French flag United Kingdom flag



Le Colosse de Rhodes


Le colosse de Rhodes

Le colosse de Rhodes

Le Colosse de Rhodes est la principale source d'inspiration de la Statue de la Liberté.

Le Colosse de Rhodes est une statue du IIIe siècle avant JC. Détruite de nos jours, elle est invariablement représentée comme un homme quasiment nu portant une couronne de rayons solaires et brandissant une torche. L'analogie est frappante avec la statue de la Liberté, nous sommes là dans le véritable modèle de l'œuvre de Bartholdi. Elle mesurait 32m de hauteur et était faite en bronze. Sa construction débuta en 292 avant JC et dura 12 ans. Les raisons de sa construction étaient simples. En 304 avant JC le peuple de Rhodes (une île grecque proche de la Turquie, autrefois indépendante) survécut à un terrible siège. C'était une excellente cause à célébrer, car il s'agissait du troisième siège subi par l'île en moins de 30 ans. Le peuple était si reconnaissant qu'il décida d'élever une immense statue au dieu du Soleil Hélios, protecteur de l'île. La statue fut construite grâce à la vente des équipements militaires abandonnés sur le terrain par Démétrios Poliorcète qui, avec 40 000 soldats, avait mené l'attaque de la capitale de l'île.

La statue se dressait sur un socle de marbre, au fond du port de Rhodes. Elle était faite de pièces de bronze sur un cadre de fer. En dépit des grands efforts du sculpteur, Charès de Lindos, le Colosse resta debout moins de 60 ans : Ce fut, parmi les sept merveilles du Monde, celle qui eut la vie la plus brève. Elle fut malheureusement détruite lors d'un fort tremblement de terre en 226 avant JC. Cassée au niveau des genoux, elle s'effondra et tomba en morceaux. La statue brisée resta sur place jusqu'en 654 après JC. Les Arabes, qui avaient envahi Rhodes, vendirent le bronze à un marchand syrien qui l'emporta sur le dos de 900 chameaux. Il ne reste plus aujourd'hui la moindre trace du colosse.

L'île de Rhodes était célèbre pour ses statues, et selon l'auteur romain Pline, la capitale était fière d'en posséder 3000. Certaines étaient en pierre, et d'autres, comme le colosse, en bronze. Bien que de grandes statues en bronze aient été fabriquées ailleurs, comme celle d'Athéna, faite par Phidias, haute de 12m et installée au Parthénon d'Athènes, aucune n'était à l'échelle du Colosse.

Carte de Rhodes

Carte de Rhodes

Rhodes est la plus grande île grecque de l'archipel du Dodécanèse. Elle est située à 19Km environ au large de la côte turque. Le port de la capitale, également nommé Rhodes, passe pour être le lieu où se trouvait le Colosse, mais personne ne sait exactement. Rhodes était une ville protégée par un rempart de 15Km de long et un fossé large, forçant les assaillants à utiliser une tour pour entrer en ville. Dédié à Hélios, Dieu du Soleil, la ville possédait un grand temple. Certains pensent que la statue était située à proximité de ce temple, mais les représentations qui nous sont parvenues indiquent qu'elle était à l'entrée du port. Par contre, ces mêmes représentations nous montre une statue enjambant l'entrée du port, ce qui est physiquement faux car elle telle statue aurait fait non seulement beaucoup plus de 32 mètres de haut, mais elle aurait fait un poids que la structure n'aurait pas tenu. Le concepteur de la statue était Charès de Lindos (Lindos était l'une des trois grandes villes de Rhodes). Il était adepte d'un style réaliste, choisi pour magnifier le réalisme des statues et traduire la force et le mouvement. On raconte que le visage du colosse de Rhodes était celui d'Alexandre le Grand.


