La province indienne de Delhi, qui est aussi la capitale du pays

FR EN ES



Delhi


Delhi est la capitale de l'Inde et la troisième ville du pays en taille (10 millions d'habitants). Sa position géographique fait de Delhi une plaque tournante de l'Asie Centrale. Comme toute les mégalopoles de l'Inde, Delhi souffre de sa surpopulation et de la pollution. La ville a toujours joué un rôle important dans l'histoire de l'Inde même si elle n'a pas toujours été la capitale du pays. La légende veut que Delhi ait été construite et détruite sept fois et que quiconque bâti une nouvelle ville à Delhi voit son empire s'effondrer, ce qui s'est effectivement révélé exact plusieurs fois. Les historiens s'accordent pour fixer le nombre de villes nouvelles construites à Delhi à neuf, qui sont :

  • Indraprastha : 1450 avant J.-C. Construite par les légendaires Pandava, héros du Mahabharata.
  • Lal Kot : 1060. Construite par le clan rajpoute des Tomara.
  • Siri : 1304. Construite par Ala-ud-Din. On peut encore voir certaines portions des murs d'enceinte.
  • Tughlaqabad : 1321. Construite par Ghiyas-ud-Din Tughluq. Des ruines de bâtiments et de murs sont encore visibles.
  • Jahanpanah : Mi-XIVe siècle. Construite par Muhammad-bin-Tughluq.
  • Ferozabad : 1354. Construite par Firuz Tughluq. Elle resta la capitale jusqu'à ce qu'Agra la devienne à son tour. De ses ruines s'élève toujours la colonne d'Ashoka.
  • Dilli Sher Shahi : 1534. Sa construction fut initiée par le moghol Humayun, poursuivie par Sher Shah et terminée par les Suri. Il en reste des portes, des murs, une mosquée et un grand puits.
  • Shajahanabad : Mi-XVIIe siècle. Construite après que l'empereur moghol Shah Jahan ait décidé de déménager d'Agra et de refaire de Delhi sa capitale. Cette ville correspond aujourd'hui à Old Delhi (le Fort Rouge, Jama Masjid, etc.)
  • New Delhi : Construite dans les années 1920 après le déplacement de la capitale de l'Inde britannique de Calcutta vers Delhi. L'architecte Edwin Lutyens dessina les principaux bâtiments administratifs toujours utilisés aujourd'hui (Parlement, Palais présidentiel, Cour Suprême, etc.)

Le fort rouge

La construction du Fort Rouge, ou Lal Quila, fut décidée par Shah Jahan en 1638 et achevée 10 ans plus tard. Le mur d'enceinte mesure 2km de long et sa hauteur varie entre 18 et 33 mètres. Le fort contient tous les signes du pouvoir moghol : des salles d'audience privée et publique, des palais, des pavillons, une mosquée, des jardins. La rivière Yamuna remplissait autrefois les douves aujourd'hui asséchées. L'entrée dans le fort se fait via la Porte de Lahore ainsi nommée car elle fait face à Lahore au Pakistan. Cette porte fut un symbole lors de la lutte pour l'indépendance et les grands discours politiques se font toujours à cet endroit. Elle ouvre sur la Chatta Chowk, une rue couverte bordée de petites échoppes occupées par des artisans. Une autre porte, la Delhi Gate, se trouve au sud du fort. Elle est flanquée de deux jolies statues d'éléphants. La Chatta Chowk aboutit à la Naubat Khana, ou Maison du Tambour. C'est là que les musiciens jouaient pour l'empereur et pour les visiteurs de rang.

Le fort abrite deux grandes salles d'audience, l'une publique : la Diwan-i-Am, l'autre privée : la Diwan-i-Khas. Dans la première l'empereur recevait les doléances du peuple assis dans une alcôve de marbre décorée avec des pierres précieuses. Dans la seconde il recevait ses intimes. C'est dans cette pièce que se trouvait le célèbre Trône du Paon, chef d'œuvre d'or et de pierres précieuses qui fut emporté en Iran par Nadir Shah en 1739. La Diwan-i-Khas, symbole du pouvoir central, fut mise à sac plusieurs fois après l'effondrement de l'empire moghol.

