French flag United Kingdom flag



Le colosse de Rhodes


Le colosse de Rhodes était une statue gigantesque située à proximité du port de la ville de Rhodes, principale ville de l'île du même nom. Elle se trouve en Méditerranée, dans la mer Egée, à proximité des côtes turque et c'est la plus grande des îles grecques de cette mer. La statue représentait Elios, Dieu du Soleil, elle fut commencée en 292 avant JC pour une durée de construction de 12 ans. Elle détient le triste record de la merveille du Monde la plus brève : 60 ans plus tard elle était déjà démolie, là où la pyramide de Khéops est toujours debout malgré ses 4500 ans.

Colosse de Rhodes

Colosse de Rhodes


Description du colosse

Avec une durée de vie aussi courte il est difficile de savoir exactement à quoi ressemblait cette statue. Toutefois sa popularité était telle qu'elle a été décrite et reproduite à plusieurs reprises, et en croisant ces informations on parvient à savoir qu'il s'agissait d'un homme quasiment nu portant une couronne de rayons solaires sur la tête et brandissant une torche. Elle mesurait 32m de hauteur et était faite en bronze, sauf le socle et les pieds, sur laquelle elle était montée, qui étaient en marbre, un matériau réputé pour sa solidité.

On raconte que le visage du colosse de Rhodes était celui d'Alexandre le Grand, mais il est impossible de le confirmer ou l'infirmer. C'est toutefois peu probable.


Emplacement

Rhodes est la plus grande île grecque de l'archipel du Dodécanèse. Elle se trouveà 19Km seulement au large de la côte turque. Le port de la capitale, également nommé Rhodes est le lieu où se trouvait la statue mais personne ne connait l'emplacement exact. Les fouilles archéologiques n'ont pour l'instant rien donné, ce qui n'est guère étonnant car le site devait être beaucoup plus petit que, par exemple, le site du temple d'Artemis. De plus une fois effondrée la statue est restée en l'état pendant longtemps, puis le site fut dégagé. Il est probablement que l'urbanisation de Rhodes et de son port est eu raison des hypothétiques vestiges, ce qui fait que de nos jours il est impossible de savoir précisément où il se trouvait.

Ce que l'on peut indiquer c'est que la ville de Rhodes était protégée par un rempart de 15Km de long et un fossé large, forçant les assaillants à utiliser une tour pour entrer en ville, et que la ville possédait un grand temple déjà dédié à Hélios. Il faut dire que ce Dieu était le protecteur de Rhodes. Certains pensent que la statue était située à proximité de ce temple, mais les représentations qui nous sont parvenues indiquent qu'elle était plutôt à l'entrée du port.

Plusieurs représentations montrent une statue enjambant l'entrée du port. Une telle configuration n'est pas envisageable car elle faisait plus de 30m de haut, et si les proportions étaient correctes - et il n'y a pas lieu de croire le contraire - la faible largeur autorisée par l'écartement des jambes auraient provoqué un rétrécissement inacceptable de l'entrée du port. De plus elle n'aurait tout simplement pas tenue debout, c'est physiquement impossible. Et enfin, si elle avait été faite ainsi, elle se serait écroulée dans l'entrée du port et pas sur la terre ferme, comme il est attesté qu'elle le fut. Cette hypothèse est donc à balayer.

En savoir plus sur l'Emplacement du colosse.


Histoire


Raisons de la construction

La raison pour laquelle les Rhodaniens ont construit cette tour est simple, c'est suite à une victoire qu'ils ont remporté en 304. Cette année-là l'île survécu à un terrible siège provoqué par Démétrios Poliorcète, un des généraux d'Alexandre le Grand qui avait reçu l'ordre d'Antigone de devenir maître de la Méditerranée et d'assoir sa domination sur les îles grecques. Le siège durant un an, entre 305 et 304 avant JC, et fut tenu par Rhodes, engendrant la satisfaction des habitants qui y virent une volonté divine, d'autant plus qu'il s'agissait du 3e siège en 30 ans seulement. Pour remercier le Dieu protecteur Hélios, ils décidèrent de lui édifier une statue gigantesque, c'est aussi simple que ça.

