La province indienne de Goa

FR EN ES



Province de Goa


Goa est le plus petit état de la République indienne et pourtant l'un des plus connu. D'une superficie de 3700 km2, il accueille 1,3 million d'habitants, les goanais. La capitale est Panaji et la langue officielle est le konkani. Ancienne colonie portugaise, Goa est devenu depuis son rattachement à l'Inde en 1961 un paradis tropical pour occidentaux en mal de dépaysement. À l'instar de Pondichéry, les villes de Goa ont gardé cette architecture rétro des métropoles européennes. La présence des catholiques y est encore très forte. Goa n'offre pas seulement des paysages de cartes postales mais aussi de nombreux sites à visiter.

Aujourd'hui Goa vit surtout de la pêche et du tourisme dont le développement anarchique tend à dénaturer les sites naturels.


Histoire

Les premières références de Goa se trouvent dans le Mahabharata sous le nom de Gomantak. On y parle déjà de son aspect paradisiaque et fertile. Connue des voyageurs grecs et arabes la région de Goa fut sous la tutelle de nombreux royaumes dont celui d'Ashoka au IIIe siècle avant J.-C. De nombreuses dynasties se disputèrent la contrôle de Goa qui ne fut pourtant jamais une capitale. En 1510, lorsque les portugais débarquent à Goa, la région est gouvernée par les musulmans.

Les portugais qui avaient déjà construit quelques forts au Kerala, avaient besoin d'un port pour contrôler le commerce des épices. Ils arrivent en force et laissent l'inquisition catholique se déchainer contre les non chrétiens. Au milieu du XVIIe siècle l'influence des portugais décline face aux britanniques mais ils réussissent à conserver Goa.

Au début du XXe siècle le colonialisme est violemment critiqué. En 1947 l'Inde obtient son indépendance mais devra attendre 1961 avant de récupérer Goa par la force.


Carte de la province de Goa

Carte de Goa

Carte de Goa


Panaji

La capitale de l'état de Goa est une charmante petite ville au style latin. Du temps des portugais la ville s'appelait Panjim.

En 1759 le Vice-Roi Dom Manuel de Saldanha de Albuquerque déménagea et vint s'installer à Panjim au fort Adil Shah. La cité ne se développa que sous le gouvernement de DOM Manuel de Castro de Portugal ( 1826-1835 ). Il aménagea la ville, construisit de nombreux bâtiments et un système d'évacuation des eaux. Le 22 mars 1843 un décret royal en fit la capitale de la région. Aujourd'hui on divise traditionnellement la ville en deux quartiers : Fontainhas et Sao Thome

Notre Dame de l'Immaculée Conception

Construite en 1541 et reconstruite en 1619 elle serait l'une des plus anciennes églises d'Inde. Les marins portugais avaient pour habitude de venir se recueillir ici à leur arrivée à Goa. Elle est connue pour ses curieux escaliers en zigzag ajoutés au XIXe siècle et pour sa grosse horloge. Une chapelle dédiée à Saint François-Xavier se trouve à l'intérieur ainsi que deux autels de style baroques.

Notre Dame de l'Immaculée Conception

Notre Dame de l'Immaculée Conception


Le secrétariat

Sans doute le plus ancien bâtiment de Panaji. Cet édifice était à l'origine le palais du sultan Adil Shah puis il devint la résidence du Vice-roi portugais en 1759 jusqu'en 1918. À l'indépendance les autorités y installèrent le Secrétariat de Goa, l'assemblée législative et des bureaux gouvernementaux.


Le temple de Mahalaxmi

Ce temple fut construit en 1818 avec l'autorisation des portugais après 300 ans d'interdiction. La divinité du temple, en pierre noire, provient du village de Taleigao et fut cachée à Bicholim au 16è siècle pour échapper à la destruction.


Les vieux quartiers

Les vieux quartiers de Fontainhas et Sao Thome sont les plus anciens et les plus pittoresques de Goa. Les petites ruelles pavées bordées de petites maisons à balconnets et aux volets peints rappellent les villages du Portugal. La petite chapelle de Saint Sebastian ne paye pas de mine mais renferme de beaux objets dont un crucifix sur lequel le Christ a les yeux ouverts.