Plus au sud se trouve le Rang Mahal, ou Palais des Couleurs. Il doit son nom aux peintures intérieures aujourd'hui disparues. Il abritait les épouses et les maîtresses de l'empereur. Il possédait un plafond recouvert d'or qui se reflétait dans une piscine creusée dans un sol en marbre. Beaucoup d'autres monuments s'élèvent dans le fort dont les bains royaux, divers musées et la Moti Masjid (Mosquée de la Perle) construite par l'empereur Aurangzeb pour son usage personnel. Ses murs reproduisent la symétrie architecturale du fort.

Le fort rouge

Le fort rouge


La Jama Masjid

Il fut construit au XVIIe siècle par la Compagnie des Indes Orientales pour protéger ses intérêts. Aujourd'hui il abrite le Secrétariat et l'Assemblée législative. On y trouve aussi l'église Sainte Marie, construite en 1678. C'est la plus ancienne église anglicane de l'Inde. Le fort abrite un musée conservant de nombreux objets datant de la glorieuse époque de la Compagnie des Indes.

La Jama Masjid

La Jama Masjid


La Chandni Chowk

C'est l'artère principale de Old Delhi. Il s'agit en fait d'un immense bazar, surpeuplé et pollué. À son extrémité est se trouve un intéressant hôpital pour oiseaux géré par les jainas dont un temple, le Sisgunj Grudwara, s'élève non loin. Ce temple aux dômes dorés a été bâti à la mémoire du neuvième gourou jaina, Teg Bahadur, décapité à cet endroit par Aurangzeb en 1675.


Le Jantar Mantar

Il fut construit au XVIIe siècle par la Compagnie des Indes Orientales pour protéger ses intérêts. Aujourd'hui il abrite le Secrétariat et l'Assemblée législative. On y trouve aussi l'église Sainte Marie, construite en 1678. C'est la plus ancienne église anglicane de l'Inde. Le fort abrite un musée conservant de nombreux objets datant de la glorieuse époque de la Compagnie des Indes.

Le Jantar Mantar

Le Jantar Mantar


Le temple de Lakshmi

Communément appelé Birla Mandir car il fut construit par une riche famille, les Birla, en 1938, ce temple est dédié à la déesse Lakshmi. Gandhi accepta de l'inaugurer à la seule condition que tous, notamment les intouchables, puissent y pénétrer. Une plaque à l'entrée rappelle cette promesse. La fête de Janmashtami, qui marque la naissance de Krishna, y est particulièrement célébrée ici.

Le temple de Lakshmi

Le temple de Lakshmi


L'India gate

Cette arc de triomphe de 42m de haut fut érigé par les britanniques à la mémoire de 85000 soldats indiens qui perdirent la vie lors de la première guerre mondiale et de la guerre afghane de 1919. Sous l'arc brûle une flamme du soldat inconnu allumée après la guerre indo-afghane de 1971.

L'India gate

L'India gate


Le Rashtrapati Bhawan

Aujourd'hui résidence du Président de la République, ce bâtiment fut autrefois le Palais du Vice-Roi. Sa construction fut achevée en 1929 et son style est un élégant mélange d'architecture moghole et anglaise. L'escalier principal mène à un portique de 12 colonnes. Le point le plus remarquable du bâtiment est sa coupole de cuivre qui surplombe le Durbar Hall, pièce circulaire de 23 mètres de diamètre. C'est dans cette pièce que se tiennent les grandes cérémonies officielles.

À l'Ouest du Palais s'étend le Jardin Moghol, un grand jardin dessiné par Edwyn Lutyens. Le public y est admis à partir du printemps après délivrance d'une autorisation du Ministère du tourisme.

Le Rashtrapati Bhawan

Le Rashtrapati Bhawan


Le Sansad Bhawan

Construit dans les années 1920 par Robert Byron, cet édifice abrite aujourd'hui le Parlement. C'est un bâtiment de forme circulaire de 173 mètres de diamètre couronné d'un dôme culminant à 27 mètres de haut. Il est divisé en trois espaces semi-circulaires abritant la Lok Sabha (Chambre du Peuple), la Raya Sabha (Conseil des États) et la Bibliothèque. Une véranda avec 144 colonnes entoure les trois chambres. La visite peut se faire après avoir obtenu une autorisation auprès de l'accueil et sur présentation d'une lettre de recommandation de votre ambassade.