Construction du colosse de Rhodes

La construction de cette statue a dû être épique. A partir d'un large socle de marbre les constructeurs montèrent l'immense statue pièce par pièce. Des pièces moulées et assemblées formèrent les pieds dont la taille dépassait déjà celle de la plupart des statues déjà existantes. De lourds blocs de pierre furent utilisés pour ancrer le bas des jambes, qu'on entoura d'un solide cadre de fer auquel on fixa les plaques martelées les plus fines. Chaque plaque était mise en forme avant d'être hissée à sa place et fixée aux pièces voisines et au cadre de fer. Le colosse grandissait peu à peu, grâce aux ouvriers qui apportaient infiniment de soin à l'œuvre à laquelle ils participaient : construire la plus grande statue qui ait sans doute jamais existé. Pour parfaire le travail, les ouvriers durent polir la surface su Colosse jusqu'à ce qu'il brille au Soleil.

Le choix du bronze n'était pas anodin. Il s'agit d'un alliage entre le cuivre et le fer. Plus solide que le fer, il résiste mieux aux conditions atmosphériques. Il convient donc bien à la fabrication de statues devant être exposées à l'extérieur, et en particulier à l'air marin chargé de sel. Quand le Colosse fut terminé il était très difficile de faire des statues plus grandes que nature en une seule pièce. La seule façon de procéder était de fabriquer différentes pièces, travaillées ou plates. Un texte ancien rapporte que le Colosse comportait plus de 13 tonnes de bronze, mais il semble que ce soit sous-estimé. Les pièces travaillées de la base de la statue étaient coulées dans des moules, les pièces plates étaient de fines feuilles de métal martelé.

En pratique...

La base de la statue est la pierre, le fer et le cuivre. Ce dernier était utilisé dès 2500 ans avant JC, il fut le premier métal à être exploité. Il a longtemps servi à la fabrication de pièces de monnaie. Il est en grande partie enfoui dans la terre. Les Grecs importaient leur cuivre de Chypre. Autrefois les travaux dans la mine étaient pénibles : des effondrements entraînaient de nombreux accidents mortels. Les puits pouvaient atteindre 12m de profondeur. Les mineurs travaillaient dans des couloirs si étroits qu'ils ne pouvaient pas se tenir debout. Le minerai était remonté à la surface dans des paniers, où il était chauffé pour en réduire le cuivre. Puis des copeaux de cuivre et des blocs d'étain, appelés lingots, étaient pesés et mélangés dans les bonnes proportions pour faire du bronze. Le cuivre était le composant principal pour faire le bronze de la statue : Il entrait pour 80 à 90% dans sa composition. Une fois fondu il se coule plus facilement que le cuivre, il convient donc assez bien au moulage. Les ouvriers transportaient le métal fondu du four au moule dans une immense cuillère en fer. Au final ils obtenaient de fines feuilles de bronze ou d'autres, plus épaisses, à la forme désirée. Les moules étaient en argiles et pouvaient servir plusieurs fois. L'étape suivant consistait à éliminer les bords rugueux, puis à polir les plaques. Ces plaques étaient ensuite apportées sur le site d'assemblage, où elles étaient reliées les unes aux autres par des chevilles. Les plaques des pieds et des chevilles étaient spéciales, elles étaient uniquement moulées (à cause de leurs formes) et devaient peser plus lourd que les autres, pour assurer la stabilité de l'ensemble. D'ailleurs le bronze en lui-même est un métal lourd. Un cube de 30cm de côté pèse 248Kg. Des équipes d'esclaves devaient être nécessaires pour hisser les lourdes pièces et les mettre en place.


Anecdotes

Vu que la statue mesurait 32m de haut, et qu'il a fallu 12 ans pour la construire, ça signifie qu'elle a eu un rythme d'élévation de 2,75m par an.

Strabon, un contemporain littéraire de la statue, disait qu'il a fallu 500 talents de bronze et 300 talents de fer pour la construire. Un talent était une unité de mesure de poids. De nos jours, ça équivaut à 12,9 tonnes de bronze et 7,7 tonnes de fer.

Le colosse fut considéré comme l'une des sept merveilles du Monde, et ça malgré le fait qu'à l'établissement de cette liste il était déjà détruit.

Selon une légende on raconte que Charès, le sculpteur, se donna la mort quand on lui signala une légère imperfection dans sa statue.

Il parait que les doigts du colosse étaient si grands que le bras d'un homme ne pouvait pas en faire le tour. D'après des calculs modernes, c'est tout à fait possible.





Copyright 2013 - 2017 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes. Auteur du site : Voir crédits.