Old Goa

Old Goa était, sous le nom d'Ela, la capitale de la région sous le règne de Adil Shah. Elle faillit même devenir la capitale du royaume de Bijapur mais l'arrivée des Portugais en décida autrement. Ceux-ci en firent une cité magnifique qu'on surnomma "la Lisbonne de l'Orient". En 1759, le siège de la Vice-Royauté fut déplacé à Panaji. Après avoir perdu son statut de capitale en 1843 Old Goa déclina rapidement. Aujourd'hui encore Old Goa est une ville de pèlerinage pour les catholiques.

La cathédrale de Sé

Les portugais construisirent une première église à cet endroit en 1510 puis une seconde à la place en 1515. Elle devint cathédrale en 1538 avec la création du diocèse de Goa. Le bâtiment tel qu'il apparaît aujourd'hui fut érigé entre 1562 et 1652 par décision du Vice-Roi.

Son architecture extérieur mêle le style toscan et le style dorique alors que l'architecture intérieure s'inspire du style corinthien. À l'origine l'édifice comprenait deux tours mais celle du nord s'effondra en 1776. La tour sud abrite une très grosse cloche surnommée "la cloche d'or". L'intérieur contient de très belles chapelles richement décorées.

La cathédrale de Sé

La cathédrale de Sé


L'église Saint François d'assise

Le couvent et l'église Saint François d'Assise furent créés par les franciscains qui débarquèrent à Goa en 1517. Il n'y avait alors qu'une chapelle consacrée en église en 1521. En 1835 le couvent fut fermé par les portugais et les moines expulsés. Depuis 1964, il abrite le musée archéologique.

L'église fut reconstruite en 1661 dans le style toscan pour l'extérieur et dans le style corinthien pour l'intérieur. On peut y admirer des peintures et des fresques bibliques. Des six chapelles d'origine, il n'en reste que trois. Une statue en bois de Saint François d'Assise se trouve dans l'une d'elles.


La basilique de Bom Jesus

Le plus connu des édifices religieux de Goa puisqu'il abrite les reliques de Saint François-Xavier, patron de Goa. Ce jésuite fut envoyé en Orient en 1541 pour évangéliser les colonies portugaises. Il mourut en Chine et ses fidèles constatèrent l'incorruptibilité de son corps et le ramenèrent en Inde. Le miracle fut reconnu par l'Église et François-Xavier fut canonisé en 1662. Les reliques du corps sont contenues dans une urne en cristal depuis 1955, elle-même enfermée dans un cercueil en verre. Elles font l'objet d'une exposition publique tous les dix ans. La chapelle qui l'accueille est un chef-d'oeuvre de l'art italien. Elle possède de très belles peintures ayant pour sujet la vie du saint.

La construction de la basilique débuta en 1594 et elle fut consacré le 15 mai 1605. L'autel principal est recouvert de dorures. Il est dominé par une grande statue de Saint Ignace de Loyola. Dans la nef on peut voir le cénotaphe de Dom Jeronimo Mascarenhas, Capitaine de Cochin et bienfaiteur de l'église.

La basilique de Bom Jesus

La basilique de Bom Jesus


Les ruines de l'église St Augustin

De cette église construite en 1602 il ne reste que la tour haute de 46 mètres. À la fin de sa construction, l'église Saint Augustin était probablement la plus grande de Goa, mais après le départ des religieux en 1835 elle tomba en décrépitude. En 1871, on installa la cloche qui se trouvait dans la tour dans l'église Notre-Dame de l'Immaculée Conception à Panaji. La façade s'écroula en 1931 et le reste en 1938.


L'église et le couvent Santa Monica

La construction du couvent débuta en 1506 sous les auspices de l'archevêque Dom Frei Alexio de Menezes et se termina en 1627. En 1636, le roi du Portugal accepta d'en être le parrain. C'est pourquoi on parla du couvent royal de Santa Monica. Il pouvait accueillir quelques centaines de religieuses et servait de lieu d'accueil pour les épouses durant l'absence de leurs maris. Le couvent fut fermé en 1885. Il abrite aujourd'hui le centre théologique de l'institut Matar Dei. L'église de style classique abrite "la croix miraculeuse". D'après la légende, le 8 février 1636, du sang coula des blessures du Christ crucifié et ses yeux s'ouvrirent. Le miracle fut attesté le 24 août de la même année.


Ponda

La ville de Ponda n'a rien de particulier en elle-même mais elle est considérée comme le coeur hindouiste de Goa en raison de la présence de nombreux temples dans sa région. C'est en effet ici que la plupart des hindous fuyaient les persécutions portugaises. La plupart des temples ont été construits pour abriter les représentations des divinités que les fidèles protégeaient de la destruction.