Le Sansad Bhawan

Le Sansad Bhawan


Le tombeau de Humanyun

Le tombeau du deuxième empereur moghol fut construit par son épouse Hamida Banu, aussi connue sous le nom de Bega Begum, en 1565. L'architecture du bâtiment inspira, dit-on, la construction du Taj Mahal. Il se dresse au milieu d'un jardin carré de style moghol lui-même divisé en carrés par des allées pavées. Un des cotés du tombeau ne possède pas de mur car à l'époque de la construction la rivière qui coulait là était sensée représenter le quatrième mur. Malheureusement cette rivière ne coule plus là aujourd'hui.

Le tombeau de Humanyun

Le tombeau de Humanyun


La qutab Minar

La construction de cette tour fut entreprise en 1193 par Qutab-ud-Din Aibak après sa victoire contre les hindous de Delhi et achevée par Feroz Tughlaq en 1368. On sait pas très bien s'il s'agit d'une tour de la victoire ou d'un minaret pour la mosquée toute proche. Elle mesure 72,5 mètres de haut pour 14 m de diamètres à la base et 2,75 m en haut. C'est la plus haute tour de pierre de l'Inde. Des balcons en saillie ornent chacun des cinq étages.

La qutab Minar

La qutab Minar


Le tombeau de Safgarjung

Le tombeau de Mirza Abul Mansur Khan, connu sous le nom de Safdarjung, fut construit par son fils en 1753. Il reprend en gros les plans du tombeau de Humayun mais en plus petit. Le bâtiment de deux étages se trouve au milieu d'un jardin moghol. C'est l'un des derniers bâtiments de ce genre construits avant l'effondrement de l'empire moghol.

Le tombeau de Safgarjung

Le tombeau de Safgarjung


Le temple Bahaï

Ce temple, construit dans les années 1980, est ouvert à toutes les religions, tous peuvent y venir prier, sans distinction de classe ou de race. Il n'y a pas de clergé et les rites consistent en la lecture de textes saints bahaï ou des autres religions. Ce bâtiment doit sa célébrité à son architecture en forme de lotus. Le soir il est éclairé par des projecteurs.

Le temple Bahaï

Le temple Bahaï


Histoire

La première cité de Delhi fut donc celle d'Indraprastha, fondée par les légendaires Pandava, héros du Mahabharata. Mais ce n'est qu'au XIe siècle que la ville s'agrandit vraiment avec l'arrivée des rajpoutes du clan Tomara. Leur souverain, Raja Anang Pal, construisit Lal Kot. La ville fut prise par les rajpoutes du clan Chauhan au XIIe siècle. Toutefois Delhi n'était pas encore le siège d'une quelconque autorité centrale, d'ailleurs à l'époque aucun dirigeant n'était capable de contrôler la région suffisamment longtemps pour établir un royaume. Les rajpoutes étaient en effet constamment en guerre les uns contre les autres.

En 1185 le turc Muhammad de Ghur prit Lahore et écrasa les rajpoutes lors de la bataille de Tarian en 1192. Delhi et Ajmer furent dès lors contrôlées par les turcs. Muhammad de Ghur retourna dans son royaume en laissant la direction de ses nouveaux territoires à Qutb-ud-Din Aibak. Ce dernier se déclara Sultan de Delhi en 1206 à la mort de Muhammad de Ghur, donnant ainsi naissance au Sultanat de Delhi. La région fut alors considérée comme un état à part entière et non plus comme une extension du royaume afghan. Qutb-ud-Din Aibak mourut en 1210. Les nobles mirent alors Aram Shah sur le trône avant de le remplacer huit mois plus tard par Malik Shams-ud-Din Iltutmish. Il renforça la position du Sultanat de Delhi en repoussant les afghans et les rajpoutes. c'est lui qui fit de Delhi sa capitale. Iltutmish mourut en avril 1236. Sa fille Razziya est désignée pour lui succéder. La sultane, au grand dam des nobles, dirigea le sultanat pendant quatre ans. Son règne fut suivit de celui de Bahram Shah (1240-12), Ala-ud-Din Masud Shah (1242-46) et Nasir-ud-Din Mahmud (1246-66). Puis Ghiyas-ud-Din Balban accéda au pouvoir. Il fut sans doute le plus grand sultan de la dynastie. Il hérita d'un territoire affaibli et attaqué de toutes parts par les mongols et les rajpoutes. Il consolida les frontières en bâtissant des citadelles garnies de fermiers-soldats Les mongols furent repoussés à deux reprises, en 1279 et en 1285. Un des grands mérites de Balban fut d'avoir organisé et sécurisé Delhi pour les dynasties à venir.

