittor aux rajpoutes en 1616.

Le fort

Cette citadelle fut construite sur un plateau rocheux de 170m de haut. L'entrée dans le fort se fait à travers sept portes lesquelles avaient été conçues dans un but défensif. Le souvenir de deux héros de Chittorgarh, morts lors du siège de 1568, est célébré. Leurs cénotaphes furent construits par les rajpoutes. Le premier s'élève près de la porte Bhairon Pol où mourut Jaimal, le deuxième près de la porte principale Ram Pol où mourut Patta. Akbar fit lui-même sculpter deux statues à la gloire de ses deux adversaires. L'entrée du côté est se fait par la Suraj Pol (la porte du soleil).

Le fort

Le fort


Les tours de la gloire

Ces deux tours sont les monuments les plus imposants de Chittorgarh.

La Tour de la Victoire (Jaya Stambha) fut érigée par Rana Kumbha en 1458 après sa victoire sur les armées du Malwa et du Gujarat. Elle mesure 37m de haut et possède huit étages à balcon. On peut y voir de belles sculptures de divinités hindoues et des scènes du Mahabharata et du Ramayana.

La Tour de la Renommée (Kirti Stambha) fut dédiée au premier saint jaïna, Adinath. Elle mesure 25m de haut et possède six étages ornées de statues des saints jaïnas. On trouve des inscriptions jaïnas datant de 896 sur les murs.

Les tours de la gloire

Les tours de la gloire

Les tours de la gloire

Les tours de la gloire


Le palais de Rana Kumbha

Siuté dans le fort le palais de Rana Kumbha est aujourd'hui en ruine. On y trouve des écuries et un temple dédié à Shiva. On pense que le jauhar de 1303 au cours duquel mourut Padmini se déroula dans les caves du palais.


Le palais de Padmani

Construit près d'un bassin, ce palais été celui de Padmini. Selon la légende c'est ici que Alauddin Khilji aperçut le reflet de Padmini dans un miroir et décida de la posséder en détruisant Chittorgarh. Les portes de bronze du pavillon principal furent emportés par Akbar à Agra.


Les tours de la gloire

Construit au VIIIe siècle pour le culte du dieu du Soleil, il fut par la suite dédié à la déesse Kali au XIVe siècle.


Ajmer

Ajmer fut fondée au XIe siècle par la dynastie Chauhan avant d'être prise par les Moghols du sultanat de Delhi en 1193. Elle resta sous leur contrôle jusqu'en 1326 après quoi elle fut disputée par les Moghols, les Rathor et les Rana de Marwar et les sultans du Gujarat. La paix fut rétablie en 1556 avec l'arrivée de l'empereur moghol Akbar. Au XVIIIe siècle les Marathes contestèrent la suprématie moghole et s'emparèrent d'Ajmer en 1770. En 1818 les britanniques en prirent le contrôle total.

Ajmer est l'un des grands centres de pèlerinage des musulmans soufis.

Le Dargah

Ce bâtiment abrite le tombeau d'un saint soufi, Khwaja Muin-ud-din Chishti, venu de Perse en 1192. La date anniversaire de sa mort est célébré durant le mois d'Urs et attire beaucoup de pèlerins.

L'entrée du Dargah se fait par la Buland Darwaza et mène sur un cour intérieure où se trouve deux énormes chaudrons destinés a recueillir les offrandes. La tombe est entourée d'une plate-forme en argent et est surmontée d'un dôme en marbre.

Le Dargah

Le Dargah


L'Adhai-Din-Ka-Jhonpra

Cette mosquée est aujourd'hui en ruine mais elle reste un des plus beaux exemples de l'architecture indo-musulmane. Le bâtiment était à l'origine une école de sanscrit mais il fut converti en mosquée par Mohammed de Ghur en 1193. Les piliers de la mosquée sont tous différents et les murs à arcades sont recouverts d'inscriptions tirées du Coran.

