Joseph Fourier


Joseph Fourier

Joseph Fourier

Biographie

Joseph Fourier est l'un des 72 savants dont le nom est inscrit sur le premier étage de la tour Eiffel. Il est le 13e, sur la face tournée vers l'Ouest.


Jean-Baptiste-Joseph, baron Fourier, mathématicien, est né à Auxerre, le 21 mars 1768 II est mort à Paris, le 16 mai 1830. Son père était un tailleur d'habits. Il devait devenir l'un des plus grands géomètres du XIXe siècle, membre de l'Institut, secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences, l'un des Quarante de l'Académie française, et.... baron, et préfet du premier Empire. Il fut extrêmement précoce; devenu orphelin à huit ans, il fut recueilli par une dame, qui avait été séduite par la gentillesse et la pétulance de son esprit. A treize ans, les heures réglementaires du travail ne suffisaient plus à satisfaire son insatiable curiosité. Des bouts de chandelles soigneusement recueillis dans la cuisine, les corridors et le réfectoire du collège, servaient de nuit, dans un âtre de cheminée fermé avec un paravent, à éclairer les études solitaires par lesquelles Fourier préludait aux travaux qui, peu d'années après, devaient honorer son nom et sa patrie. Il voulait se présenter à l'Ecole militaire réservée aux nobles. On ne le lui permit pas. Sa demande à l'effet de subir l'examen de l'artillerie, quoique vivement appuyée par Legendre, fut repoussée par le ministre avec ces mots, tout à fait cyniques, a dit Arago : "Fourier n'est pas noble. Il ne peut entrer dans l'artillerie, serait-il un second Newton !" Fourier n'ayant pu ceindre l'épée prit l'habit de bénédictin et se rendit à l'abbaye de Saint-Benoit-du-Loir. Mais il n'y resta pas longtemps, les idées de liberté et de régénération sociale de la France s'étant emparées de lui en 1789. Ses anciens maîtres cependant lui confièrent alors la principale chaire de mathématiques de l'Ecole militaire d'Auxerre. Au bout de quelques mois, il se rendit à Paris pour lire devant l'Académie des Sciences un Mémoire sur la résolution des équations numériques de tous les degrés. Il retourna à Auxerre, y prit une part active aux événements et fut appelé par Monge à l'Ecole polytechnique, dès sa fondation. Napoléon 1er , désigna pour faire partie de l'expédition d'Egypte, et quelques années plus tard il devait le faire baron. Il ne revint en France qu'en 1802, époque à laquelle il fut nommé préfet de l'Isère, fonctions qu'il conserva jusqu'en 1815. A cette époque, il rentra dans la vie privée et se consacra entièrement à la science et à ses devoirs de double académicien. Ses travaux sur la théorie mathématique de la chaleur, sur la chaleur centrale du globe terrestre, sur la résolution générale des équations algébriques, sur l'analyse des équations déterminées, constituent ses principaux titres de gloire,

comme ses éloges de Delambre, de Bréguet, d'Herscheil, du physicien Chasles, assurent ses principaux titres littéraires. Fourier avait conservé dans sa vieillesse la grâce, l'urbanité, les connaissances variées qui, un quart de siècle auparavant, avaient donné tant de charmes à ses leçons de l'Ecole polytechnique. On prenait un extrême plaisir à le fréquenter, à l'entendre. Cependant, n'approchait pas de lui qui voulait, fùt-on un important personnage. "Il est étrange, disait à ce sujet un des chambellans de la Cour de Charles X, à qui le domestique de Fourier ne voulait pas permettre de dépasser l'antichambre, — il est vraiment singulier que votre maître soit difficile à aborder qu'un ministre!" Fourier, qui était alité, entend le propos, saute à bas de son lit, ouvre la porte de la chambre et, face à face avec le courtisan : "Joseph, s'écrie-t-il, dites à monsieur que si j'étais ministre, je recevrais tout le monde, parce que tel serait mon devoir. Comme simple particulier, je reçois qui bon me semble et quand bon me semble."

Déconcerté par la vivacité de la boutade, le grand seigneur ne répondit pas un mot, partit et ne revint plus. Fourier était doué d'une constitution qui lui promettait de longs jours. Mais, comme le dit Arago dans ses souvenirs sur ce grand mathématicien, les dons naturels ne peuvent rien contre les habitudes antihygiéniques que les hommes se créent comme à plaisir. Pour se dérober à de légères atteintes rhumatismales, Fourier s'habillait, pendant l'été même, comme ne le font pas les voyageurs condamnés à hiverner au milieu des glaces polaires. "On me suppose de l'embonpoint, disait-il en riant. Soyez assuré qu'il n'en est rien. Si, à l'exemple des momies égyptiennes, on me soumettait à l'opération du désemmaillottement, on ne trouverait comme résidu qu'un corps fluet." Dans les appartements de Fourier, toujours peu spacieux et fortement chauffés en toutes saisons, les courants d'air auxquels on était exposé près des portes, ressemblaient au terrible simoun du désert. Le baron Larrey, son ami, son ancien compagnon dans l'expédition d'Egypte, son collègue à l'Institut, ne réussit jamais à lui faire modifier ce régime funeste, cause de sa fin prématurée.

La ville d'Auxerre a élevé une statue à Fourier, le 4 mai 1849. Ses œuvres ont été réunies par les soins de M. Gaston Darboux, membre de l'Académie des Sciences, sous les auspices du ministère de l'instruction publique, et publiées en deux forts volumes in-4°, par MM. Gauthier- Villars et fils, éditeurs à Paris. Le portrait ci-dessus a été pris sur une lithographie exécutée d'après nature en 1828 par Jules Boilly.



Voir aussi :

Toutes les biographies


La tour Eiffel



Copyright 2013 - 2017 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes. Auteur du site : Voir crédits.