Le rôle de fondateur de la première dynastie de Delhi fut laissé aux Khalji, arrivés au pouvoir en 1290 avec à leur tête Jalal-ud-Din Feroze Khalji. Ce dernier fut assassiné par son neveu Ala-ud-Din en 1296. Il se proclama lui-même sultan de Delhi avant d'obtenir l'appui de la noblesse et du peuple grâce à l'or accumulé. L'un des grands succès d'Ala-ud-Din fut d'écarter définitivement la menace mongole après leur dernière tentative d'invasion en 1308. Sa politique d'expansion fit d'Ala-ud-Din le véritable premier empereur de l'Inde.

Après la mort d'Ala-ud-Din, de graves dissensions permirent aux Tughluq de prendre la succession des Khalji sur le trône de Delhi. Trois des villes historiques furent construites sous le règne des Khalji (Tughlaqabad, Jahanpanah et Ferozabad). Ghazi Malik inaugura la dynastie en sous le nom de Ghiyas-ud-Din Tughluq. Son fils Muhammad-bin-Tughluq lui succéda après un règne assez bref au cours duquel il bâtit Tughlaqabad. Il fut le premier considérer l'Inde comme un pays à part entière et il s'imagina que son dirigeant pouvait être le maître de l'Asie Centrale. Il envoya des missions en Chine, en Égypte et dans beaucoup d'autres pays. Très tolérant, il ouvrit de nombreux postes à responsabilités aux hindous. Il débuta la construction de la cinquième ville de Delhi (Jahanpanah). Sa plus malheureuse décision fut de déplacer sa capitale de Delhi à Daulatabad (à 1000 km plus au sud !) en obligeant la population à le suivre. Mais une fois là-bas il changea d'avis et fit demi-tour. La plupart des habitants de survécurent pas au voyage et Delhi perdit une grande part de sa grandeur. Il mourut en 1351.

Son neveu Firuz prit la succession. Il fut le plus grand bâtisseur de Delhi. Il construisit la sixième ville (Ferozabad), quatre mosquées, 30 palais, 200 caravansérails, des réservoirs, des hôpitaux, etc. Très aimé de son peuple, son règne fut cependant celui du déclin. Sa mort en 1388 fut suivie par la succession de sultans tous plus inaptes les uns que les autres. La guerre civile s'installa et laissa tout le loisir à Tamerlan d'envahir l'Inde de Nord en 1398. En décembre 1398 ce dernier prit Delhi et mit la ville à sac dans un bain de sang indescriptible. En mars 1399 Tamerlan quitta l'Inde en laissant derrière lui une Delhi dévastée. Une nouvelle dynastie émergea des ruines, celle des Sayyid. Le fondateur de la dynastie fut Khizr Khan, suivi de Mubarak Shah, puis de Muhammad Shah. Ce dernier eut la mauvaise idée d'abuser des ses pouvoirs. Sous la pression populaire, il transmit le pouvoir à Bhalul Lodi en 1451. Ce dernier inaugura la dernière dynastie du Sultanat de Delhi, celle des Lodi. Il mena avec succès de nombreuses batailles. En 1489 son fils Sikandar prit la succession et décida en 1504 de construire Agra et d'en faire sa capitale. Mais les charmes d'Agra n'eurent aucun effet sur son successeur, Ibrahim Lodi, qui préféra revenir à Delhi. Il dut mater plusieurs rébellions. Il était tellement sévère que le gouverneur du Penjab fit appel au moghol Babur pour le débarrasser de ce sultan autocratique. Trop content de cette opportunité, Babur franchit l'Indus en 1526 et affronta victorieusement les armées d'Ibrahim Lodi à Panipat. Ce dernier meurt à Delhi cette même année.