L'Adhai-Din-Ka-Jhonpra

L'Adhai-Din-Ka-Jhonpra


Le palais royal d'Akbar

L'ancien palais de l'empereur moghol Akbar, construit en 1570, a été reconverti en musée. On peut y voir une collection d'armes mogholes et rajpoutes ainsi qu'une très belle collection de sculptures.


Bundi

Bundi fut jusqu'en 1947 la capitale d'un état princier rajpoute. En 1342 Rao Dewa fonda le royaume de haravati en faisant de Bundi sa capitale. À l'époque, Kota, une ville voisine, était sous la dépendance de Bundi. C'est en 1624, sous la pression de l'empereur moghol Jehangir, que les deux villes devinrent deux fiefs indépendants. La ville moderne a conservé une atmosphère médiévale.

Le fort de Taragarh

Aussi appelé Fort de l'Étoile, cet édifice fut bâti au sommet d'une colline en 1354. On y pénètre par une grande porte surmontée d'éléphants. Le fort est dominé par une grosse tour, la Bhim Burj, construite au XVIe siècle pour abriter un énorme canon, le Garbh Gunjam. Les murs du fort ont à certains endroits plus de 3m d'épaisseur. Le fort a été laissé à l'abandon et il n'y a plus grand chose à voir à l'intérieur.

Le Dargah

Le Dargah


Le palais

Cet édifice est un très bel exemple de l'architecture rajpoute. Malheureusement, en raison d'une dispute familiale entre le maharaja et sa sœur, seule deux parties, le Chitra Mahal et l'Ummed Mahal, sont ouvertes au public. Pour visiter le reste du palais, qui renferme de superbes peintures murales, il faut une permission spéciale du maharaja.


Le Ranigi-Ki-Baori

Les baoris sont des puits souterrains. Le Raniji-ki-Baori est le plus important et le plus beau. Il fut construit en 1699 par Rani Nathavati. Il est profond de 46m. On y rentre par une porte voûtée flanquée de piliers délicatement sculptés.

Le Ranigi-Ki-Baori

Le Ranigi-Ki-Baori


Le Chaurasi-Khambon-Ki-Chhatri

Chaurasi-Khambon-ki-Chhatri signifie "cénotaphe au 84 piliers." Il fut élevé à la mémoire de Deva, fils de la nourrice de Rao Raja Anirudh Singh en 1683. En son centre se trouve un lingam. L'édifice est donc à la fois un temple et un cénotaphe. Le plafond est couvert de peintures et les murs de délicates sculptures.


Mount Abu

La région du Sirohi fut colonisée très tôt dans l'histoire puisque des traces d'activités humaines datées de -1000 ans ont été retrouvées. Diverses dynasties se sont ensuite succédées (Rashtrakuta, Paramara, Chalukya). La situation géographique de Mount Abu, situé en haut d'une colline, en faisait une place relativement facile à défendre. Ce n'est qu'en 1573 que le Sirohi entra directement en conflit avec les moghols. La région fut annexée en 1580 par la province moghole d'Ajmer. Les britanniques ajoutèrent une nouvelle page à l'histoire de Mount Abu. En 1822, le colonel James Tod "découvre" Mount Abu. La région du Sirohi fut l'une des dernières provinces rajpoutes à signer un traité d'alliance défensive et de coopération avec les anglais, le 11 septembre 1823. En 1917 le souverain du Sirohi accepta de louer Mount Abu aux anglais pour 27000 roupies par an. En juillet 1947 la ville fut rétrocédée au Sirohi avant d'être rattachée à Bombay en 1950. Le 1er Novembre 1956 Mount Abu est définitivement intégré au Rajasthan.

Mount Abu est aujourd'hui, avec ses 1200m d'altitude, la seule station climatique du Rajasthan. Les activités sont regroupées autour du Lac Nakki.

Les temples jaïnas de Dilwara

Ces temples sont sans doute les plus beaux sanctuaires jainas de l'Inde. Les sculptures de marbre sont d'une finesse rarement égalée. Deux temples se distinguent de l'ensemble : Le Vimala Vasahi et le Luna Vasahi.

