French flag United Kingdom flag



Edouard de Laboulaye

Juriste, historien, politicien


Edouard de Laboulaye

Edouard de Laboulaye

Les jeunes années

De son nom complet Édouard René Lefebvre de Laboulaye, Édouard Laboulaye est né le 18 janvier 1811 à Paris de Auguste Lefebvre de Laboulaye (1779-1824), régisseur de l'octroi de Paris, chevalier de la Légion d'honneur. Il a grandi dans une famille aisée de la capitale, puis il fit des études de droit et sortit du système éducatif avec une licence. Durant ses premières années professionnelles il est fondeur en caractères, un emploi qu'il occupe grâce à son frère Charles, fabricant de caractères d'imprimerie et président du Cercle de la librairie. Il rédige un premier ouvrage qui sera couronné de succès, une histoire du droit de Constantin à nos jours et qui lui vaudra les honneurs de l’Académie des inscriptions et des belles-lettres, académie qu'il intègrera le 17 janvier 1944, à 33 ans seulement. Les années suivantes il voyagera en Europe et s'intéresse au droit allemand ainsi qu'à l'histoire. En 1849 il devient professeur de législation comparée au Collège de France et commence à s'intéresser aux Etats-Unis, un Etat récent. Très vite il y trouvera une vision de la Liberté avec laquelle il est en accord et n'aura alors de cesse de la faire appliquer dans son pays.


Son engagement

A partir de 1850 il donne des cours sur le droit américain, il est l'un des premiers à le faire, s'inscrivant dans la mouvance de la découverte de ce pays, mouvance commencée depuis les années 30 et qui se caractérisait par la publication régulière d'ouvrages sur les Etats-Unis par des auteurs faisant référence. Il prit fait et cause contre l'esclavage, dénonçant sa pratique (il fut président d'un rassemblement en faveur des esclaves affranchis d'Amérique, à Paris en janvier 1865), mais en faisant cela il se mit à dos le gouvernement autoritaire du second empire. Il se met alors à souffler le chaud et le froid pour éviter d'être destitué. Il abandonne ses cours sur le système constitutionnel américain et choisit comme matière principale l'histoire religieuse, plus conforme à ce qu’attendaient les dirigeants. Ainsi il put conserver son poste, mais durant ses cours il prônait l'égalité des religions et la séparation de l'Eglise et de l'Etat, des thèmes opposés au gouvernement de Napoléon III. Lorsque ce gouvernement commença à faiblir il publia un ouvrage satirique, le Prince Caniche, une satire sociale qui lui aussi eu du succès. En 1855 il fonde la « Revue historique de droit français et étranger », et publie de plus en plus souvent des articles dans la presse, se faisant connaître peu à peu.

Ces années passées lui ont forgé le caractère. Initialement timide, il est devenu un véritable orateur, capable d'attirer l'attention simplement par sa présence. Il est écouté dans le pays. Ses convictions font de lui un homme respecté. Il est d'un naturel austère, calme. Il publie régulièrement des billets dans le "Journal des Débats" ainsi que d'autres textes dans la presse. Il obtient un grand succès populaire avec son ouvrage "Paris en Amérique", publié en 1863 sous le nom « Dr René Lefebvre ». Ce livre fut réédité 43 fois, dont 8 fois en anglais. Il s'agit d'un roman pamphlétaire et philosophique à la gloire de la Liberté dont le récit est d'une grande qualité. Cette époque est marquée par ses combats pour l'égalité devant l'éducation, avec comme fer de lance l'abrogation du monopole d'Etat sur l'Education Nationale.

En 1865 il organisa un repas dans sa maison de campagne en compagnie de divers républicains. C'est à l'issu de ce repas que fut lancé l'idée d'un don de la France aux Etats-Unis, la genèse de la construction de la Statue de la Liberté.


Le député

Sa carrière politique commence réellement en 1863, quand il se présenta pour la première fois à la députation, hélas pour lui sans succès, comme ce fut aussi le cas en 1866, 1869, 1870 et 1871. Cette année-là il reçut l’appui de l’Union de la presse parisienne et fut élu aux élections complémentaires du 8 juillet suivant. Il devient alors un acteur incontournable du centre gauche auquel il apporte ses convictions libertaires. Il est soutenu par le peuple, plutôt hostile à la fermeté du gouvernement de l'époque. En 1873 il est élu administrateur du Collège de France, un poste qu'il occupera jusqu'à sa mort dix ans plus tard, le 25 mai 1883. Il n'aura jamais pu voir la statue de la Liberté terminée, une œuvre pour laquelle il aura beaucoup travaillé.


Vie privée

Edouard de Laboulaye s'est marié deux fois, la première en 1832 à l'âge de 21 ans, une union faite avec Augusta Virginie Paradis et qui engendrera un fils, Paulin, né en 1832. Il sera plus tard ambassadeur de France à Madrid et à Saint-Pétersbourg. Neuf ans plus tard, en 1841, il devient veuf et se remariera avec Louise Alexandrine Valérie Michelin-Tronsson du Coudray.





Copyright 2013 - 2017 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes. Auteur du site : Voir crédits.