Colosse de Rhodes

Colosse de Rhodes

Il faut savoir que durant l'Antiquité l'île de Rhodes était célèbre pour ses statues, et selon l'auteur romain Pline, la capitale était fière d'en posséder 3000, souvent en pierre, parfois en bronze, mais si la quantité de statues de l'île en faisait une caractéristique, elle ne possédait pas encore de statues gigantesques, une statue titanesque comme on les appellent de nos jours. La ville d'Olympe en avait une, elle avait été faite par Phidias, sculpteur grec qui conçut la Statue de Zeus, une statue chryséléphantine de 13m de haut, une autre des 7 merveilles du monde. Il avait fait précédemment la statue d'Athéna, autre statue chryséléphantine, mais celle-ci était un peu plus petite, 9m seulement. Précédemment d'autres peuples ont donc fait naître des statues gigantesques, Rhodes se devait d'avoir la sienne, et l'occasion était venue.


Financement

Le financement a été plutôt original, c'est la première fois qu'il s'est déroulé ainsi dans l'histoire de l'humanité, du moins pour les oeuvres majeures dont on connait le financement : L'argent a été trouvé en revendant les équipements militaires abandonnés sur le terrain par Démétrios Poliorcète qui, avec 40 000 soldats, avait mené l'attaque de la capitale de l'île. Il faut savoir que durant le IVe siècle avant JC Rhodes a connu un essor économique important. Elle s'était allié au roi Ptolémée Soter Ier d'Egypte. En 305 avant JC les Antogonides de Macédoine, qui furent des rivaux aux Ptolémiens, attaquèrent l'île mais sans succès. C'est de cette bataille que fut récupérés les équipements militaires qui ont servi au financement du colosse.

Nul doute qu'un autre financement a dû être trouvé, mais on ignore dans quelle proportion ça a été le cas, ni qui l'a apporté. Souvent dans un tel cas c'est le peuple qui abonde pour édifier le monument qui assurera l'aura de la ville.


Le sculpteur, Charès de Lindos

Le sculpteur du colosse de Rhodes est parfaitement connu, il s'agit de Charès de Lindos. Lindos, c'est tout simplement une des trois grandes villes de Rhodes.

Charès était adepte d'un style réaliste, tout comme l'était Phidias, le sculpteur de la statue de Zeus, une autre des merveilles du monde. Ce style esty beaucoup plus complexe à mettre en oeuvre car il demande une grande maîtrise dans la reproduction d'un personnage. Ce style permet de magnifier le réalisme de la statue et de traduire la force et le mouvement.


Sa construction

La construction du colosse de Rhodes a commencé en 292 avant JC et s'est poursuivi jus'en 280 avant JC, soit une durée des travaux de 12 ans seulement. Pour une statue de plus de 30m de haut et des techniques de travaux de l'antiquité, on peut dire que le chantier n'a pas traîné.

La base de la construction était un socle de marbre, un matériau particulièrement solide. Sur ce socle les ouvriers empilèrent des pierres taillées grossièrement de façon à créer les pieds, puis les jambes, puis le reste du corps. Ceci formait une statue à la forme peu harmonieuse mais solide. D'autres ouvriers intervinrent alors pour cercler les pierres d'un bandeau de fer bien serré, à intervalle régulier, sur toute la hauteur de la statue. Ce cerclage servait d'intermédiaire, c'est sur lui que se fixaient les plaques de bronze qui habillaient la statue.

Le bronze est un mélange de fer et de cuivre. Le cuivre provenait de mines chypriotes desquelles était extrait le minerai. Ce travail était particulièrement pénible, les galeries n'étant pas aussi sécurisées que de nos jours. Une fois sorti il était chauffé pour séparer le cuivre des roches, puis fondu en lingots. Ce sont ces lingots qui étaient acheminés sur le chantier.