  • Le Vimala Vasahi fut construit par Vimala Shah en 1031 et dédié au premier saint jaina, Adinatha. Sa façade plutôt simple cache un intérieur d'une incroyable beauté. L'entrée mène à un pavillon où se trouve un smosan (représentation symbolique de la montagne sacrée des jainas) entouré de statues d'éléphants. Les visiteurs pénètrent ensuite dans une cour contenant le sanctuaire au centre duquel se trouve une statue d'Adinatha aux jambes croisées. Le dôme du sanctuaire est magnifiquement sculpté de représentations animales. 52 cellules, dans lesquelles se trouvent une statue, entourent la cour.
  • Le Luna Vasahi fut érigé en 1230 par Tejpala et Vasupala et dédié au 22è saint jaina, Neminath. Les décorations en marbre du temple sont très élaborées. Par endroits le marbre est si fin qu'il est presque translucide. La coupole constitue là aussi le chef-d'œuvre du temple notamment la fleur de lotus qui se trouve en son centre.

Les deux autres temples sont le temple de Chaumukha et le temple de Sri Risha Deoji.

Les temples jaïnas de Dilwara

Les temples jaïnas de Dilwara

Les temples jaïnas de Dilwara

Les temples jaïnas de Dilwara


Le lac Nakki

Il doit son nom à la légende selon laquelle les dieux auraient creusé le lac avec leurs ongles (nakh). Les hindous considèrent les eaux du lac comme sacrées et s'y baignent pour se purifier. Situé au cœur de la ville, il offre de belles promenades. Le temple de Raghunath (XIVe siècle) se trouve sur les rives.

Le lac Nakki

Le lac Nakki


Le temple de Gaumukh

L'endroit doit son nom à une source naturelle qui jaillit de la bouche d'une vache sculptée dans le marbre. Le temple a été sculpté dans un rocher dans un cadre naturel magnifique. Selon la légende c'est ici que le sage Vasishta régénéra la race humaine en donnant naissance les quatre clans rajpoutes. Non loin se trouve une statue de Nandi, la monture de Shiva, sauvé par le serpent Arbuda.


Pushkar

Située aux portes du désert, Pushkar est une ville sainte de l'hindouisme. Environ 400 temples et sanctuaires se dressent autour du lac sacré. Selon les textes religieux, Brahma aurait effectué un sacrifice rituel (yajna) sur ses rives.

Pushkar est aujourd'hui mondialement connu pour sa foire aux chameaux en octobre ou novembre.

Le temple de Brahma

C'est le seul grand temple de l'Inde dédié à Brahma. Construit au XIVe siècle on y accède en empruntant un escalier de marbre. L'entrée du temple est flanquée d'oies, montures sacrées de Brahma. Une tortue en argent fait face au sanctuaire. Autour d'elle des centaines de pièces en argent ont été incrustées dans le marbre, elles portent le noms de donateurs. Les murs sont décorés de paons, montures sacrés de Saraswati, l'épouse de Brahma. Un petit temple attenant est dédié Shiva.

Le temple de Brahma

Le temple de Brahma


Les Ghats

Le lac est entouré d'escaliers appelés ghats servant aux hindous à s'immerger dans le lac pour le bain purificateur. Selon la légende, Vishnu serait apparu sur la Varah Ghat sous la forme d'un sanglier et Brahma aurait effectué un sacrifice sur le Brahma Ghat. Les cendres du Mahatma Gandhi furent immergées au bas du Gau Ghat, devenu depuis le Gandhi Ghat. Si vous vous rendez sur les ghats, n'oubliez pas qu'il s'agit d'un endroit sacré. Déchaussez-vous et évitez de prendre les pèlerins en photo.

Le soir, les fidèles mettent à l'eau des lampes à huile placées sur des plateaux. Cela donne une vision spectaculaire du lac au crépuscule.