Le temple de Sri Mangesh

Ce très élégant temple du XVIIIe siècle est l'un des plus important de Goa. Il marie les styles hindou et portugais. Il est dédié à Mangheshi, l'une des incarnations de Shiva. À l'intérieur se trouvent deux sanctuaires dédiés à Parvati et Ganesh. Le bassin est la partie la plus ancienne du temple. À l'extérieur d'élève une très belle tour à six étages, une deepstambha, typique de l'architecture goanaise.

Le temple de Sri Mangesh

Le temple de Sri Mangesh


Le temple de Mahalsa Narayani

Ce temple fut construit au début du 16è siècle en l'honneur de Mahalsa Narayani, une incarnation féminine de Vishnu. Le temple est connu pour abriter une très belle représentation de Garuda, la monture ailée de Vishnu. À l'extérieur se trouve une deepstambha à six niveaux.

Le temple de Mahalsa Narayani

Le temple de Mahalsa Narayani


Le temple de Shantadurga

Construit en 1738 ce très joli temple est dédié à Shantadurga, incarnation de Parvati et déesse de la paix. Le sanctuaire principal contient une représentation de Shantadurga entourée de Shiva et Vishnu. Comme beaucoup d'autres, le temple est flanqué d'une deepstambha et d'un ratha (chariot sculpté).

Le temple de Shantadurga

Le temple de Shantadurga


Le temple de Nagesh

Comme l'indique une inscription à l'intérieur, ce temple fut érigé en 1413 pour Nagesh, dieu des serpents et incarnation de Shiva. Le hall principal est décoré de panneaux en bois sur lesquels sont représentés des scènes du Ramayana et du Mahabharata. Dans le saint des saints se dresse un lingam tandis qu'à l'entrée du temple un Nandi accueille les fidèles.

Le temple de Naguesh

Le temple de Naguesh


Le temple de Sri Mahalakhmi

Situé non loin du temple de Nagesh, il est dédié à Mahalakshmi, épouse de Vishnu. La particularité de la représentation de cette divinité est qu'elle porte ici un lingam, symbole de Shiva, sur la tête. Le hall principal du temple abrite une collection unique de 18 représentations en bois de Vishnu.


La mosquée Safa Shahouri

Il s'agit de la plus ancienne et la plus grande mosquée de Goa. Elle fut construite, comme 25 autres, par le sultan de Bijapur Adil Shah dans les années 1560. Le bassin en face de la mosquée est d'époque.


Les plages

Goa est célèbre pour ses plages qui attirent depuis les années 60 des milliers de touristes en quête de dépaysement. Elles offrent toutes sortes d'activités diurnes et nocturnes et chacun y trouve son coin de paradis en fonction de ses envies et de son budget. Les plus belles et les plus courues se trouvent au Nord de Panaji (entre Candolim et Chapora) et au Sud de Vasco de Gama.

Candolim

Ce petit village de pêcheurs a beaucoup perdu de son charme en raison de l'explosion du tourisme. Les plages de Candolim et Sinquerim sont très fréquentées. Il offre cependant de bonnes infrastructures et la région est jolie. Candolim est célèbre pour la présence du Fort Aguada au Sud de la ville. Cette imposante structure défensive fut construite par les portugais en 1612 pour protéger l'estuaire de la Mandovi. Très bien conservé il offre aujourd'hui un beau panorama.


Calangute

Le village de Calangute fut longtemps un des grands points de rendez-vous des hippies. Cette époque est révolue et a fait place au tourisme de masse. Calangute est divisé en quartiers (les waddos). A voir, l'église St. Alex construite en 1741. Comme Candolim, la plage de Calangute souffre de son succès et est très fréquentée. Elle offre quantités d'activités mais ce n'est pas la plus belle plage. La route qui y mène est bordée d'échoppes d'artisans. Il est préférable d'aller un peu plus au nord vers la plage de Baga, moins fréquentée et plus agréable.

La plage de Calangute

La plage de Calangute



Voir aussi :

Toutes les provinces de l'Inde

Histoire de l'Inde




Copyright 2013 - 2019 - Prohibida la reproducción sin el permiso del autor. Este sitio web es privado, no oficial, como resultado del trabajo de compilación de las obras de diferentes autores. A menos que se indique lo contrario, las fotos son libres de regalías. Para distinguir ilustraciones gratuitas de otras, ver: Fuentes documentales. Otros sitios web del mismo autor en otros dominios: Marguerite Duras, Pirineos Orientales. Autor del sitio: ver créditos.