Pour fabriquer les plaques de bronze on commençait par faire fondre le cuivre dans de grands fours, puis on y ajoutait le fer à hauteur de 10 à 20%. Puis le mélange était transporté dans des sortes de louches qu'ils utilisaient pour répartir le métal dans des moules en argile, moules plats pour former des feuilles plus ou moins épaisses en fonction des besoins. Les moules pouvaient servir plusieurs fois, mais n'avaient pas une durée de vie importante. L'étape suivante consistait à éliminer les bords rugueux, puis à polir les plaques avant leurs transports sur le chantier où elles étaient récupérées, martelées pour prendre la forme voulue puis assemblées sur la structure en fer et aux autres plaques par des chevilles. Les plaques des pieds et des chevilles étaient spéciales, elles étaient uniquement moulées (à cause de leurs formes) et devaient sans doute peser plus lourd que les autres pour assurer la stabilité de l'ensemble.

Ainsi le colosse de Rhodes n'était t-il que recouvert d'une fine pellicule de bronze, son corps étant en pierre. Chaque plaque était fixée sur le cadre en fer, puis sur la plaque voisine. Le colosse prenait de la hauteur de jour en jour, jusqu'à ce que le sommet de la tête soit atteint. Une fois terminée elle fut polie de façon à ce que le Soleil la fasse briller le plus intensément possible.

Il faut savoir que cette technique de construction est assez similaire de celle utilisée pour la construction de la Statue de la Liberté, à New-York. Mais à part le fait que cette dernière a une structure métallique (Faite par Gustave Eiffel), elle est faite en plaque de cuivre maintenue sur la structure par des tiges de fer. Et pour la petite histoire, sachez que quand le cuivre frotte sur du fer, il provoque de l'électricité, surtout dans un milieu marin fortement chargé en sel. On peut donc imaginer que comme la statue de la Liberté, le Colosse de Rhodes fabriquait sa propre électricité !


Choix des matériaux

Le choix du bronze ne s'est pas fait au hasard, il a été au contraire très étudié. Il s'agit d'un alliage entre le cuivre et le fer. Plus solide que le fer, il résiste bien aux conditions atmosphériques extrêmes. Il convient donc bien à la fabrication de statues devant être exposées à l'extérieur, et en particulier à l'air marin chargé de sel.


Destruction

Hélas le Colosse de Rhodes est la merveille du monde antique qui eut la vie la plus brêve : A peine 60 ans, à peu près. Il faut dire que la forme de la statue, son gigantisme pour l'époque et les moyens employés pour sa construction contribuèrent à la rendre éphémère. Une statue de 30m représentant un personnage est forcément plus fragile que la pyramide de Khéops, dont la forme est la plus stable des formes existantes.

Le colosse de Rhodes fut donc détruit lors d'un tremblement de terre de grande amplitude en 226 avant JC. Cassée au niveau des genoux, elle s'effondra et tomba en morceaux. Les morceaux restèrent sur place pendant 800 ans, on ne sait pour quelle raison, mais il est avéré qu'en 654 après JC se sont les Arabes qui, ayant envahi Rhodes, vendirent le bronze à un marchand syrien. Le métal fut transporté sur le dos de 900 chameaux et c'est depuis qu'il ne reste absolument plus rien de cette statue.


Quelques représentations

Colosse de Rhodes

Colosse de Rhodes

Colosse de Rhodes

Colosse de Rhodes

Colosse de Rhodes

Colosse de Rhodes

Colosse de Rhodes

Colosse de Rhodes

Colosse de Rhodes

Colosse de Rhodes


Symbolisme

Au delà d'une volonté de plaire au Dieu Hélios, le protecteur de Rhodes, les habitants savaient qu'en construisant la plus grande statue jamais faite sur Terre ils allaient accroître le prestige de leur île. La volonté politique de marquer les esprits est évidente et rejoint en ça le Phare d'Alexandrie qui fut aussi construit, en plus de servir de phare, pour montrer le prestige de l'Egypte.

Sinon il faut savoir que le Colosse de Rhodes fut l'une des principales inspirations de la Statue de la Liberté.



Voir aussi :

Les 7 merveilles du monde





Copyright 2013 - 2017 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs. Sauf mention contraire, les photos sont libres de droit. Pour distinguer les illustrations libres de droit des autres, consultez la page : Sources documentaires. Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes. Auteur du site : Voir crédits.