En 1530 Babur meurt en laissant les fondations de l'empire moghole à son successeur Humayun. Celui-ci consacra son début de règne à consolider ses positions. Mais, mauvais stratège, il perdit beaucoup de terrain et fut obligé de s'exiler en Iran après sa défaite face aux Suri de Sher Shah en 1543. Les Suri prirent le contrôle de Delhi et le gardèrent jusqu'en 1555. Cette année là Humayun refranchit l'Indus et s'empara très vite de Lahore, Delhi et Agra. Sher Shah et Humayun furent les constructeurs de la septième ville de Delhi.

Les deux rois suivants, Akbar (1556-1605) et Jahangir (1605-1627), marquèrent peu l'histoire de Delhi puisqu'ils y passèrent très peu de temps. Akbar, peut-être le plus grand roi que l'Inde ait connu, préféra Agra à Delhi et il construisit Fatehpur Sikri pour en faire sa capitale. Jahangir passa son temps entre Agra, Lahore et le Cachemire.

Delhi revint sur le devant de la scène avec Shah Jahan, le fils rebelle de Jahangir. Son règne fut salué comme celui de la période dorée de l'empire moghole car il fut relativement pacifique et prospère. Shah Jahan fut le plus grand bâtisseur de la dynastie. En 1639 il décida la construction d'une nouvelle ville à Delhi (Shahjahanabad). Son chef-d'oeuvre fut évidemment le Taj Mahal, construit à la mémoire de son épouse Mumtaz Mahal. Il fut néanmoins un despote et un musulman intégriste. En septembre 1657 il tomba malade et fut emprisonné par son propre fils Aurangzeb jusqu'à sa mort en 1666.

Le règne d'Aurangzeb fut marqué par un fondamentalisme religieux dont souffrirent énormément les hindous. Son règne fut le plus long de la dynastie et il dirigea un état qui n'avait jamais été aussi étendu. Il mourut en 1707. Bahadur Shah lui succéda à l'âge de 63 ans. Son règne marqua le début du déclin de l'empire moghole. Des 19 empereurs moghols qui succédèrent à Aurangzeb, 13 furent couronnés entre 1707 et 1837. L'affaiblissement de Delhi profita au roi persan Nadir Shah qui pénétra dans Delhi le 11 Mars 1739 en massacrant la population. Il repartit 57 jours plus tard en emportant le célèbre trône des moghols, le Trône du Paon. En janvier 1757, c'est Ahmad Shah Abdali, un ancien général de Nadir Shah, qui captura Delhi. Pendant plusieurs décennies l'histoire de Delhi fut marquée par des luttes locales. En 1803 les moghols firent appel aux britanniques pour les protéger des marathes. Dès lors, les souverains moghols n'eurent plus qu'un rôle honorifique.

En 1857 Delhi fut le siège de la mutinerie des cipayes (les soldats indiens enrôlés dans l'armée anglaise). Ceux-ci furent soutenus par le souverain moghol Bahadur Shah Zafar. Pendant 4 mois la bataille fit rage avant de tourner définitivement à l'avantage des anglais le 20 septembre 1857. Les mutins furent capturés et exécutés, la famille royale moghole fut exilée. La Couronne Britannique décida de mettre fin aux pouvoirs de la Compagnie des Indes et prit les commandes du raj. La capitale fut déplacée de Delhi vers Calcutta. Delhi conserva toutefois son influence. C'est là que le roi George V annonça en 1911 la décision de bâtir une nouvelle ville à Delhi et d'en faire la nouvelle capitale de l'Inde. La construction de New Delhi fut confiée à Edwin Lutyens. Elle débuta en 1913 et le Vice-Roi s'y installa en décembre 1929. New Delhi fut inaugurée en février 1931.

Delhi fut la place forte des mouvements nationalistes. En 1912 Lord Hardinge, le Vice-roi, fut victime d'une tentative d'assassinat. En 1942 le mouvement Quit India fut lancé. En 1947 le nouveau Vice-roi, Lord Mountbatten, s'installa à Delhi avec pour mission de débarrasser l'Angleterre du problème indien. Le 15 Août 1947, l'indépendance de l'Inde est proclamée. Gandhi est assassiné à Delhi le 30 janvier 1948 aux termes de plusieurs mois de combats entre communautés religieuses. En 1950 la ville est officiellement choisie comme capitale de la République Indienne.



Voir aussi :

Toutes les provinces de l'Inde

Histoire de l'Inde





Copyright 2013 - 2019 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Orientales. Auteur du site : Voir crédits.