La foire aux chameaux

La date de la foire est déterminée par la pleine lune du mois de Kartik. Elle attire des dizaines de milliers de personnes, marchands, touristes, reporters, pèlerins... et des milliers de chameaux et de têtes de bétail. C'est la foire la plus populaire du Rajasthan. Diverses festivités animent les journées (courses de chameaux, théâtre, musique, etc.) L'ambiance est unique et laisse un souvenir indélébile aux visiteurs.


Bikaner

La cité de Bikaner fut fondée en 1488 par Bika, fils de Rao Jodha le fondateur de Jodhpur. Comme la plupart des souverains rajpoutes, ceux de Bikaner durent faire face aux Lodis et aux moghols. En 1537 ces derniers subirent une sévère défaite aux pieds des remparts de Bikaner. Mais la cité fut finalement prise par le raja de Jodhpur et Bikaner s'allia avec le dirigeant de Delhi de l'époque, Sher Shah Suri. Ses armées marchèrent sur Jodhpur et Sher Shah rétablit Rao Kalyanmal sur le trône de Bikaner en 1546.

À la fin du XVIe siècle, et avec l'appui des moghols, Bikaner prit le contrôle de Jodhpur. Les états rajpoutes conservèrent leur indépendance face aux moghols mais lorsque le pouvoir de ces derniers commença à décliner, ils durent faire face à la montée en puissance des marathes puis des britanniques. La Compagnie des Indes et le maharaja de Bikaner signèrent un traité de bonne entente en 1818. Le maharaja Sardar Singh fut le seul souverain de tout le Rajasthan a avoir combattu aux côtés des anglais. Le maharaja Ganga Singh fut l'un des signataires du Traité de Versailles qui mit fin à la première guerre mondiale.

Bikaner, comme tous les états rajpoutes, fut intégré à l'Union Indienne en 1949. Le titre de maharaja de Bikaner est toujours transmis. Bikaner est connu pour ses élevages de chameaux considérés comme faisant partie des meilleurs du monde. La foire aux chameaux de Bikaner est internationalement réputée.

Le junagarh

Ce fort fut construit entre 1589 et 1594 par le Raja Rai Singh. Il dispose d'un rempart de 986 m de long fortifié par 37 bastions. Contrairement à la plupart des forteresses rajpoutes le Junagarh ne fut pas construit sur une colline mais dans la plaine.

Il est embelli de peintures rajpoutes, de miroirs, de panneaux de marbre sculptés répartis dans les nombreux palais et pavillons du fort. Les lignes de fenêtres et de balcons donnent un caractère harmonieux à l'architecture austère de la citadelle.

Le fort a deux entrées : la Karan Pol à l'est et la Chand Pol à l'ouest. Près de la Karan Pol se trouve l'endroit où les veuves pratiquaient le sati (immolation rituelle sur le bûcher de leur défunt mari). Il existe d'autres portes notamment la Daulat Pol, la Fateh Pol et la Suraj Pol (porte du Soleil) qui servait autrefois d'entrée principale. Des statues de Jaimal et Patta, les héros de Chittorgarh, à dos d'éléphants se dressent près de cette dernière.

Le Junagarh

Le Junagarh


Les Havelis

Les havelis sont les maisons construites par les riches marchands dans la vieille ville au 17è siècle. Elles sont remarquables par leur structure architecturale et par la finesse de leurs sculptures. La décoration intérieure, avec ses gigantesques chandeliers, les panneaux boisés des murs, les peintures murales, n'est pas moins impressionnante. Les havelis les plus belles sont la Rampuria Haveli et la Kothari Haveli.

Les Havelis

Les Havelis


Le palais de Lalgarh

Il fut construit par l'architecte anglais Samuel S. Jacob pour le maharaja Ganga Singh dans les années 1890. Les pierres de construction furent extraites des carrières du village de Dulmera après une longue recherche car le jeune souverain voulait des pierres d'une couleur semblable à celles utilisées à Jodhpur.

Le palais, avec ses panneaux sculptés, ses pavillons, ses ornements divers, ses balcons, est un régal pour les yeux. La salle de billard est ornée de trophées de chasse. Au premier étage se trouve un musée où l'on peut voir une extraordinaire collection d'objets ayant appartenu au maharaja.

Le palais de Lalgarh

Le palais de Lalgarh


Le Lakshmi Niwas

Ce palais est situé à proximité du palais de Lalgarh. Reconverti en hôtel de luxe, il est remarquable par sa très belle architecture et ses sculptures de pierres.

Le Lakshmi Niwas

Le Lakshmi Niwas


Bharatpur

La ville de Bharatpur fut, au XVIIe et XVIIIe siècle, la bastion des Jats. Farouchement attachés à leur indépendance ils combattirent les moghols et, dans une moindre mesure, les rajpoutes. Leur art de la guerre leur permit d'aller jusqu'à Delhi et de contrôler Agra avant d'en être chassé par les marathes.

Même les britanniques se cassèrent les dents sur les défenses jats et l'attaque de Bharatpur en 1805 fut un échec cuisant pour les anglais. Ces derniers signèrent un traité avec les jats en 1818. Mais en 1825 Lord Combermere attaqua la ville et soutint avec succès un siège pendant un mois. À l'issue de celui-ci un nouveau traité fut signé donnant le pouvoir effectif au anglais, le souverain jat n'ayant plus alors qu'un rôle honorifique.

Aujourd'hui Bharatpur est surtout connue pour sa réserve ornithologique.

Le parc national de Keoladeo Ghana

Situé au sud de Bharatpur, l'endroit était autrefois la réserve de chasse du maharaja de Bharatpur. À l'intérieur du parc se trouve un petit temple près duquel se trouve un pilier sur lequel on peut lire que plus de 5000 canards furent abattus en une seule journée ! Le parc est aujourd'hui l'une des plus belles réserves ornithologique du monde. On y recense plus de 350 espèces d'oiseaux. De nombreuses espèces migratrices viennent du nord pour y nicher. On dit que 7 des 17 espèces de cigognes connues peuvent être vues dans le parc. Il serait trop long de décrire les beautés et le caractère exceptionnel de certains oiseaux mais le site est une merveille pour les yeux et les oreilles.

Le meilleur moyen de visiter le parc reste le vélo, qu'on peut louer à l'entrée, et le bateau. On peut aussi s'y promener dans un tonga tiré par des chevaux ou dans un rickshaw. De nombreux guides qualifiés proposent leur service et vous aideront à distinguer les espèces.

Le parc national de Keoladeo Ghana

Le parc national de Keoladeo Ghana


Le Lohagarh

Lohagarh signifie "fort de fer". Construit sur une île artificielle par le fondateur de la ville, Suraj Mal, au XVIIIe siècle il est entouré de profondes douves qui en ont fait un lieu imprenable. Les murs extérieurs du fort étaient recouverts de boue afin que les boulets de canon s'y enfoncent avant d'être récupérés par les défenseurs. Les britanniques détruisirent ces murs et seuls les murs intérieurs subsistent aujourd'hui.

L'entrée principale se fait par la porte Ashtadhatu. Elle fut d'abord construite pour le fort de Chittorgarh. De là, elle fut emportée à Delhi par le sultan Alauddin Khilji. Les jats, lors de leur raid sur Delhi en 1764 la ramenèrent à Bharatpur. À l'intérieur du temple se trouvent trois palais et deux tours, la Jawahar Burj érigée en 1765 pour célébrer la victoire jat sur Delhi, et la Fateh Burj construite après la victoire sur les anglais en 1805.

Le Lohagarh

Le Lohagarh


Le temple de Ganga

La construction de ce temple à deux étages débuta 1845 mais ne fut achevée qu'en 1937. Il est dédié à Ganga, la déesse du Gange. De fins panneaux sculptés représentent des fleurs et des divinités, et le sol est en damier. Les plafonds sont eux aussi décorés.

Le temple de Ganga

Le temple de Ganga



Voir aussi :

Toutes les provinces de l'Inde

Histoire de l'Inde





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.